Unendliche Sehnsucht

Francis Etienne Sicard Lundquist

Sonnet

Poudrant le soleil d'or et de mélancolie

Le temps brûle des mots au brasier d'un chagrin

Comme parfois le vent sèche dans un écrin

L'espérance rouillée aux dents de la poulie.

 

Quand se mélange alors dans l'eau d'une homélie

La sève de la nuit au bruit d'un tambourin

Des étoiles de soie en bois de tamarin

Dégoulinent d'un ciel qu'un mendiant supplie.

 

L'écaille du regard creuse l'éternité

Où déjà s'assombrit la simple vanité

D'un désir étouffé par autant de tristesse.

 

Et pourtant quelques fois dans un cri douloureux

Nous effaçons l'instant dont la brève vitesse

Epuise notre joie à nous sentir heureux.

 

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2017@Shortédition

Report this text