And that the barrier falls

rosypyreadbook

"- Tu es sûr que ça va aller ?

- Ryan c'est pas la première fois que tu pars pendant deux jours pour une vente, on s'en sortira.

Hannah avait raison mais cette année, il avait une impression étrange qui l'angoissait, s'éloignait du ranch le rendait nerveux. Il hocha la tête à l'encontre de Scott.

- S'il y a quoi que ce soit vous m'appelez.

Sa tante grimaça en regardant le ciel.

- Le temps va se gâter, vous devriez vous mettre ne route."

Elle embrassa Ryan et Quinn et leur fit signe de s'en aller. Le camion démarra doucement avant de quitter le ranch dans un nuage de poussière.


En entendant le bruit des pneus sur le gravier Rachel releva la tête et ferma les yeux en soupirant. Puis elle regarda de nouveau la courgette qu'elle tenait en main et c'est en tremblant légèrement qu'elle se remit à cuisiner. Elle n'avait pas eu de contact récent avec Ryan et ce week-end semblait être propice pour mettre de la distance et faire le point sur leur cohabitation. Soudain elle entendit quelques coups contre la porte d'entrée et Hannah apparut en souriant.

"- Humm ça sent très bon c'est quoi ?

- Ratatouille.

- Ca sent l'été et les vacances...j'en rêve depuis si longtemps.

- Qu'est-ce qui t'en empêche ?

- Le boulot et puis Charlie vénère le Montana...on ne part qu'une fois part an pour notre anniversaire de mariage.

- Et vous allez où ?

- On fait un État différent à chaque fois, cette année c'est euh...le Nouveau-Mexique.

Rachel esquissa un sourire.

- Vous êtes marié depuis combien de temps ?

- Trente trois ans et je suis toujours aussi follement amoureuse.

Elle s'installa sur un tabouret près de Rachel et la regarda attentivement.

- Comment se passe la collaboration avec Arty ?

- Il est cool.

Aucun membre du personnel du ranch n'avait mentionné le statut de Rachel depuis son arrivée, elle ignorait s'ils étaient au courant et préféraient se taire ou s'ils ne savaient tout simplement pas qui elle était. Seuls Hannah et Ryan y faisaient parfois allusion mais sans grand étalage. C'était ce qui lui plaisait le plus d'ailleurs, ici elle pouvait être elle-même sans qu'on lui dise quoi que ce soit.

- Et tu t'en sors ?

Rachel soupira.

- Mieux que ce que j'avais cru au départ...finalement il avait raison, c'est comme le vélo.

- C'est moins palpitant que ton ancien poste non ?

Elle haussa les épaules.

- C'est le prix à payer mais...Dylan va bien et la médecine générale ça me change, ça fait du bien...j'ai rien besoin de plus, je m'y ferais.

Hannah fit une petite grimace avant de lancer de manière hésitante.

- Et ton fiancé ?

Le couteau s'arrêta et Rachel serra les dents.

- Il tente de rassurer ses investisseurs, ses parents ne veulent visiblement plus financer notre mariage, les miens ne veulent plus entendre parler de moi...Jeffrey a un dîner d'affaire très important la semaine prochaine et...il m'a dit que c'était finalement une bonne chose que je ne sois pas présente.

- Il va y aller avec Victoria ?

Rachel ferma les yeux et soupira avant de pouffer de rire.

- Elle a acheté des parts dans la société...oui elle sera là...mais si les choses sont en train de changer je ne peux m'en prendre qu'à moi même non ?

Elle releva les yeux vers la vétérinaire son cœur martelant sa poitrine comme on enfonce un clou dans une planche de bois. La vétérinaire du ranch secoua la tête peinée de voir la détresse dans ses yeux, elle semblait si fragile c'est dernier temps, si perdue.

- Tu es trop jeune pour être aussi amer...la question n'est pas de savoir si tu mérites cette humiliation ou non.

- C'est quoi alors ?

- Est-ce que tout ça est si important ?

Hannah fronça les sourcils avant de se mordre la lèvre et d'énoncer d'une voix hésitante.

- Moi j'aimerais savoir pourquoi tu es si triste en ce moment ?

- Je ne suis pas triste.

- Bien sûr que si...est-ce que c'est vraiment à cause de Jeffrey ?

Rachel la regarda attentivement.

- Ou parce que Mike a fini la peinture hier soir ?

Le cœur de la jeune femme s'emballa fortement, elle comprit à cet instant précis qu'il n'y avait pas retour en arrière possible, Ryan l'invitait silencieusement à quitter la maison pour s'installer au dessus du garage. Une manière de signifier qu'elle était la gouvernante lui son patron et que leur relation devait rester strictement professionnelle.

- L'appartement du garage est prêt ?

- Oui.

Rachel baissa la tête et reposa son couteau en sentant son estomac se tordre bizarrement. Elle avait envie de pleurer parce que ces quelques heures de bien être partagé avec Ryan s'arrêtaient ici et maintenant. Elle avait peur de s'éloigner, peur de perdre ce réconfort qu'il lui procurait, sa présence, son odeur, le son de sa voix, son sourire...Son cœur lui fit très mal.

- C'est une bonne chose non ? Tu seras plus tranquille.

- Oui.

Le téléphone de la vétérinaire sonna et elle décrocha rapidement.

- Oui allô ?...oui Sally...depuis quand ?....ok j'arrive tout de suite.

Elle raccrocha et regarda Rachel.

- J'ai une urgence au cabinet...pourquoi...pourquoi tu ne viendrais pas passer la soirée à la maison, tu pourrais enfin rencontrer Charlie et les enfants, depuis le temps que tu es là.

- Oui avec plaisir.

Elle esquissa un sourire et Hannah se leva pour se diriger vers la porte.

- Tu sais Rachel...rien ne t'oblige à intégrer l'appartement, il suffit juste de lui dire que tu préférerais rester ici.

Elle s'arrêta de respirer et Hannah enchaîna.

- Ce n'est pas parce qu'il ne dit rien, qu'il n'en a pas envie...parfois les gens ne savent pas trouver les mots.

Elle fouilla dans la poche de sa veste et déposa un petit paquet sur le meuble du couloir.

- Il a laissé ça pour toi.

Elle lui fit un clin d'oeil et sortit rapidement. Rachel avala difficilement sa salive et se dirigea vers la console, elle attrapa l'objet et son cœur s'emballa une fois de plus avant qu'elle ne soulève le papier kraft : Autant en emporte le vent. Édition Originale 1936.

- Profite de ce week-end pour t'évader dans le sud des États-Unis, c'était le roman préféré de ma mère, j'espère qu'il te plaira aussi, si tu ne l'as pas déjà lu. Fais attention à toi. Ryan.

Elle souffla doucement avant de fermer les yeux puis elle se dirigea vers le canapé et ouvrit la couverture du livre.

- Scarlet O'Hara n'était pas une beauté classique mais les hommes ne s'en apercevaient guère quand..."



Elle termina de disposer les couverts avant de régler correctement les réchauds. De l'autre côté de la cloison, elle entendit la porte d'entrée et des pas dans l'escalier. Alors qu'elle s'apprêtait à quitter le hangar numéro 2, la voix d'Eliott résonna fortement.

"- Oh bordel de merde.

Rachel fronça les sourcils avant de monter à l'étage. En arrivant à la porte du bureau de Ryan, elle aperçut son collègue et ami, un paquet de feuilles à la main, téléphone collé à l'oreille et une mine énervée.

