Vagues

lilyhamelin

Vagues bleues au va-et-vient nonchalant,
Larmes de la terre pour remplir le néant,
Vous roulez sur les côtes, votre domaine,
Emportant dans vos bras ces grains dont vous êtes reines.
De tous les ruisseaux vous êtes les filles et la mère,
Ils s'esquintent à vous remplir, vous qui êtes si fières ;
Mais comme de leurs parents sont ingrats les enfants,
Insolentes, vous vous nourrissez de leur sang.
Vous êtes nées tueuses et avez vieilli comme telles ;
Vous emportez dans vos flots hommes et caravelles ;
Jour après jour vous devenez tombeau
D'hommes espérant des lendemains plus beaux,
Meurtrières dont personne n'ordonne l'exécution
Car tout être vivant vous craint avec passion.

Signaler ce texte