Vengeance pour une cocue

Théo Seguin

Une punition adéquate aux mauvais amoureux qui cocufient !

Hop ! il est temps de faire ta valise,

Au goût de cette étrangère salive,

Elle remarqua amour pour Marie,

Jamais deux femmes il ne faut aimer !

Te voilà dénudé de Marion,

Adieu l'alliance, adieu le manoir !

Ne te reste plus qu'à imaginer,

Honte qui causera vile migraine.

Ah ! oui ! Tu mendieras ton aspirine,

Allez ! File, mauvais Parisien,

Ton souvenir d'un doux soir de baignade,

Sur plage, l'esprit fut au badinage,

Il est loin ; chauve est désormais ton crâne,

Tu n'as plus que coquillage de nacre !

Report this text