- Ryan, c'est Eliott rappelles-moi en vitesse, t'as oublié les certificats de naissance et de lignée des chevaux...

Il regarda sa montre.

- Si vous n'êtes pas encore sortit de l'Etat t'as peut-être le temps de faire demi-tour mais faut que tu me rappelles très rapidement.

Il raccrocha en pestant et Rachel écarquilla les yeux.

- Qu'est-ce qui ce passe ?

- J'étais venu chercher un bon de livraison pour l'abattoir et...il a laissé ça sur le bureau.

Il tendit quelques feuilles à la jeune femme, il s'agissait de documents sur les Appaloosa, concernant leur pedigree.

- Et alors c'est si important ?

- Il ne pourra pas conclure la vente, s'il n'a pas ça avec lui, c'est pour prouver la race du cheval. Sans ça l'acheteur ne voudra rien savoir et si Ryan se tape 1600 kilomètres pour rien il va péter les plombs, déjà qu'il déteste aller faire une transaction hors du Montana.

- Tu peux pas lui envoyer par mail ?

- Il lui faut les originaux.

- Il montre la copie par mail à l'acheteur et il lui fait parvenir l'original plus tard.

- C'est pas comme ça que ça marche. Un dossier complet équivaut à une transaction efficace et sûre. La plupart des acheteurs sont issus d'anciennes familles agricoles qui ont des années d'échanges derrières elles. Tout est hyper rôdé : tu proposes ta marchandise, tu présentes des papiers en règles, tu récupères le fric et tu te donnes rendez-vous pour une prochaine vente. Si un seul point n'est pas conforme...

Il grimaça.

- Tu peux dire adieu à toutes tes ventes futures parce que ce qu'il y a de pire dans ce milieu c'est un bouche à oreilles de critiques négatives.

- Pour un certificat d'authenticité ?

- Ca marque le sérieux du ranch...Ryan a une très bonne réputation, des produits d'exceptions et un très grand professionnalisme, à l'image de son père d'ailleurs. Les Appaloosa sont les meilleurs chevaux du Montana, Ryan est le seul a avoir un pedigree de leur race pratiquement intact et ça passe par des ventes régulières, s'il veut faire perdurer ça, il lui faut ces papiers...faut espérer qu'il rappelle d'ici une heure, sinon il est dans la merde.

Eliott soupira et sortit rapidement du bureau en laissant Rachel dubitative. Elle regarda les documents qu'elle tenait encore en main avant de grimacer. Puis elle attrapa son téléphone et composa un numéro.

- Oui bonjour j'aurais besoin d'un renseignement s'il vous plaît."



Hannah referma le pansement et se releva.

"- C'est bon relâches-là.

- Alors ?

- C'est en bonne voie de guérison.

- Ca peut revenir ?

- C'est comme un eczéma en fait. Il est possible qu'elle ne supporte pas une plante ou une fleur du champ sauvage derrière le ranch mais ce n'est ni contagieux, ni grave. La crème à base d'ortie fonctionne bien. Je la revoie dans trois jours et on verra. Je suis surtout étonnée qu'elle ait gardé le pansement.

- Ca doit la soulager, elle n'arrêtait pas de se frotter contre la barrière l'autre jour.

La vétérinaire acquiesça et regarda la vache s'éloigner.

- Bon on va vérifier la génisse numéro 2.

Eliott tira sur les rênes de son cheval et claqua des doigts à l'encontre d'Anton, un de ses collègue. La vétérinaire en profita pour regarder Scott.

- Je voudrais faire le check-up de Berckley après.

- Ok et tu es au courant d'un nouvel arrivage ?

- Oui Ryan m'a demandé d'étudier le dossier d'un nouveau taureau. Un Angus de 11mois.

- Qui vient d'où ?

- 20km de Spokane dans l'Etat de Washington.

- Un pedigree ?

Hannah esquissa un large sourire.

- C'est le demi-frère de Berckley. Un fou furieux apparemment.

Scott souffla fortement.

- C'est bon j'ai compris, de toute façon on ne fait que dans les fortes têtes ici, tel patron tel taureau !

La vétérinaire éclata de rire avant de se retourner en voyant un nuage de poussière s'élever depuis l'entée du ranch. Rachel sortit de la maison et se dirigea vers le taxi qui arrivait. Un homme descendit et la jeune femme discuta avec lui alors que le véhicule repartait. Puis ensembles, ils marchèrent jusqu'à l'enclos pour rejoindre le personnel. Hannah fronça les sourcils.

- Messieurs, Dames je vous présente Stuart Kashing.

L'homme était jeune et paraissait visiblement très très anxieux.

- Stuart, voici Hannah Thompson la vétérinaire, Scott, Eliott, Anton, Mike et Sven.

Tout le monde se salua et la jeune femme précisa.

- Stuart va me remplacer pour le week-end...Ryan ne te rappellera pas Eliott, puisque son portable est en rade visiblement, j'ai essayé de le rappeler je tombe sur sa messagerie et Quinn a oublié le sien au vestiaire.

Elle désigna un petit combiné noir.

- Du coup, j'ai trouvé un vol privé qui décolle pour Denver pour lui ramener les papiers seulement je ne peux pas faire l'aller et retour dans la journée alors c'est Stuart qui va rester ici et faire mon boulot. Je l'ai rencontré à la coopérative, il travaille à mi-temps pour l'abattoir d'Evergreen. Je lui ai fait le topo ça devrait aller pour les deux jours qui viennent.

Elle se tourna vers le jeune homme.

- Si t'as la moindre question si ça ne va pas tu m'appelles d'accord, sers-toi du bloc note et surtout...ne te laisses pas marcher dessus.

- Oui.

Il trembla légèrement et Hannah rigola.

- Ne t'en fais pas ils n'ont jamais mangé personne...pour l'instant.

Le groupe rigola. Eliott grimaça en regardant la jeune femme.

- T'étais pas obligé de faire ça.

- Tu m'as dit que c'était important non ? Vous ne pouvez pas laisser le ranch sans surveillance et moi j'y connais rien par contre j'ai des ressources illimités alors autant qu'elles me servent.

- La vente a lieu demain en début d'après-midi.

- Je serais là bas au plus tard demain matin.

- A quelle heure décolle ton avion ?

Rachel hésita.

- Euh...c'est plus compliqué qu'un simple vol...je vous expliquerais plus tard.

Au même moment un autre taxi arriva au ranch.

- Faut que je file.

Elle se tourna vers les garçons.

- Vous êtes sûr qu'il n'a rien oublié d'autre avant que je parte ?

La tante de Ryan esquissa un tendre sourire.

- Je crois que ça lui reviendra quand il te verra.

- Quoi ?

- File !"

Rachel secoua la tête et courut pour attraper son taxi.



Denver est la 26e plus grande ville des États-Unis et la chaîne des Rocheuses se dresse fièrement en toile de fond. Aujourd'hui le soleil qui commençait son déclin avait teinté l'horizon d'une douce couleur orangée. Rachel resserra son manteau et soupira en regardant sa montre. Le parking de l'hôtel était chargé de pick-up, il y avait beaucoup d'allées et venues. Lorsqu'elle était arrivée, la réceptionniste lui avait certifié que Ryan et Quinn n'étaient pas encore là, elle avait donc patienté au niveau de la devanture pour être sûr de ne pas les manquer. Et vers 21h, elle vit avec soulagement le 4x4 du ranch se garer près de l'entrer du Days Inn Hotel après avoir déposé les chevaux dans un Haras en ville.


