Trucidation

Hervé Lénervé

Ceci est une histoire vraie que je n’aurais même eue l’audace d’inventer dans mes délires les plus fous, tant elle semble ridicule et peu crédible.

Je l'ai entendu sur Europe 1, dans la rubrique de Cristophe Hondelatte sur les affaires criminelles.

Voici les faits à la grosse, relatés de mémoire.

Un couple d'affreux sales et méchants, digne d'Ettore Scola, mari et femme se sont mis dans la tête de trucider une vieille pour lui piquer son fric et quand on a une idée en tête, le mieux est de l'accomplir pour la chasser.

Donc, il la trucide sauvagement, puisque quitte à faire une sale besogne autant la faire salement. D'autant que la vieille était une menteuse, car ils ne trouvent pas le magot sous le matelas. Elle se faisait passer pour plus riche qu'elle n'était pauvre. Bon tant pis, ce qui est fait, n'est plus à faire et ils s'en vont.

Les choses se tassent et passent, les années et les amours, sans qu'ils soient importunés par le moindre policier. L'affaire est classée aux oubliettes dans les crimes non résolus par faute d'élucidation et on passe à autre chose.

Puis après que le couple de tourtereaux se soit séparé pour convoler de leurs propres ailes. La femme dénonce, pour des raisons obscures,  à la police son ex, comme étant le meurtrier. L'affaire est rouverte, le mari prestement arrêté et la femme aussi, car il s'est empressé d'accuser son ex chérie du crime odieux, ô rage, ô désespoir !

Le mari en prend pour vingt ans, car quand on aime on a toujours vingt ans et la femme pour cinq seulement, car c'est une femme et qu'elle a résolu l'énigme mystérieuse de la vieille énuclée. Oui, le mari ne supportait pas son regard désapprobateur, pendant qu'il la trucidait.

Les enquêteurs qui restaient perplexes, quant aux raisons de cette dénonciation tardive, apprendront que l'ex-épouse avait fait des recherches sur les délais de prescriptions des crimes de sang. Mais le droit ne s'improvise pas et comme de bien entendu, elle était nulle en arithmétique, elle s'était trompée sur les dates.

Cette histoire démontre qu'être méchant, n'empêche pas d'être très con*, aussi. Mais surtout, que les vieilles n'ont aucun intérêt à se vanter d'être Crésus quand elles sont Job.

 *Là, on culmine des sommets, le mari ne s'était pas débarrassé de l'arme du crime, car comme il disait « Un bon couteau comme ça, qui trucide bien comme ça, ça ne se jette pas ! » La police retrouva dessus ses empreintes bien sûr, mais aussi des traces de l'ADN de la victime après tant d'années passées, car comme il était crado également, il ne l'avait jamais lavé.

Report this text