Acte 1 - Scène 1

Cyril Novotny

Les Magiciens

J-6, H25. Noir.


REAPER
Mettez en place un décor simple. Une rue. Il s'y réveillera et n'aura comme seuls souvenirs que les informations qu'il a assimilé hier. Nous verrons alors sa réaction et la façon dont il triera le vrai du faux, et s'il n'y parvient pas, vous pourrez le jeter ce soir, comme tout les autres avant lui. Bien. Tout est prêt ? Alors nous pouvons y aller. Il est 9h. J-6, Heure 25. Phase "Le Vrai et Le Faux", première étape, "Les Magiciens". Que le jour se lève pour notre petit Charles !


La lumière se fait. Charles est au milieu de la pièce et se réveille comme après une soirée de beuverie. Il se redresse difficilement et abandonnera l'idée de se lever à la vue de la difficulté. Sur scène, un décor simple : une poubelle, des déchets au sol, des cartons. En fond sonore, un brouhaha de ville.
Charles ne dit rien, regarde en face de lui, puis attrape ses jambes et serre sa tête contre elles. Après un temps, on entend gémir et se plaindre depuis les coulisses.


GIZEH
Mais non ! Puisque je vous dis que tout cela n'est que fioriture ! Laissez-moi m'entretenir avec les autorités compétentes ! Laissez moi voir les responsables de tout cela ! Non, ne me jetez pas ! Non ! Je peux me faire mal si vous me jetez de ce bon mètre de haut ! Rendez-vous compte du risque et des conséquences de votre geste, qui plus est inutile ! J'ai des droits et je...


Jeté dans la rue, Gizeh arrive sur scène. Il ne bouge plus. Charles le regarde.


CHARLES
Pas de mal ? (Gizeh l'ignore.) Un lendemain difficile ? (Gizeh l'ignore toujours.) Vous inquiétez pas, j'insisterai pas.


GIZEH
Alors pourquoi poser la question ? Par politesse ? Ça t'a apporté quelque chose ? Tu t'es forcé pour rien. À moins que ce soit justement l'impression que tu as voulu donner au premier abord, pour instaurer une relation de confiance, d'étranger à étranger, ne cherchant qu'une conversation, plus ou moins intéressante, permettant possiblement d'apporter à l'un comme à l'autre un ou plusieurs éléments aspirant à alimenter l'évolution personnelle de chacun des individus ? (un temps) Ou bien, tu es un agent gouvernemental venu me soutirer des informations utiles pour préparer une offensive sur un énième pays regorgeant de ressources fossiles afin de vous en accaparer ! Mais je dirai rien, va crever ! Et...


CHARLES
(le coupant) Je ne voulais pas insister parce que cela ne m'a pas l'air forcément très intéressant de base, que je n'ai pas la force d'engager une grande conversation et encore moins d'écouter le monologue d'un fou.


GIZEH
Un fou ?! Moi ?! Mais les fous sont tous sauf moi ! Tous ceux qui refusent d'accepter les Vérités ! Ceux qui s'aliènent de leur propre chef ! Ceux qui ne cessent de suivre un chemin donné par les grands ! L'élite de ce monde merdique !


CHARLES
Quelles Vérités ? De quoi vous...


Arrive Guernica, déjà énervé. Il met fin à la conversation en attrapant sèchement Gizeh.


GUERNICA
Ce monde merdique comme tu le dis ne compte pas d'élite ! Il n'y a aucun grand !


GIZEH
Lâche moi ! Je sais de quoi je parle ! J'ai décrypté les messages aux infos des 6 premières chaînes mondiales en terme d'audience sur les 12 dernières années ! Et tout est clair ! Je peux enfin faire éclater la vérité au grand jour ! Mais l'élite ne me laissera pas faire...


GUERNICA
Je refuse d'accepter qu'il y ait une élite ! Ce serait donner de l'importance à des déchets qui ont juste socialement réussi alors qu'ils sont comme tout le monde : des déchets. Je m'y refuse totalement et j'emmerde tous ces gens comme toi ! Ces fous atteints de complotite aiguë ! Ces tarés du monde moderne que la médecine ne sait pas soigner.


CHARLES
En même temps la médecine arrive même pas à soigner ses propres virus. Alors pour soigner des fous et des paranos, c'est pas pour tout de suite. (Gizeh et Guernica s'arrêtent et fixent Charles.) Quoi ? Vous avez jamais entendu parler de ces théories ?


GUERNICA
(s'approchant d'un air menaçant de Charles) Je te préviens, si tu commences à rejoindre son bord, moi, je vous casse la gueule et je me casse !


Entre Balek.


