Touche à Touche Part 1

Mini Pouce

Ma vie s’est installée dans une routine, celle que l’on découvre à l’heure de nos 40 ans. J’ai deux enfants que j’aime et un mari plutôt adorable. Sans mentir j’ai la chance d’avoir un mari aimant et toujours bon, jamais il n’aura une parole déplacée et j’éprouve beaucoup de bonheur lorsqu’il joue avec nos enfants, son sourire est merveilleux. Je l’ai connu plutôt jeune, mais depuis le début je savais qu’il m’accompagnerait toute ma vie, notre histoire d’amour n’a rien d’extraordinaire, mais il m’apporte la sérénité d’un compagnon aimant, et le bonheur de me sentir accompagné chaque jour par quelqu’un de bien.

Alors que je cherchais désespérément une occupation, un quelque chose qui puisse me redonner un coup de fouet et surtout de me passionner un peu, de vivre la nouveauté encore une fois, j’avais décidé de rénover toute notre jolie maison. Mon mari m’observait dans le salon, je le voyais assis à la table de notre salle à manger, son café à la main et son journal devant lui. Il me regardait tourner et virer dans chaque pièce. Je lui expliquais comment nous pourrions recréer la décoration de notre intérieur. Il n’aurait rien à faire, je prendrais tout en main, je suivrais même des cours s’il le faut, de la peinture, de la menuiserie…

Et quand enfin épuisée de toutes mes démonstrations je me suis assise à côté de lui pour recevoir son approbation, j’éprouvais le malaise dans ses yeux.

-          Je sens bien que tu as besoin de faire quelques choses et que tu cherches surement plus, peut-être même un sens à ta vie. La barre des 40 ans n’est pas facile à franchir, mais tu n’as que 36 ans et tu restes la même  pour moi comme le jour de nos 20 ans. Mais je t’assure que tu ne trouveras pas le repos en chamboulant toute notre maison. Trouve-toi une réelle occupation, un passe temps qui te concernera toi seule. Pourquoi pas la danse ? Ou le piano tu rêves d’en faire depuis toujours ?

Cette vérité lâchée sans prévenir venait de m’achever. Encore une fois il avait visé juste, jamais il ne parlait pour ne rien dire, jamais il n’avait une phrase de trop, et là il avait appuyé là ou ça fait mal. Oui j’ai 36 ans et il me faut un plus dans la vie, il faut que je me fixe de nouveaux objectifs, une nouvelle mission. Ma vie s’était toujours déroulée comme je le souhaitais, avec bien entendu des hauts et des bas, mais en règle général j’avais toujours eu des occupations plus ou moins prenantes. Entre mes rêves de carrière qui avaient plutôt bien marché, mes enfants, l’association du quartier, je ne m’étais jamais laissé une minute de répit et j’adorais ça ! Sans cesse il me fallait une nouvelle occupation et sans cesse je repoussais mes limites, mais aujourd’hui j’avais l’impression de pédaler dans la semoule, ma vie s’écoulait au ralentie et elle n’avait plus rien d’excitant. 

Après tout il avait entièrement raison, cette prétendue crise n’avait aucune raison d’empiéter sur le bien être de toute ma famille, je devais me résoudre seule à trouver un nouveau défi. A défaut d’avoir une meilleure idée pour l’instant j’ai commencé à éplucher toutes les annonces de particuliers à la recherche de leçons de piano. J’ai toujours désiré être capable d’en jouer, encore aujourd’hui j’écoute du piano dans mon bureau en regrettant de ne pas savoir, j’adorerais voir mes doigts parcourir ces touches blanches et noires. Malheureusement depuis toujours je me contente d'écouter ces airs sur des CD en imaginant ce que ça pourrait être.

Alors que je trouve une offre correspondant tout à fait à mes attentes :

Professeur donne cours particuliers

Piano

Tout âge, tout niveau

50€ la séance

Je suis prise d’un vent de panique, j’ai passée l’âge c’est certain je vais croiser des jeunes enfants sortant du cours juste avant moi. Il est trop tard pour apprendre, encore plus la musique. Je m’imagine déjà devoir abaisser le banc devant le piano, trop bien réglé pour un petit bout de chou, de l’âge de mes enfants.

Oh et puis zut j’ai déjà affronté pire, ce n’est pas le moment de faire la dégonflée.

Je sors mon agenda et décroche mon téléphone, à peine ai-je composé le numéro que je me rends compte qu’il va être bien difficile de placer des leçons lors de mes journées. Entre les rendez-vous pour mes enfants et mon travail qui reste très prenant je n’ai guère le choix.

Le téléphone sonne….

-          Allo ?

Sa voix est magnifique, c’est un homme d’environ 45 ans je dirais, il a la voix grave, très peux expressive.

-          Euh oui, Allo.

-          Oui je vous écoute.

-          C’est à propos des cours de piano.

-          Oui je m’en doute. C’est pour qui ? Enfin je veux dire pour une personne de quel âge ?

J’étais à deux doigts de répondre que c’était pour ma fille, cet homme qui semblait si froid et plutôt direct me mettait mal à l’aise.

-          C’est pour moi, j’ai 36ans…

-          Et bien il n’a pas d’âge pour commencer !

-          (sourire gêné) J’aurai une question, voilà mes horaires sont compliqués je suis libre seulement le soir à partir de 19h ou 20h.

-          Aucun problème, mercredi vous convient-il ?

Je ne m’attendais pas une réponse aussi rapide, mercredi c’est à peine dans 2jours, je bafouille et lui réponds.

-          Euh oui très bien.

-          Très bien. A mercredi.

Cette conversation si sommaire venait de me perturber. Alors que j’étais toute hésitante à prendre ces cours il y a encore 10min, je me trouve maintenant embarquée sans moyen de retour, ou peut-être simplement que son air détaché a suffit pour que je ne me sente plus « trop vieille ». Il n’avait même pas eu un petit changement de voix au moment où je lui ai annoncé mes 36 ans, comme si de rien n’était, j’allais commencer les cours.

Report this text