La jeune femme se leva et prise de plusieurs frissons elle se frotta les mains car l'air s'était considérablement rafraîchit. Elle s'avança prudemment. Ryan et Quinn rigolaient, aucun des deux ne l'avait vu et soudain alors qu'il contournait la voiture, le propriétaire du ranch se figea. Il écarquilla les yeux et ouvrit la bouche sans pouvoir émettre le moindre son. Quinn esquissa un large sourire en les regardant avant de se racler la gorge pour les rappeler à l'ordre. Rachel fronça les sourcils, fouilla dans son sac et en sortit plusieurs feuilles qu'elle tendit à Ryan.

"- T'as oubli les certificats de naissance des chevaux sur ton bureau, heureusement qu'Eliott les a vu.

Ryan tendit le bras en grognant légèrement alors que son collègue et ami rigolait.

- C'est une grande première ça, t'oublies jamais rien d'habitude.

Puis il se tourna vers la jeune femme.

- Comment t'es arrivée ici avant nous ?

Elle haussa les sourcils.

- Oh c'est compliqué...j'ai pris euh...un taxi, un avion et un bus...et j'ai repris un taxi pour venir jusqu'à l'hôtel...enfin bref je suis là...et vous ça été la route ?

Elle regarda sa montre.

- Vous avez pris du retard ?

- On a fait un détour y avait des travaux entre Bozeman et Livingston...tu repars avec nous ?

- Euh non parce que le billet d'avion c'était un aller et un retour, j'ai pas vraiment eu le choix, je repars dimanche en fin de matinée.

Ryan n'avait toujours pas dit un mot, les yeux rivés sur les papiers qu'il tenait en main, il avait préparé les documents concernant les chevaux à la dernière minute, ce qui ne lui arrivait jamais d'habitude. Mais là...Rachel occupait tellement ses pensées qu'il n'avait pas bien dormi et qu'il n'avait pas vérifier la pochette qu'il transportait. Quinn le regarda un instant avant de hausser les sourcils et de faire une petite moue.

- Ok euh...je vais récupérer nos clés et euh...boire un café...un café c'est bien.

Il lança un petit clin d'oeil à Rachel qui esquissa un sourire puis elle reporta son attention sur son patron.

- Au cas où tu t'inquiètes pour mon boulot au ranch, j'ai trouvé le remplaçant idéal pour deux jours...ca devrait aller et puis...

- T'es venue jusqu'ici pour me ramener ça ?

Il transperça son regard et elle trembla légèrement, il y avait de la confusion, de la colère, de la reconnaissance et une intensité chaude et mystérieuse qui faisait briller ses yeux mais la jeune femme ne savait pas comme interpréter ces sentiments muets.

- Eliott m'a dit que c'était important.

Il serra les mâchoires.

- Lui ne pouvait pas venir et laisser Scott gérer le ranch tout seul. Hannah a du boulot par dessus la tête et...

- Rien ne t'obligeait à traverser trois états pour ça.

- Oui c'est vrai...mais c'est important pour toi...alors...

Elle haussa les épaules.

- Et puis c'était facile tu sais...j'ai encore quelques passes droits alors autant en profiter et j'ai pu utiliser le temps du voyage pour avancer dans ma lecture.

Elle sortit le livre qu'il lui avait laissé.

- Un sacré phénomène cette Scarlet !

- Tu l'avais jamais lu ?

- Non j'avais peur de ne pas l'apprécier autant que le film...Clark Gable et Vivien Leigh...

Elle se mordit la lèvre.

- Un mythe.

- Ils en ont fait un film ?

- Oh Ryan non...ca fait partie de la culture américaine tous ces films des années 50...là tu baisses dans mon estime.

Ils rigolèrent un instant. Puis le jeune homme releva la tête et la regarda attentivement.

- Je te remercie.

- Je t'en prie.

Il avala douloureusement sa salive avant de baisser la tête. Il soupira, fronça les sourcils, elle était belle dans son par-dessus beige, ses cheveux était ramenés en une simple queue de cheval et elle s'était maquillée légèrement, il fit deux pas vers elle. Le cœur de Rachel s'emballa et elle s'arrêta de respirer quand il releva la tête en balayant son visage de son souffle chaud, sans oser bouger Rachel ferma les yeux et elle entendit son murmure.

- T'aurais jamais du venir ici.

- Pourquoi ?

Doucement sa joue glissa sur la sienne, son souffla chatouilla son oreille.

- Parce que tu mets ma patience à rude épreuve Rachel et que j'en ai marre de t'ignorer.

Ses dents serrèrent sa lèvre inférieur et sans même sans rendre compte elle colla sa tempe contre sa joue.

- J'ai pas envie d'intégrer l'appart' au dessus du garage Ryan.

Le jeune homme serra les mâchoires en sentant son corps trembler. La tentation qu'elle représentait était si forte et le risque bien trop grand.

- On peut pas faire ça.

Son cœur tressauta dans sa poitrine, elle avait tellement envie qu'il la touche, qu'il la serre contre lui, elle voulait sentir sa peau sous ses doigts, sentir son odeur s'imprimer sur son corps. Elle serra les paupières et refoula ses larmes coincées au fond de sa gorge. Elle savait qu'il avait autant envie de céder qu'elle mais l'ombre de son fiancé était beaucoup trop présente pour que la barrière s'effondre.

- Je ne voulais pas compliquer la situation mais Eliott m'a dit que c'était important.

Elle l'entendit soupirer.

- C'est la première fois que j'oublie quelque chose pour une vente.

Instinctivement son nez caressa l'arrière de son oreille et elle frissonna encore plus.

- Tu me fais totalement perdre la tête.

Toute cette situation malsaine était de sa faute, c'est elle qui ne savait pas respecter ses engagements mais depuis quelques temps Ryan représentait tellement plus que Jeffrey.

- Je suis désolée...je...

- J'ai une carapace de gentleman bien solide heureusement.

- Interdiction de la fissurer avec une nana fiancée à un riche entrepreneur ?

Il se recula et la regarda. Ses yeux enflammèrent les siens.

- C'est ce que tu crois ?

- Je sais pas ce que je dois croire.

- Tu m'attires énormément Rachel, tu es comme un aimant mais...je refuse que tu portes sur tes épaules quelque chose qui équivaudrait à une incartade regrettable, parce que ton mec est loin,que tu te sens perdue et que tu éprouves un désir surprise pour ton nouveau patron.

Il ferma les yeux et soupira.

- Je ne veux pas que tu mettes de côté cette partie de ta vie pour une envie passagère.

- Et ce que moi je veux tu t'en fiches ? Je n'ai pas fait le voyage pour tes chevaux...je l'ai fait pour toi. Tu dis que tu veux me préserver de tout regret mais...ce que je regrette pour l'instant c'est ta fuite...parce que je ne la comprend pas Ryan Tu me fuis parce que je t'attire, parce que je te fais peur, parce que tu as trop de principes, parce que...

- Parce que j'ai envie de toi.

Elle s'arrêta et le regarda attentivement en oubliant de respirer. Il se rapprocha d'elle et murmura.

- J'ai envie de toi...de tes lèvres là maintenant, je...

