Ton pire adversaire

franekbalboa

Et toi ? Quel a été ton pire adversaire ?

Je m'y suis surpris à y penser. Des adversaires j'en ai tant affronté. Enfant, ado, adulte, chaque période, des conflits qui se dessinent, chaque fois un adversaire différent, chaque fois une cicatrice de plus sur mon corps où sur mon âme. 

L'âme flétrie et fatiguée par moments, mais sans jamais vouloir laisser tomber. Ou peut-être une fois qui a vite été balayée. 

Je refais lentement la liste, ces opposants, les noms me navrent, certains sont devenus des inconnus et tant mieux, d'autres sont devenus des amis à ma plus grande surprise passée, d'autres ont toujours cette terrible animosité. 

Puis me vient une évidence. 

Mon pire adversaire, c'est moi. 

Cela paraît fou, et pourtant, combien de fois me suis-je empêché d'agir, par peur, par honte, par bienséance... Combien de fois ai-je pu me retrouver seul à m'affronter... Incalculable, et malgré tout ce furent les pires oppositions. 

Pourquoi ? Ça paraît simple. 

Quand vous vous affrontez vous même il y a quelque chose qui est assez dingue, c'est que vous avez toutes les armes pour gagner mais votre adversaire les a lui aussi. Seule une folie peut faire chavirer le duel. Car un duel contre soi est le plus affreux de tous. Il est celui qui remue les souvenirs les plus désagréables, celui qui fait saigner à blanc, celui qui écorche, qui brûle, celui qui ferait pleurer, qui fait crier, serrer les dents, qui envoie un océan d'émotions... 

Un auto-affrontement est chaque fois plus complexe, car si vous vous êtes affrontés dix fois, la onzième vous montre encore que les armes évoluent, que votre esprit se bat toujours plus et offre toujours plus de forces et de faiblesses... 

Après ces combats, nous sommes vidés. Les deux parts qui se sont affrontés s'endorment douloureusement alors que certaines pensées ravagent un cerveau épuisé par ces atermoiements, cette dualité, parfois pluralité, ces affreuses hésitations, celles qui emportent chaque fois une part blanche et la teinte de rouge ou de noir, c'est selon. 

C'est pourquoi mon esprit est si complexe, mon âme est si abîmée, parce que si les gens m'ont attaqué, le plus fou, le plus valeureux, le plus terrifiant de tous mes adversaires, ça aura été moi... 

Je pense à ceux qui auront essayé, tenté, pu, réussi à me soutenir, ne serait-ce qu'un message, une note, une lettre, un appel... 

Car j'ai toujours été trop lâche pour m'affronter seul... J'ai préféré fuir, et attendre la main qui m'a soutenu, fut-elle différente à chaque fois... 

Et elles me manquent, ces mains. Encore. 

  • Selon la force ou la faiblesse de notre caractère, on a, en effet, le courage ou pas d'affronter la dureté de la vie, et cela dès le plus jeune âge.

    · Ago 2 months ·
    Louve blanche

    Louve

    • En fait on passe notre temps à s'affronter. Mais c'est bien plus intense lorsque nous sommes seuls...

      · Ago 2 months ·
      Djinn

      franekbalboa

Report this text