Visionnaire

amerette

chapitre 02 "la rencontre"
Le taxi me dépose a quelque mètre de la tour , ce qui m'oblige a marché dans ce froid avec une tenue et des chaussures inapproprié je m'immobilise devant l’impressionnant monument , je me rends compte que je suis totalement perdue comment peut on vivre a paris et ne jamais visiter la tour Eiffel au moins une foie c'est le comble , je repère une carte pas très loin de moi que je consulte, le taxieur a eu la gentillesse de me déposer pas très loin de l'entrée du restaurent ce qui fait que je me retourne et je fais quelque pas supplémentaire sur ma gauche et juste a l'un des pieds je voie la bannière avec les initiales du restaurent un J et un V enlacer , dés que je pousse la portes un gentille bell-boy me dirige vers un ascenseur car le restaurent se trouve au 2 eme étage j'appuie sur le bouton d'appel et j'attends anxieuse sans savoir pourquoi , les portes s'ouvrent enfin je m’engouffre toute seule , les portes se referment et j'ai l'impression que l’ascenseur va m'emporter au paradis je pouffe toute seule comme une godiche , ça s'immobilise et je reprends mon sérieux les portes s'ouvrent sur un autre monde que le mien j'ouvre de grands yeux ronds subjugué par la beauté du restaurent j’hésite a sortir pendant une seconde j'ai juste envie de m'enfuir , je reprends mes esprits et je sors .Un maitre d’hôtel et la a me regarder et comme avec la blonde de l'autre jour j'ai la désagréable impression qu'il me juge ,j'avance je lui dit bonsoir et lui donne le nom de mon futur beau papa , il me réponds avec cet air hautain que ces gens la semble cultiver et me demande de le suivre j'emboite son pat et on se retrouve bientôt dans une grande salle qui brille de milles feux avec les décorations de Noël dorée mêler de blanc avec des tables drapée de nappe blanches avec des guirlandes et des chandeliers frappant au milieu , en entends joué au loin claire de lune par un piano jusque la le cliché du restaurent chic est bien présent avec une seule petite différence la vue ; oui la vue est spectaculaire sur Paris on voie la seine des milliers de petites lumières au loin ou les gens vague a leurs occupations respectifs , la tour Montparnasse est la au milieu comme si c'etait un mannequin sur le point de défiler et toutes les autres bâtisse assise les yeux tournée vers elle attendant qu'elle entame sa démarche , et même l'avenue des champs Élysées brie de milles feux mes yeux n'arrive pas a se détacher de se spectacle lorsque je suis ramener a la réalité brusquement quand mon escorte s'immobilise devant moi je m’arrête in extremis avant de le bousculer et me donner en spectacle par la même occasion , la je voie rien a part son dos il toussote s’écarte sur trois têtes tournée vers moi qui me dévisagent . Ma se lève exciter de me voir comme si elle ne m'avait pas vue depuis une bonne dizaines d'années m’embrasse sur les deux joue on disant que j'en avais mis du temps , jean la suie et fait la même chose et m'embrasse donc les deux silhouettes que j’évitais de regarder les suivent le premier des yeux rieurs m'ouvre les bras chaleureusement et m'offre quatre bisous au lieu des traditionnelles deux se présente lui même Michel , mignon? très chaleureux, les mêmes yeux que son père la ressemblance s’arrête là , il est plutôt blanc des traits d'une beauté classiques avec le petit nez aquilin et les cheveux blond très grand , il s’écarte et me pousse presque vers son frère sans me laisser le temps de parler ni de reprendre mes esprit , je m'approche de lui tends mon visage vers lui et j’écoute jean derrière moi dire c'est JAD mon fils ainé je murmure un timide enchanté qui sonne un peux froid , alors qu'enfaite je suis totalement déstabilisé a l’intérieur de moi il est beau ce con mieux que les plus beau des mannequin il ressemble a son père version plus jeune les cheveux très noirs les yeux en amendes avec ses cils très courbés sauf la couleur des yeux , ces yeux sont d'un vert émeraude mais aussi un peux comme ceux de la mer au loin un vert que je ne peux pas décrire , sa mâchoire est taillé a 90° si bien que j'ai la sensation que s'il bouge un peux plus bas il pourrait me blesser , il est plus grand que son père et son frère je croie qu'il fait presque 2 mètres de long le teint bronzé qui invoque le soleil et les vacances il a l'air d’être bien musclé sous son costume sans être gonflé je dirais juste qu'il doit être sportif et que son corps est bien entretenue, est il athlète ? mannequin ? acteur? comment une beauté pareille est resté inconnu aux yeux du monde ? c'est un telle gâchis , MA me désigne un siège et me demande de m'assoir je sors un peux des vapes et je m'assoie donc en face de l'iceberg et du volcan " les deux garçons" , je l'ai regarde un a un , jean semble très