Il colla son front au sien en fermant les yeux et instinctivement ses lèvres effleurèrent les siennes mais alors que Rachel s'approcha il hésita.

- Je te veux, toi toute entière...ton parfum autant que la douceur de ta peau.

Elle était incapable de bouger, de respirer, de dire quoi que ce soit, tout ce qu'elle ressentait c'était cette chaleur au creux de son ventre qui l'attirait à lui mais il l'a maintenait volontairement à distance.

- Je te veux plus que ma raison n'est capable de le supporter mais ça ne sera qu'éphémère...je ne peux rien t'apporter, j'ai pas envie qu'on en vienne à se déchirer parce qu'on ne sera pas sur la même longueur d'onde. Il n'y a que le ranch qui régit ma vie, je n'ai pas le temps pour autre chose et je...

- Tais-toi.

Il ouvrit les yeux et la regarda. Elle leva la main et caressa sa joue.

- Je pensais que tu ne voulais pas céder à cause de Jeffrey.

- Je me fiche du ressentiment de ton mec c'est toi qui m'importe, je ne veux pas tu aies à regretter quoi que ce soit, je ne veux pas que tu assumes un instant fugace, je...

Elle esquissa un sourire.

- Chut...Ryan...je...je ne te demande rien. Ma vie est devenue un capharnaüm géant, tout est différent, ce que je veux est différent, ce que je pense est différent...je ne sais pas où je vais, peut-être que je finirais par le regretter, oui, mais pour l'instant c'est là et...ce que je ressens ici...

Elle posa la main sur le haut de sa poitrine.

- Ca me fait du bien...je me sens heureuse parce qu'il n'y a pas de réflexion à la clé, c'est...comme une logique. Je sais que tu es quelqu'un qui ne s'attache à rien, qui ne prends pas le temps d'élargir son horizon parce que tu penses avant tout au ranch et pas à toi et...je le comprends plus que tu ne le penses. Je ne te demande rien du tout et surtout pas de bousculer tes principes pour moi mais...ne me demande pas d'ignorer ce que j'éprouve. Je suis là parce que c'était important pour toi.

Il fronça les sourcils.

- Je sais.

Il glissa ses mains sur ses joues et ferma les yeux avant de se rapprocher d'elle. Puis il l'embrassa sur le front.

- Merci.

Au même moment Quinn ressortait de l'hôtel et ils se séparèrent.

- J'ai nos clés et du mauvais café.

Il tendit un gobelet à chacun et regarda attentivement Rachel.

- Par contre la réceptionniste m'a dit qu'il n'y avait pas de réservation à ton nom.

- C'est parce que j'en ai pas fait, il n'y a plus de chambre de libre. En plus tout les hôtels de la ville sont pleins à cause d'une sorte de foire exposition qui se déroule sur le week-end.

Ryan se redressa.

- Et tu vas dormir où?

- Euh...il reste l'hôtel près de l'aéroport ou des bed and breafast. Je vais trouver.

Mais la jeune femme fronça les sourcils en voyant le jeune homme lui tendre sa clé. Elle le regarda incrédule.

- Je vais dormir avec Quinn.

- Je t'adore patron mais t'es pas mon type.

Rachel éclata de rire avant de lever la main.

- T'es sûr ?

- Ouais sauf si je découvre que Quinn ronfle."

Elle secoua la tête en riant et Ryan lui adressa un clin d'oeil discret avant de rentrer dans l'hôtel.



"- Scarlet n'entendit pas le reste de la phrase qui fut prononcé en riant. Pendant un court moment, il lui sembla que le soleil s'était caché derrière un nuage et que tout s'était obscurci...

Rachel releva la tête de son livre en entendant qu'on frappait à la porte. Elle fronça les sourcils et se leva du lit pour aller ouvrir. Elle se figea quelques secondes avant d'esquisser un sourire.

- Il ronfle ?

- Il grince des dents.

Elle rigola et Ryan soupira en secouant la tête avant de la regarder attentivement. Ils s'observèrent longuement puis il tendit la main et la jeune femme aperçut une clé usb entre ses doigts.

- Gene Kelly ?

- Chantons sous la pluie ?

- Marilyn Monroe ?

- Certains l'aiment chaud ?

Il plissa les yeux en rigolant.

- Je ne te connais pas si mal finalement.

Elle se mordit la lèvre et s'appuya contre la porte.

- Je croyais que c'était pas une bonne idée.

Il planta son regard dans le sien, il voulait être près d'elle, il en avait besoin mais la situation était si périlleuse.

- C'est juste un film, je ne tenterais rien.

Elle baissa la tête avant de s'approcher doucement, il sentit son parfum chatouiller ses narines et elle releva le visage, touchant presque imperceptiblement sa mâchoire avec le bout de son nez. Il ferma les yeux et trembla légèrement.

- Et si c'est moi qui essaye ?

Il tourna la tête et la regarda attentivement. Il aurait pu. Là maintenant, la soulever dans ses bras, l'entraîner sur le lit et la posséder comme si rien d'autre ne comptait mais il y avait Jeffrey, il y avait sa carrière, sa vie entière suspendue à son exode dans le Montana, quand à lui, à part des aventures surchauffées avec des filles dont le nom s'imprimait rarement dans son esprit, il ne savait pas comment il pourrait gérer l'impact que Rachel pouvait laisser sur lui. Il l'observa un moment, ses yeux verts malicieux et étincelants, sa peau claire parsemée d'un frisson, sa respiration courte, son odeur sucrée. Il aurait pu. Maintenant. Goûter ses lèvres, respirer son parfum dans le creux de son cou, entendre l'écho des battements de son cœur contre sa poitrine, répondre à son désir aussi puissant que le sien mais comment ferait-il après ? Comment tenir la distance entre ce que pouvait représenter la vie de Rachel et sa vie à lui si tracée avec le ranch si désinvolte avec ses aventures, elle qui était fiancée, promise à un avenir brillant. Alors il secoua la tête. Non il n'était pas digne d'elle et des conséquences qu'elle devrait assumer s'il cédait.

- Non...Rachel...je ne veux rien gâcher ni te mettre dans une position que...

- Que je pourrais regretter, je sais, j'ai entendu.

Elle baissa la tête et souffla.

- C'est toi qui m'a dit que c'était dur de rester près de moi.

- C'est encore pire quand t'es loin.

Elle fit une petite moue.

- On n'a pas de pop corn.

Il se baissa et attrapa un sachet qu'il avait posé au sol.

- Pop-corn, marshmallow et bonbons qui collent aux dents.

Elle rigola et se poussa pour le laisser entrer. Ryan serra les dents, ils pouvaient être amis, ils devaient essayer.

- T'as deviné le mot de passe on dirait."



Un porte claqua, faisant trembler la cloison. Des rires éméchés fusèrent dans le couloir. Des éclats de voix, des voitures qui démarrent, des pas lourds...Ryan fronça les sourcils et attrapa sa montre sur la table de chevet avant de se frotter le visage. Il reposa sa tête sur l'oreiller et soupira avant de baisser les yeux et d'esquisser un sourire. Elle avait les yeux fermés, ses doigts tenaient son pull et il percevait la chaleur de son corps contre le sien. Délicatement, il levait la main et caressa ses cheveux.

"- Quelle heure il est ?

- 3h du matin.