BALEK
Je présume que tu parlais d'Ebola? De la grippe de 1918 ? Du SIDA, peut-être ?


CHARLES
C'est ce que j'ai pu voir et entendre oui. Après je prends ça avec des pincettes, ça me paraît inconcevable. Tu en as entendu parler aussi ?


BALEK
Yep.


CHARLES
Et alors, tu as un avis là dessus ?


BALEK
Oui.


Un temps.


CHARLES
Et lequel est ?


BALEK
J'en ai rien à foutre. (un temps) Genre royalement.


GUERNICA
Comme d'habitude venant de toi.


BALEK
En même temps si ça m'intéresse pas. Je vais pas me forcer, on est plus à l'école.


GUERNICA
L'Homme est le roi des cons sur cette Terre, c'est vrai. Des pourris, des raclures, y'en a pas un pour rattraper l'autre et j'attends juste sa disparition. Il est tellement stupide qu'il la causera lui-même alors autant prendre du pop-corn et regarder le monde brûler, que ce soit par un virus ou des bombes. Mais, en admettant que c'est possible, il se passerait quoi si ça se savait ?


GIZEH
Certains se soulèveraient contre l'élite, mettraient fin aux agissements des marionnettistes qui au final n'auront été là que pour leur détruire la vie, sans compensation aucune.


BALEK
Dis pas ça. Y'a les Anges, Secret Story et Koh-Lanta quand même, ça compense.


GUERNICA
Oh putain je vais en défoncer un ! Mais entre celui qui continue à parler d'élite et l'autre qui ose évoquer l'existence de ces puits de conneries, je sais pas par lequel commencer !


BALEK
Le temps que tu choisisses lequel, je vais me chercher un beignet.


Balek sort. Un temps.


CHARLES
(à Gizeh) Vous parliez de vérités toute à l'heure. C'était quoi ?


GIZEH
Tu cherches à me balancer ? Ou simple curiosité ?


CHARLES
Je suis juste curieux de voir ce qu'on peut penser après avoir regardé les infos à ce point.


GIZEH
La Vérité est qu'on va tous mourir bientôt. TOUT va mal ! Insécurité, chômage, terrorisme, immigration, réchauffement climatique, crise économique ! Les chiffres sont dans le rouge, les courbes ne s'inversent pas et les banlieues deviennent des zones de non droit ! Les syndicats, les militants, écrasent les valeurs de la nation, sabotent nos vies avec leurs grèves de transports, manifestations scandaleuses, dépravations, attaques sur nos forces de l'ordre, seins à l'air ! L'environnement part en cacahouète et...


Guernica donne un coup à Gizeh, l'arrêtant net.


CHARLES
Il est vraiment dans le vrai là ? Parce que, c'est pas très positif si c'est le cas...


Entre Colombine.


COLOMBINE
Tout est faux. Tous les voyants officiels disent le contraire. Voilà ce qu'on risque de dire comme bêtise...


GUERNICA
Comme conneries on peut clairement le dire, vas-y direct.


Revient Balek, son beignet à la main.


BALEK
Comme dit le proverbe : "Tape dans le fond..."


GUERNICA
(Le stoppant net, sec) Non, non, non.


COLOMBINE
Bref. Lorsque l'on est trop longtemps laissé, passif, devant ce genre de programme, il est évident que nous pensons ne voir que du vrai. En soi, il y en a, mais tout est déformé avec le montage, les commentaires et le choix des sujets. En vérité, le monde ne vas pas si mal que ça !


BALEK
On nous montre ce qu'on veut nous montrer, et on nous montre le pire. Ça leur permet d'effrayer plus de monde. De rendre un peu plus parano tout un chacun. Comme toi Gizeh.


CHARLES
Quel intérêt ?


GUERNICA
Le spectacle.


BALEK
L'adhésion.


COLOMBINE
La canalisation.


GUERNICA
Le contrôle.


BALEK
L'endoctrinement.


COLOMBINE
Une distorsion de notre propre vision du monde, qui n'est pas si noir.


GIZEH
Disons gris très foncé alors.


CHARLES
En partant du principe que vous avez raison, ça veut dire qu'on nous ment, que tout n'est pas si négatif ? Non, non. Plutôt qu'on nous montre uniquement ce qu'on veut nous montrer ? Mais pour autant, il doit forcément y avoir des secrets, plus sombres encore, cachés derrière tout ça. Comment empêcher le peuple d'ouvrir les yeux, comment l'empêcher de penser que... (comprenant) La distraction ! L'entertainment ! C'est ça ?


BALEK
(A Guernica) C'est une belle transition ça non ?


NOIR.

Report this text