a l'aise comme un poisson dans l'eau discutant avec le sommelier qui c'est approché avec la carte des vins , MA semble un peux nerveuse rien de bien nouveau elle a toujours était comme ça les deux gars en face de moi me regarde ou plutôt me détail tout les deux et c'est le jour et la nuit , le paradis et les ténèbres , le plus jeune affiche un sourire impeccable , et l'autre me regarde avec un air renfrogner et hautain lui et sa mâchoire carré et ses narines grand ouvert donnant l'image d'un taureau bien chauffé dans une corrida prêt a bondir sur sa proie qui semble être moi sans savoir trop pourquoi ,il est renfermé presque hostile a notre égard, serait il encore moins heureux de cette union que moi Mmmmmm intéressant très intéressant (rire diabolique dans ma tête ). Après 5 minutes d’échange intense des regards entre moi et le grand frère cert il est beau , et un peux flippant avec cette beauté ténébreuse mais je ne me laisserai intimidé par personne d'accord, Michel tente de briser la glace en me posant une question anodine : - Alors nana tu fais quoi dans la vie ? en souriant toujours Je sais qu'ils savent déjà mais je salue son effort je lui rends son sourire en répondant juriste le métier le plus chiant de la terre en haussant mes épaules . - il rit franchement je pensais pas que ma petite remarque allez avoir autant de succès et lui demande a mon tours ce qu'il fait lui même moi au moins moi je ne sais vraiment pas ce qu'ils font. - au moi je suis encore a l'université j'ai fait comme papa et jad les finances mais j'ai peur que je ne sois pas aussi fort qu'eux , JAD c'est le meilleur a ce niveau là d'ailleurs c'est lui qui travaille avec mon père et l'aide beaucoup. au moment ou il parlait les serveurs arrive avec nos assiettes je note que je n'ai rien commander et que quelqu'un s'en est chargé pour moi , sa m'irrite je ne sais pas pourquoi que jean semble pensé que je sois incapable de lire un menu, toute en contemplant le fond de mon assiettes des saint-jaques avec ce qui ressemble a un gratins de macaroni , ma mère a dut lui soufflé que j’étais une grande fan de pattes d’où le choix , donc sans lever ma tete je demande a Michel - Pourquoi il fait quoi ton papa ? J"entends qu'une fourchette tombe je relève la tete et je tombe sur deux paires d'yeux choqué je ne sais pas trop pourquoi vu que je ne leurs est pas demander de me révéler le secret de l'univers , sentiment qui disparait vite de leurs visages Michel me sourit et l'autre affiche une grimace plus qu'un sourire et je remarque qu'il a aussi hériter de la fossette de son père il prend la parole : - pourquoi tu ne le sais pas ? en haussant un sourcil narquois qui pourrait bousculer la Bretagne un peux plus vers l’Angleterre je le regarde bien et je réponds bêtement NON , Il dévisage son père et ma mère tour a tour en se qui me semble la première foie depuis mon arrivé et insiste : -Vraiment ? avec ce temps sarcastique qui ne me plait pas franchement et sans me démonter je dis : -Vraiiiimmmeeeeennnnt ? En levant mes yeux en vers le ciel Jean semble sur le point de parler mais jad le coupe : - papa possède une petite société d'import export et moi je l'aide - je hausse mes épaules et j’acquisse de la tete , sa petite société semble être sur de bonne raille pour se permettre ce resto mais bon je m'en fou c'est ma qui l’épouse pas moi. Jad continue sur sa lancé en se calant dans son siège et dépliant ses jambes qui m'effleurent un peux maintenant, pourtant cette maudite table est grande ça me mets mal a l’aise et lui n'a pas l'air plus gêné que ça en parlant de son arrière grand père et comment leurs buisness a commencé de leurs arbre généalogique qui semble remonté jusqu'au temps des rois perses "d’où cette beauté" qui ont immigré au proches orient , a leurs sang royale qu'il ne faut pas qu'il soit souillé par le commun des mortels , Jean frappe un grand coup sur la table qui nous fait sursauter ma et moi et fait tourné pas mal de gens dans notre direction, Michel ne sourit plus depuis longtemps et maman est blême , et moi je suis sure que j'affiche mon air débile que j'ai lorsque je suis dépassée par les éventements et vraisemblablement je l'étais, MA se précipite hors de la table en prétextant les toilettes j'essaye de la suivre jean m'en dissuade et se lève pour courir après elle lance en arabe a jad qu'ils s'expliquerait plu tard , je suis perdue je comprends rien et moi qui pensait que j'allais plombé l'ambiance de cette soirée mais il semblerait qu'il y est plus fort que moi . Michel lui parle en un arabe que je déchiffre étant différent des pays maghrébins mais je me débrouille quand même : il lui dit qu'ils faisait des remarques inutile envers sa future belle mère et que les dés sont jeté ce n’était pas la peine de faire de la peine