Elle bougea contre lui et cala son nez contre son torse en respirant profondément son odeur. Puis elle sursauta une fois de plus en entendant les portes des chambres voisines se fermer avec fracas.

- C'est pas le Ritz hein ?

Elle releva la tête vers lui.

- Non mais tu serais déçu.

- Par le service de chambre 24h/24 ?

- Par cette guinderie superficielle excessive. On ne te sers pas du mauvais café dans un gobelet en carton, non, on te rajoute la rose et le verre d'eau à côté le tout disposé sur une nappe blanche immaculée...tellement bien repassée que tu as peur de faire une tâche et de poser tes coudes dessus.

- Tout le monde n'a pas les mêmes scrupules.

- Non c'est sûr.

Elle hésita un instant et le regarda attentivement. Ses yeux bruns étaient cernés, son visage tirés et marqué par une barbe naissante prouvaient que la fatigue physique et émotionnelle de ses derniers jours avait laissé plus de trace qu'il ne voulait bien l'avouer mais était-ce uniquement dû à l'incertitude de leur relation ?

- T'as pas dormi ?

Dans ces instants là, Rachel était si proche de lui, qu'il n'avait rien besoin d'autre que de la regarder dormir pour être amplement satisfait de sa présence à ses côtés. Il pouvait la sentir, l'entendre respirer, la regarder sans avoir besoin de se justifier. Il secoua la tête.

- Peut-être une heure.

Il leva la main et caressa sa joue en soupirant, quelle était la meilleure option, céder ou résister? Il avait tellement envie d'elle, il avait tellement besoin d'elle mais avait-il le droit de l'éprouver et elle ? Rachel fronça les sourcils.

- On devrait arrêter de faire ça...tu ne veux pas me faire porter la responsabilité d'une infidélité envers Jeffrey tant que la situation ne sera pas plus claire et je peux le comprendre...je peux comprendre que tu ne veuilles pas te retrouver au milieu de tout ça...mais...

Elle se redressa complètement pour s'asseoir. Ryan ferma les yeux avant de se relever à son tour. Il avala douloureusement sa salive avant de coller son front contre sa tempe. Rachel serra les paupières et murmura.

- Tu ne peux pas débarquer dans ma chambre pour regarder un film après m'avoir dit que tu avais envie de moi c'est pas possible Ryan. Je ne peux pas faire comme si de rien n'était, je peux pas...dormir dans tes bras...tu te souviens de ce que tu m'as dit la dernière fois ? Je peux pas être proche de toi comme ça. C'est insoutenable Ryan, je...

- Je suis désolé.

- Tes intentions sont plus que louables mais tout ça, ça devient complètement stupide.

- J'essaye de te préserver.

- Mais me préserver de quoi ? De toi ? Je sais que tu ne veux rien envisager, je l'ai compris et je ne te demande rien et je...

- Tu crois quoi ? Que tu mérites une sauterie dans un hôtel pourri comme celui-là ? Un orgasme, une tendresse éphémère après ? Et puis quoi encore ? On se rhabille café dégueulasse sur le parking et on rentre au ranch. Qu'est-ce que tu crois qu'il va se passer une fois qu'on sera de retour ?

Il la regarda attentivement.

- Une fois que tu seras de retour ? Il n'y aura aucun engagement à la clé parce qu'on est différent, parce qu'un dîner romantique, une sortie au ciné, une balade main dans la main c'est pas envisageable Rachel, j'ai pas le temps pour ça. Les fleurs, les visites au musée, aux expo c'est pas crédible. Et les bijoux Cartier encore moins.

Elle ouvrit la bouche et plissa les yeux.

- C'est ça ? C'est ça le problème ? Mon statut social ?

- Laisse tomber tu comprends rien.

Il se leva du lit et se dirigea vers la porte mais elle l'arrêta.

- Attends une minute...réponds-moi, c'est ça qui te pose problème ? L'argent ? Mon compte en banque ? Celui de Jeffrey ? Je ne veux pas d'une relation idéalisée ou exubérante, je l'avais à Miami et c'est ce que j'ai fui je te rappelle. Les grands hôtels, les grands restaurants, les diamants et les demandes en mariage au Costa Rica sur une plage privée...Je me suis lassée de tout ça et c'est pour ça que j'ai débarqué ici, tu te rappelles pas ? C'est toi que je veux ?...Ryan...

Il serra les dents et secoua la tête.

- Redis-moi comment t'as fait pour venir jusqu'à Denver ? Ou le prix de tes fringues ? De ta montre ou de ton portable ? Tu veux te convaincre que tu as tiré un trait sur ta vie et sur tout ce qu'elle représente Rachel mais c'est de la connerie, tu es née là dedans. Ce désir magistral, je ne l'ai jamais éprouvé et je te jure que si je pouvais je le ferais taire maintenant mais soit réaliste une seconde il n'y a que dans les contes pour enfant que la princesse embrasse la grenouille.

Elle serra les dents et aussitôt le rancher s'en voulut d'avoir était aussi acerbe.

- Merci pour le film.

Elle lui tourna le dos et il ferma les yeux en grimaçant. Rachel attrapa sa veste polaire mais avant de l'enfiler, elle sentit sa main se refermer autour de son bras, il la retourna et la força à le regarder.

- Tu ne crois pas que tu mérites mieux ?

Elle hésita avant de lui répondre.

- Finalement tu avais tord tout à l'heure...tu ne me connais pas du tout.

Elle s'échappa de sa prise et s'éloigna.

- Tu devrais rejoindre Quinn pour dormir un peu."

Rachel s'enferma dans la salle de bain en claquant la porte et Ryan ferma les yeux avant de soupirer.


Il se dirigea vers la porte, sortit avant de jeter un dernier regard vers le fond de la pièce. Une fois dans le couloir, il donna un coup de poing contre le mur.


Rachel regarda son reflet dans le miroir en laissant échapper une larme. Ce désir magistral je ne l'ai jamais éprouvé...Elle aussi le désirait, comme il était, sans artifice, sans exagération, uniquement lui, son corps musclé, ses mains puissantes un peu calleuses, son regard profond, son odeur si fraîche...Elle le voulait tellement, sans grand lit aux draps de soie, sans room service toute la nuit, sans dîner romantique, uniquement ses bras forts et son souffle chaud qui pouvait lui répondre. Son estomac se contracta, elle n'avait jamais désiré Jeffrey de cette façon...Jamais. Elle s'installa contre la baignoire en fouillant dans la poche de son jean. Elle sortit sa bague de fiançailles et joua avec avant de la remettre dans son pantalon. Puis elle alluma son portable et composa un numéro.



"- T'as vraiment une sale tête.

Ryan claqua son gobelet de café sur la table alors que son ami et collègue l'observait attentivement.

- Vu le bordel à 3h du matin c'est pas étonnant, franchement comment t'as fait pour dormir toi ?

- J'ai toujours eu un très bon sommeil.

- Ben t'as bien de la chance. Bon allez on y va.

- On n'attend pas Rachel ?

Il haussa les sourcils.

- On n'a pas besoin d'elle pour la vente, pourquoi tu veux l'attendre ?

- Je sais pas, ça lui aurait peut-être plu de voir comment ça se passe et...

- On y va Quinn !

Ryan n'avait pas envie de lui être confronté ce matin, il se sentait coupable de leur confrontation de la veille et il ignorait totalement comment rétablir une communication adéquat. Avec Quinn, ils quittèrent la salle du petit déjeuner et en arrivant sur le parking, ils s'arrêtèrent en voyant la jeune femme de dos, assise sur la murette.

