Amour

nigmalevagabond

Mes doigts se rappellent les courbes de ton corps,

Mes lèvres ont toujours la saveur de tes rivages,

A mes yeux se superpose ton lointain visage,

Et mon cœur pleure toujours, encore et encore.


Mes pensées vivent une nouvelle césariennes,

Subissant cet effroyable et soudain ras de marée,

Qu'est le flot des anciens souvenirs enivrés,

S'évaporant en redoutables et magnifiques Arlésiennes.


Tes yeux sont comme autant de douces meurtrières,

Qui transpercent mon âme toujours endolorie,

Et j'espère encore qu'un jour proche tu me souris,

Que j'expérimente ce que nous ressentions, hier.


J'explore tes courbes tel un grand aventurier,

Me plaisant à contempler les splendides paysages,

Découvrir les anciennes reliques d'un autre âge,

Que tout homme se rêverait un jour à trouver.


Malgré tes prudes réticences à l'accepter,

Et malgré tes nombreuses craintes,

Tu as décidé de mettre la peur de côté,

Et de laisser sur mon cœur et mon âme ton empreinte.

Report this text