a leurs père et a sa future épouse , l'autre reste silencieux il regarde par la fenêtré m'offrant la vue de son profil son visage est indéchiffrable du granit je vous dit une statue d'un dieux grecque, Michel continue sa tirade clame qu'ils avaient eu cette discussion avant de venir et apparemment il lui a promis de bien se comporter envers moi et ma mère , la je pouffe sans faire attention de la dernière remarque , ils se retournent vers moi en un seul geste me regardent comme si ils avaient oublié ma présence qui est peut glorieux pour moi , j’hésite a leurs dire que je comprends l'arabe mais il me semble injuste de continuer a écouter comme ça j'ai le sentiment de violer leur intimité je dis simplement : - Je comprends l'arabe désolé , je baisse les yeux sur mon assiette intouchable et je me dis que la prochaine foie que jean m'invite a manger je fais le plein a la maison avant de venir vue que sa tourne toujours au drame les repas avec lui. là JAD quitte brusquement la table lui aussi - Michel me dit l'air perdue : comment ce fait-il ? ta mère ne semble pas bien comprendre notre arabe ? - J'explique que ma grand-mère était accros au soap libanais et qu'elle m'obliger a regarder avec elle: - c'est pour ça !! en levant les mains au ciel d'un geste théâtrale en montrant ma dentition en un sourire fatidique . je fais le pitre car il me fait de la peine Michel il a l'air d'avoir de la bonté en lui , visiblement je réussie car il pouffe aussi et me demande le nom des séries car lui aussi en était friand plus jeune . - je me creuse la tête en essayant de me rappeler trouve quelques uns il semble qu'il les connait tous par-coeur il commence a raconter leurs histoires les personnages les vilains qu'ont détesté , lui avait un faible pour la bonne qui avait de gros seins et moi j'étais amoureuse du beaux cow-boy qui travaillait a la ferme qui était tout le temps sur son cheval (mais oui les riches arabes dans les films avaient aussi des ranchs) en continue comme ça pendant une bonne demi-heure a rigoler bêtement de nos souvenirs d'enfance toute en mangeant car j'avais fin avant que ma mère et jean réa paressent , a mon grand désarroi je constate que je les avaient presque oublié , MA semblait avoir pleurait et jean avait le visage fermé du coup je fais semblant de ne rien voir et je continue avec ma tactique de l'autruche en savourant mon gratin froid mais néanmoins délicieux , le père demande après son fils que l'autre fils montre la direction du chemin qu'il a prit , il part a sa recherche et moi je continue mon badinage anodin en ignorant royalement MA avec Michel qui semble moins a l'aise que toute a l'heure et semble chercher son père et son frère des yeux au bout d'un moment je les voit arrivées derrière Michel , en les voyant comme ça je me rends compte qu'ils se ressemblent vraiment beaucoup et je croie même qu'ils ont le même caractère et se sentiment se confirmera au fil de nos rencontres, je fais signe a Michel de la tete en leurs direction et lui dit : - Détends toi ils ne se sont pas entretuer ils arrivent tous les deux . le soulagement se lie sur son visage il reprends son sourire et me dit - t'avais remarquer toi aussi dit il en souriant et en passant sa main dans ses cheveux l'air de s'excuser pour eux ? Décidément je ressens une énorme sympathie pour ce garçon. - bien sur que j'ai remarqué je suis un peux lente a la détente mais pas complétement bête. je regarde MA en biais qui semble hypnotiser par son copain et son ainé elle me fait de la peine alors étant d'humeur plutot légere je leurs lance dès qu'ils s'assoient : - Is the clash of the titans over ? pourtant je n'ai vue aucune foudre frappé le ciel , vos pouvoirs aurait ils disparue au fil des siècles mon seigneur tous sa en me levant et tirant ma révérence je faisais référence a eux en un petit clin d’œil ironique au remarque désagréable de jad de tout a l'heure . ma est horrifié , jean a le visage toujours aussi fermé , Michel rit avec moi franchement a ma blague en se fait des regards complice et JAD me réponds : - Je t'es dit que nous descendions des rois perses pas des dieux . je le regardes et il me fusille avec ses beaux yeux moi je le lui rends avec mon plus beau sourire et je me rassoie , tout le monde se tait et nous terminons le repas en silence , je suis la seule a commander un dessert et un café , le reste de la tablé prennent juste du café noir , je ne regrette pas mon choix la tarte est délicieuse le café corsé comme je l'aime , je remarque que tout le monde semble attendre que je finisse pour déguerpir , ils étaient tous a bout de nerfs , alors je fais durer le plaisir histoire de faire chier jean , on dit souvent que la vengeance est un plat qui se mange froid mais le mien ce jour la était sous forme de tarte au citron