- RACHEL !

- T'es chiant.

- Ben quoi ?

Elle se retourna et releva ses lunettes de soleil avant de se lever et d'enjamber le petit mur. Elle glissa son livre sous le bras.

- Salut.

- Ca va ?

- Oui je profitais un peu du soleil.

- T'as mangé ?

- Quoi ? Leurs muffins trop cuits ou leurs pancakes trop secs ? Oui j'ai mangé, vous partez pour la vente ?

- Ouais, tu vas faire quoi ?

- Du shopping.

Ryan qui était resté en retrait, s'impatienta.

- Quinn on va être en retard.

Le jeune homme hocha la tête avant de regarder de nouveau Rachel.

- Tu veux déjeuner avec nous ?

- Non c'est gentil mais je serais à l'autre bout de la ville.

Elle déposa un bisous sur sa joue et s'éloigna rapidement sans un regard pour son patron. Elle ne voulait pas lui parler, elle n'en avait pas la force. Ce dernier sentit son corps se tendre alors que son collègue et ami fronçait les sourcils.

- Y a de l'eau dans le gaz ?

Il le regarda, incrédule.

- Ben vous aviez l'air très connecté et là...

- Là on a du boulot alors arrête de raconter n'importe quoi, bouges-toi ou tu reste là.

Ryan monta dans le pick up et son ami marmonna.

- Oh oui ça craint !"



Elle remonta la rue et s'engouffra dans un bâtiment décrépit tout en retirant ses lunettes de soleil, elle s'avança prudemment. Une femme d'environ 40 ans la remarqua au loin et se précipita vers elle.

"- Rachel...je suis contente de vous voir.

- Moi aussi Anita, vous allez bien ?

- Très bien oui...venez il est là-bas.

Elle dirigea la jeune femme vers le fond du bâtiment et près de la grande baie vitrée, Rachel aperçut un petit garçon assis dans un fauteuil, le regard perdu au loin, les bras recroquevillés contre son torse et la mâchoire tremblotante.

- Bonjour Marco...c'est El tu te souviens ?

Une seule syllabe c'était tout ce qu'il réussissait à prononcer de son prénom. La jeune femme se pencha à sa hauteur en souriant et elle tenta de capter son regard.

- J'ai une surprise pour toi."

Elle murmura alors une petite phrase à son oreille et le petit garçon tourna la tête en esquissant un sourire tordu, d'où un filet de bave s'échappa mais au travers de cette malformation, Rachel vit une lueur étincelante allumer ses yeux.



Le Haras était immense et très moderne, Ryan et Quinn se tenaient sur la partie nord avec deux autres personnes. Un homme d'une cinquantaine d'année d'allure simple et une femme blonde en tailleur cintrée.

"- Ils sont magnifiques, le check-up santé me paraît parfait, très bon pedigree...

L'homme fit le tour d'un des chevaux.

- Belle musculature...

Il hocha la tête, ce n'était la première fois qu'il engageait une vente avec Ryan. Il se tourna vers la femme.

- C'est bon pour moi Mme Clivath.

- On leur fait faire un tour ?"

Son entraîneur, Ryan et Quinn engagèrent les chevaux sur le circuit afin que la femme puisse se rendre compte par elle-même de la qualité des animaux qui étaient destinés à de la compétition d'obstacle.



Les cavaliers passèrent à toute vitesse devant les yeux du petit garçon, Rachel se baissa à sa hauteur et essuya son menton.

"- Est-ce que tu as envie de faire un tour avec moi ?

En guise de réponse, il émit un petit grognement et Rachel esquissa un sourire.

- Alors allons-y cow-boy."



Elle arracha le chèque et le tendit à Ryan.

"- C'est toujours un plaisir de traiter avec vous, vos chevaux sont magnifiques, Drew a raison.

- Merci Mme Clivath.

- A l'année prochaine.

Il hocha la tête et agita le morceau de papier devant le nez de Quinn.

- Je te paye un coup ?

Mais le jeune homme ne lui répondit pas. Il avait le regarda perdu vers la partie sud du Haras.

- Qu'est-ce qu'il y a ?

- Euh...rien...on fait un tour ?

- T'as pas envie de déjeuner ?

- On déjeunera après...viens..."



"- Il s'appelle Jagger.

Rachel caressa doucement l'encolure.

- Il est superbe.

Le cheval lui donna un coup de museau et elle éclata de rire. Le propriétaire des lieux esquissa un sourire.

- On l'a récupéré il y a deux mois, il a été blessé dans un accident de transport routier. Le propriétaire n'a pas voulu le reprendre, il craignait qu'il ne lui soit plus assez rentable.

Le cheval agita les oreilles.

- On dirait que vous lui plaisez...vous voulez le monter ?

- Une autre fois, aujourd'hui c'est pas moi qui doit en profiter.

Elle se tourna vers Marco qui se trouvait sur un des chevaux, un écuyer terminait de bien le sangler à la selle.

- Rachel ?

Elle perdit son sourire et se mordit l'intérieur de la joue. Quinn et Ryan arrivaient par la grande porte Nord.

- Qu'est-ce que tu fais là ?

- C'est bon Mlle Davies vous pouvez y aller.

- Euh oui j'arrive...je croyais que vous aviez une vente à faire ?

- C'est fait.

- Ici ?

Quinn hocha la tête et au même moment le petit garçon émit un grognement.

- El...

La jeune femme tourna la tête et Ryan fronça les sourcils en regardant le petit garçon handicapé, ne comprenant pas ce que Rachel faisait ici avec lui.

- Je suis là Marco.

Elle s'approcha du cheval et l'écuyer l'aida à monter. Elle se pencha et murmura quelque chose à l'oreille du garçon qui hocha tout doucement la tête. Elle lui tendit la main et avec un effort visiblement douloureux il parvint à ouvrir ses doigts, Rachel posa une partie des rênes dans sa main puis elle tapota son casque.

- T'es prêt ?

Il grogna légèrement et la jeune femme dirigea le cheval vers le circuit. C'est à ce moment que les garçons remarquèrent la présence d'une femme brune près d'un box. Quinn s'approcha d'elle.

- Vous la connaissez ?

Elle tourna la tête vers lui, étonnée ?

- Qui Rachel ? Oh oui...on l'a rencontré il y a cinq ans, elle était en stage à Phoenix pour son internat de chirurgie pédiatrique.

Elle se rapprocha de la barrière de sécurité.

- Nous sommes de Denver mais il y cinq ans on devait tenter l'opération de la dernière chance pour Marco. Il a eu une méningite fulgurante à l'âge de 6 mois et elle lui a laissé de graves séquelles neuro-psychomoteur : il ne peut pas parler ni marcher et il n'aurait jamais pu voir ni entendre si Rachel ne l'avait pas opéré. Aucun chirurgien de ce pays ne voulait intervenir compte tenu de son handicap et du peu de bénéfice qu'on aurait pu en tirer mais on a rencontré Rachel...

La femme regarda son fils en esquissant un grand sourire.

