115 ans et elle veut bien mourir

phileus

Carnet de route. Lundi 11 février 2019. Halte de 20.12

 _

   Lucile Randon, devenue à 40 ans sœur Andrée, fête ses 115 ans, ce lundi 11 février.

   La doyenne métropolitaine, et probablement également la doyenne des Français, est née à Alès dans le Gard le 11 février 1904. Elle vit à l'Ehpad Sainte-Catherine-Labouré de Toulon depuis environ dix ans.

   " Je suis la doyenne de France et la troisième du monde, on vient de m'apprendre ça... Je n'en tire aucune fierté, je préférerais être la plus jeune pour pouvoir bien travailler ", a-t-elle confié à France Inter.

   Après avoir été gouvernante à Marseille et institutrice à Versailles, notamment chez la famille Peugeot, elle entre dans la Compagnie des Filles de la charité de Saint-Vincent-de-Paul en 1944. Sœur Andrée passe 28 ans à l'hôpital de Vichy pour s'occuper d'orphelins et des personnes âgées.

    Une vie bien remplie au service des autres. Quel a été le plus beau jour de sa vie ?                                                    

   " Le retour de mes deux frères de la guerre de 14. J'ai eu le bonheur de les voir revenir tous les deux, même si le premier était gravement blessé ", se souvient-elle.

    " 115 ans c'est suffisant, j'espère que le Bon Dieu me prendra cette année ", affirme-t-elle.  

Source ; Franceinfo

                                                         ***    

     Je ne blasphèmerai pas et ne me livrerai pas à une forme de contrepèterie en disant cent quinze ans et toutes ses dents ... Je suis odieux, oui vous avez raison Seigneur, je suis un grand mais un pauvre pécheur ...

   Moi je l'admire la soeur Lucile, vraiment, qui attend vaillamment la mort comme d'autres le taxi, et qui croit en son Dieu, quel dieu en quelle foi au prix de laquelle elle a sacrifié toute une vie pour quelle joie éternelle sur laquelle elle n'aura jamais misé.

    Décidément la fin de la civilisation humaine n'était pas pour aujourd'hui, je suis redescendu sur terre, et une petite soeur, mais une humanité certes naïve mais authentique et énorme était là qui ne m'attendait certes pas mais dont l'écho à travers une bienveillance irradiante, m'a touché.

                                                     ***


Signaler ce texte