bien crémeuse , je me lève pour partir au toilette , je fais pipi tranquille je me regarde dans le miroir mon maquillage a tenue le coup sauf mon rouge a lèvres" j'ai mangé logique" je sors le tube de ma pochette j' en remet une bonne couche , je lisse ma robe un dernier coup d’œil et je repart , des que je jette un pat hors des toilettes une main ferme me tire vers les ténèbres , j'ai peur je pousse un petit crie et JAD m'ordonne de me taire me plaque contre le mur et se mets en face de moi a une bonne distance ce qui n’empêche pas que je sois enveloppée par son eau de toilettes enivrante un mélange de musc et vanille avec une odeur spéciale qui semble lui être propre , décidément même son parfum ne me laisse pas indifférente il attaque directe sans me ménager : - Écoute petite salope arriviste toi et ta mère ne vous en sortirais pas comme ça , envouter mon père et le convaincre d’épouser ta mère a peine quelque mois après leurs rencontre , il vomit plus le dernier mot plus qu'il ne le prononce , comment vous vous êtes arranger qu'elle sort lui avez vous jeter sur lui sorcières pour qu'il soit prêt a épouser une parfaite étrangère , vous avez dut planifier ça pendant des mois afin d'attirer la proie parfaite : il se tait a bout de souffle après son petit discours Je reste debout sans brancher les bras croiser sur mes seins je les écrases presque tellement qu'l m’énerve ma respiration est saccadé seule chose qui reflète ma colère , il me regarde et baisse ses yeux vers ma poitrine alors je coupe ma respiration et je décroise mes bras, il les reluque pendant une bonne dizaines de secondes avant de remonter son regards vers moi et continue : - vous feriez mieux de disparaitre de nos vies comme vous êtes apparue petites s... . Je lève la main en l'air pour le commander d’arrêter avec ses insultes non mais il me prends pour qui il croit que je vais me laisser faire ou quoi : - Écoute connard je te connais pas tu ne me connais pas si tu pouvais éviter de m'insulter ma mère et moi serait mieux et pour ce qui est des stupidité que t'es entrain d’énumérer je sais pas de quoi tu parles vue que j'ai été surprise au début du mois pas le nouvelle amoureux de ma mère , il essaye de me couper mais j ne lui laisse pas l'occasion et je continue dans ma lancé ça c'est de un de deux je crois qu'ils sont tout les deux adultes et même si ça ne m'enchante pas qu'elle se remarie aussi vite après ... je m’étrangle au dernier mot en pensant a mon père mais je ne continue pas, il en profite pour semer son venin en approchant son doigt de mon visage: - Ne joue pas la comédie avec moi tu veux , je connais très bien de votre espèce ; dés qu'ils trouvent une occasion ils sautent sur elle en écrasant tout sur leurs passages , et on peut dire que ta mère a gagné au loto en capturant mon père dans ces filet ? il se rapproche de plus en plus de moi en parlant et sa me déstabilise plus que ces mots blessant a ce stade là je suis vraiment confuse il faut que j'ai des explications et pourquoi il parle comme si en était dans un mauvais drama , du coup sous une impulsion j'attrape son doigt je le mord et j’obtiens le résultat voulu il s'écarte de moi jure et me traite de salope encore une foie , je ne branche pas je marche aussi vite que mes talons le permette pour rejoindre la joyeuse famille , Michel me tends mon manteau je le passe a la va vite au bout de quelque seconde Jad revient aussi il a l'air plutôt calme et composé non mais quelle comédien et on quitte les lieux , je laisse les autres me devancer et je tire Michel vers l’arrière et je commence : - Vous repartez demain ou vous avez le temps de faire un peux de tourisme ? - Les autres je ne sais pas pas mais moi je vis ici ? - Ah oui !! -Rappel toi je t'ai dit que je vais a l'université toute a l'heure et il se trouve qu'elle est la ? - OK !! c'est la quelle ? - La Sorbonne . Je lâche un petit sifflement admiratif décidément je suis loin de la réalité moi . - Super , alors tu peux me passer ton numéro pour qu'on se voit loin de ces tensions , je lui fait mon plus beau sourire et il a l'air d’être ravie par mon initiative on sort nos portables s’échange nos numéros respectifs et je lui promet de l'appeler dans les jours suivant pour sortir vue que je suis en congé et qu'il est en vacances. l’ascenseur nous ramène au sous sol ou leurs voitures sont garées bien sur jean a proposé de me ramener , Jad a disparue de la circulation sans un au revoir et Michel dit qu'il part terminé sa soirée en boite , c'est pas la peine de dire que le chemin du retour c'est passé aussi gaiement que le soirée , je saute presque de la voiture en arrivant devant chez moi je les remercie pour l'invitation comme si c’était deux parfait étranger et je cours me réfugier dans l'immeuble .
Signaler ce texte