- Elle s'est beaucoup battue pour cette intervention, elle a été jusqu'en Finlande pour étudier un nouveau dispositif implantable dans le cerveau, elle a même fait venir un chirurgien rencontré là-bas jusqu'à Phoenix. Elle a passé des journées et des nuits entières à convaincre tout les comités décisionnel des Etats-Unis pour qu'on lui donne l'autorisation d'opérer Marco et après deux mois de bataille, elle a enfin obtenu une salle d'intervention et mis le dispositif dans son cerveau. Environ quinze jours après, il a tourné la tête quand on a prononcé son nom et il a été ébloui par la lumière du soleil...c'était tellement magique ce moment...

Elle se mordit la lèvre pour ne pas pleurer et avala douloureusement sa salive.

- On va voir Rachel une fois par an à Miami, Marco adore la plage. Elle m'a appelé cette nuit en me disant qu'elle était dans le coin. Elle est tellement gentille, je trouve ça terrible ce qui lui arrive, que personne ne la soutienne, elle a fait tellement pour nous...on n'aurait jamais pu obtenir tout ça sans elle, elle a tout prix en charge : la venue du médecin finlandais, le dispositif, l'intervention, les suites opératoires. Elle a tout payé de sa poche, certains pourront dire que vu ce que lui rapporte son nom de famille, ce n'est rien...mais elle ne fait pas ça pour se faire bien voir, elle le fait parce qu'elle est comme ça.

Ryan serra les dents en la regardant au loin.

- Elle m'a permis d'économiser afin de pouvoir payer le reste des frais qui maintenant sont moins élevés, je n'ai pas eu besoin d'hypothéquer ma maison et Marco...le jour où il a vu son visage pour la première fois, il a esquissé un immense sourire, aussi grand que le sien, c'était comme une reconnaissance mutuelle, comme si elle aussi voyait pour la première fois. Je trouve ça écœurant la façon dont on la traite aujourd'hui sous prétexte qu'elle a enfreint la loi pour sauver son patient, quand je vois ce qu'elle a fait pour mon fils, je ne peux que me dire que c'est un ange en fait. Tout ce qu'elle fait, elle le fait parce que son cœur lui dit que c'est juste. Les gens ont tord de l'humilier comme ça.

Ryan leva la tête et soupira légèrement en la voyant revenir vers l'entrée du Haras. Ta principale qualité c'est ton altruisme, tu es généreuse et bienveillante...Tout ce que tu fais tu le fais avec ton cœur. Le jeune homme serra les dents en la voyant descendre de cheval puis elle regarda le petit garçon en lui caressant la cuisse.

- Un vrai cow-boy !

Elle se tourna vers sa mère.

- Je crois que vous allez pouvoir retenter l'expérience équitation, il a adoré.

- Je n'avais jamais pensé à une activité de ce genre.

- Ca lui a fait du bien, le cheval est docile, ça l'a détendu même si ce n'est que pour dix minutes...vous devriez réessayer.

- Merci Rachel.

- Je vous en prie.

L'écuyer descendit Marco qui réintégra son fauteuil roulant et Rachel se baissa à sa hauteur.

- Un pique-nique ça te tente ?

Le petit garçon hocha la tête en grognant et elle esquissa un sourire avant de regarder Ryan et son collègue.

- Vous déjeunez avec nous ?

Quinn se frotta les mains.

- Je meurs de faim.

Au même moment le soigneur du Haras s'approcha de Rachel.

- Vous êtes sûr de ne pas vouloir monter Jagger ?

Le cheval s'approcha de la jeune femme et lui donna un coup de museau dans l'épaule, elle éclata de rire. En l'entendant, Ryan fronça les sourcils. Comment un simple rire pour bouleverser son cœur à ce point là.

- On dirait que vous lui plaisez vraiment.

Elle se tourna vers le cheval et lui caressa l'encolure.

- Désolée beau gosse mais j'ai un autre rencart. Une autre fois si je repasse dans le coin.

- Vous pouvez me l'acheter aussi si vous voulez.

- Pas sûr qu'il tienne dans mon appartement à Miami et comme je n'ai plus quartier chez mes parents.

- Vous montez régulièrement ?

- Non...avant je montais avec mon grand-père, il avait des pures sang sur sa propriété. Ils ont tous été vendus à sa mort. C‘est loin tout ça.

Elle se racla la gorge pour éloigner ses souvenirs.

- Bon et ce pique-nique, j'ai faim.

Le cheval agita les oreilles et Rachel salua le soigneur en s'éloignant avec Marco sa mère et les garçons.

- Merci en tout cas.

- De rien mam'zelle...Une chouette fille."



Le soleil inondait le parc, il faisait chaud et un léger brouhaha se mêlait au chant des oiseaux. Les arbres étaient en fleurs, l'herbe était douce. Rachel était couchée sur le dos sa tête collée à celle de Marco, elle lui montrait les nuages.

"- Et celui-là...un rhinocéros...tu vois la corne ?

De temps en temps, il tournait la tête vers elle en grognant légèrement, il essayait de lui prendre la main, il esquissait des sourires tordus et Rachel riait et s'attendrissait devant l'expression de ce qu'il ressentait. Marco avait été l'un de ses plus beau combat en tant que pédiatre. Un combat qu'elle avait gagné malgré l'opinion publique qui l'avait traité de folle.

- La salade est prête.

La jeune femme tourna le visage vers Anita et se releva avant d'aider Marco à s'asseoir en le sanglant à son fauteuil. En voyant sa mère s'emparer de son sac, Rachel tendit le bras.

- Donnez-moi ça, je vais le faire.

- Vous êtes sûr ?

- Oui.

Elle se tourna vers le petit garçon.

- Casse-croûte ?

- Les garçons, salade ?

Anita attrapa les assiettes en cartons que lui tendirent Quinn et Ryan.

- Alors dites-moi, Rachel m'a dit que vous étiez là pour une vente de chevaux, vous avez un haras ?

- A moitié.

Quinn se lança dans une grande explication sur les activités du ranch, alors que de son côté Ryan ne cessait d'observer Rachel. Il ne supportait pas l'idée qu'ils puissent être en froid, il en avait fait la douloureuse expérience la semaine passée où il avait tenté de l'ignorer et tout ce qu'il avait obtenu c'est une grande frustration. Il avait besoin d'elle, de son sourire et de sa douceur, de son entêtement, de son avis pour les questions importantes. Même s'il refusait toujours de se l'avouer, elle lui était devenue indispensable. Rachel ouvrit le sac de soin, attrapa la poche d'alimentation et la seringue avant de s'approcher de Marco avec un paquet de compresse. Elle souleva son tee-shirt et attrapa la sonde gastrique. Ses gestes étaient précis mais doux. Elle brancha la poche d'alimentation à la sonde, la posa sur la petite potence du fauteuil roulant et alluma la pompe électronique avant d'adresser un clin d'oeil à Marco.

"- Bonne appétit."


Quelques minutes plus tard, alors que le groupe avait terminé de manger, Quinn entraîna Anita et Marco dans les allées du parc. Rachel était appuyée contre un arbre, regardant les photos qu'Anita avait prise lors de la séance d'équitation, soudain elle redressa la tête en apercevant Ryan lui tendre son livre. Elle croisa son regard et vit qu'il hésitait.

"- Je suis désolé.

Elle se mordit la lèvre pour ne pas pleurer.

- C'est peut-être mieux comme ça.

Il serra les dents et secoua la tête.

- Non.

Le cœur de Rachel s'emballa lorsqu'elle le vit s'accroupir face à elle. Il transperça son regard et murmura.

