13 Novembre

fort-ever

Mon ressenti en ce jour funeste, des attentats de Paris.

A ce sang qui coule dans nos veines versé dans les rues de Paris au nom de la haine de la colère des cerveaux brisés par les mensonges et par la propagande. A ces cadavres écrasés piétinés par ceux qui fuient pour rattraper leurs vies pour échapper à la mort habillée en noir et aux fusils braqués sur la liberté sur l'espoir d'un bonheur qui s'échappe lui aussi avec les âmes de nos défunts. Aux survivants et à leurs larmes qui s'écrasent dans les seuls mots creux dans les seuls mots vides que nous pouvons encore prononcer toutes mes condoléances nous sommes désolés restons unis vive la république ou plutôt vive la liberté et vive la France. Aux visages émaciés aux familles détruites aux cœurs éreintés par la souffrance par la perte au silence défiguré par le bruit des armes et à la rancœur qui grandit à notre mépris qui s'enflamme. A la violence qui s'enhardit dans nos mots dans nos gorges à en vomir leur unité à en gerber leur responsabilité C'est le peuple entier qui hurle en cœur un appel à la vengeance dans la lourdeur effroyable de son mutisme élégiaque

 

A cet émoi qui a vaincu nos cœurs ce soir

A cette rage qui nous plonge dans l'acide

A ce dernier appel à la vie

A Paris

 

Il fait nuit dehors

Et moi j'ai peur

De mon impuissance.

Report this text