UN RESTE DE DÉSIR

suemai

ouvrir les yeux au petit matin et ne plus se souvenir de la vie

les rires qui craquèlent

les nénuphars gyrophares

les surprises aphasiques


QUE MULTIPLIE

les nuits bavardes

les doigts équarris

les mains profanes

 
QUE MULTIPLIE

les ovaires-pères

les pieux païens

les imberbes barbus

 
QUE MULTIPLIE

ne plus sautiller :

   sur tes larmes

   sur ton cœur

   sur ton sang

 
QUE MULTIPLIE

ne plus valser :

   ni matin

   ni minuit

   ni jamais

 
QUE MULTIPLIE

Ne plus rigoler :

   du tragique

   du dramatique

   du pathétique

 
QUE MULTIPLIE

l'archétype

en surbrillance

d'une coquille vide

 
ÉGALE :

l'infini d'un zeste de reste

Signaler ce texte