- Je ne veux pas coucher avec toi.

Elle fronça les sourcils et s'arrêta de respirer quand il leva la main vers elle pour caresser sa joue.

- J'ai envie de te faire l'amour mais...pas dans un hôtel sordide où les cloisons sont plus fines que du papier calque, où il y a des trous dans la moquette et des araignées dans chaque recoins...je ne le veux pas si c'est pour que tu le regrettes après...aussi éphémère que ça pourra l'être, je veux...

Il soupira et baissa la tête. Rachel ferma les yeux avant de glisser un doigt sous son menton. Ils se regardèrent longuement.

- Je sais que ça ne sera qu'une liaison passagère parce que tu ne veux pas te lier à qui que ce soit, parce que tu as peur de dépendre de quelqu'un, parce que...c'est toi et le ranch...depuis toujours...je sais Ryan...Et je sais aussi qu'il y a plus d'obstacles que de routes saines devant nous et que le principal problème reste Jeffrey mais tu avais tord sur tout la ligne hier soir.

Elle entrelaça ses doigts aux siens.

- Je n'ai pas besoin d'un palace, je n'ai pas besoin d'une tendresse exagérée ou d'une attention outrancière, j'ai besoin de toi...on se retient parce que c'est que c'est mal, parce que...quelque part au milieu de tout ça, la morale veut que mon statut de future mariée devrait être plus important que tout le reste, seulement...

Elle posa la main sur sa poitrine.

- J'arrive pas me voiler la face sur ce que je ressens là...c'est omniprésent, on a beau se disputer, se rendre compte qu'on est différent...c'est là et je ne peux pas continuer à ignorer que c'est en train de me ronger de l'intérieur alors je sais pas...peut-être que je devrais m'en aller et passer à autre chose, parce qu'être à la fois proche et loin de toi sans aucune réponse de ta part c'est atroce, c'est un poids bien trop lourd à porter.

Le corps de Ryan trembla et il la regarda attentivement.

- Tu veux savoir quel est le vrai problème ?

Elle hocha la tête en fronçant les sourcils et il poursuivit.

- J'ai peur...j'ai peur de ne pas pouvoir me contenter d'une seule nuit...d'un seul instant...j'ai peur de devoir te laisser repartir, parce que tu repartiras...tu vaux mieux que le poste que tu occupes actuellement, tu vaux mieux que le ranch.

Elle écarquilla les yeux.

- Ryan...

- J'ai peur de ce que tu représentes aujourd'hui, de ce que tu as réveillé en moi et...la question est de savoir si j'arriverai à me tenir à cette fugacité ou pas.

- Est-ce que ça serait si mal si ce n'était pas le cas ?

- Tu vaux mieux que ça.

- Arrête...ce n'est pas à toi dans décider.

Il glissa ses lèvres contre sa joue.

- Je ne veux pas te faire de mal, je ne veux pas que ça puisse te rendre triste.

- Ce qui me rend triste c'est qu'on se fuit et qu'on se déchire avant même d'avoir essayé parce que j'en ai envie pas seulement pour faire un taire ce désir, pas pour faire payer ses incartades à Jeffrey, il n'y a pas de vengeance, il n'y a pas de calcul c'est juste un sentiment omniprésent qui est là, qui pulse à chaque seconde, qui se répand chaudement dans chacune de mes veines et qui fait battre mon cœur. Je me moque de la morale, je me moque de mon fiancé, ce à quoi je pense à chaque seconde c'est toi...J'ai besoin de toi, j'ai besoin de savoir si ce que je ressens au fond de moi même est identique à ce que toi tu ressens alors dis-moi ce que tu veux que je fasse Ryan ?

Il se recula légèrement et la regarda ne sachant quoi lui répondre, alors doucement il posa son nez contre le sien, il pencha la tête et captura ses lèvres de manière hésitante. Rachel sursauta en même temps que les battements de son cœur. Sa manière incertaine de l'embrasser, la toucha au plus profond de son être. A travers son baiser, elle esquissa un sourire délicat puis elle posa sa main sur sa joue et entrouvrit la bouche. Sa langue caressa sa lèvre et elle le sentit trembler contre elle. Il se releva et intensifia la pression de son baiser avant de coller son front au sien pour reprendre son souffle, il ferma les yeux et murmura.

- Je ne veux pas que tu partes...pas maintenant.

- Alors arrête de me fuir...j'ai entendu ce que tu as dit, que tu veux me préserver pour éviter les regrets mais la décision m'appartient Ryan.

Il transperça son regard avant de soupirer puis il lui tendit son livre.

- Tu veux bien lire pour moi ?"

Elle lui sourit tendrement avant de s'emparer de l'ouvrage. Il s'allongea dans l'herbe et posa sa tête sur son ventre. Instinctivement les doigts de Rachel se perdirent dans ses cheveux alors qu'elle lisait la suite des péripéties de Scarlet O'Hara.


Quelques minutes plus tard, lorsque Quinn revint de sa promenade avec Marco et sa mère, il ne put s'empêcher de pouffer de rire. Rachel s'était endormie la tête penchée contre le tronc d'arbre et Paul somnolait doucement sur son ventre, leurs mains entrelacées, un sourire aux lèvres.



"- Il est pharmacien.

Rachel esquissa un sourire.

- Et il s'appelle comment ?

- Robert, divorcé, un petit garçon de 7 ans.

- Son ex est dans le coin ?

- Action humanitaire, elle est au fin fond du Darfour ou un truc comme ça, visiblement elle préfère s'occuper des autres plutôt que des siens.

- C'est lui qui a la garde du petit ?

- Oui, il est mignon à croquer, il s'appelle Lonan, un amour.

- Tu l'as déjà rencontré ?

- Oui, je n'ai pas vraiment eu le choix en fait, il n'avait pas de baby-sitter samedi dernier alors on a fait un dîner à la maison...c'était vraiment chouette.

- Je suis contente Kelly.

- Et toi dis-moi, t'en es où ?

- Nulle part.

- Arrête, tu m'as dit que tu bossais avec un futur retraité.

- Oui et aussi bizarre que ça puisse paraître ça me plaît, les gens sont très sympathiques et je fais des choses très différentes, ça me fait du bien.

- Tu t'épanouis où pas ?

- J'irais pas jusque là mais je me sens apaisée.

- Tant mieux...j'ai...j'ai appris que Jeffrey avait assisté au gala avec Victoria ?

- Oui et visiblement ils ont été vu ensembles dans les rues de Los Angeles.

- T'en pense quoi ?

- Je ne suis pas censée en penser quoi que ce soit, vu que c'est moi qui nous ait mis dans cette situation.

- Ca ne t'oblige pas à tout accepter.

- Non mais son entreprise est légèrement bancale, il doit rassurer les investisseurs et ça passe par...

- Un break ?

- Oui.

- Définitif ?

- J'en sais rien on n'en a pas vraiment parlé.

- Est-ce que ça serait si grave ?

Au même moment Rachel entendit des coups contre sa porte. Elle fronça les sourcils et partit ouvrir. En voyant Ryan dans le couloir,elle esquissa un sourire.

- Je crois pas non.

Il y eut un moment de silence.

- Oh oh...toi...t'as rencontré quelqu'un.

Ryan s'appuya sur le chambranle de la porte et lui montra sa clé usb en murmurant doucement.

- My Fair Lady.

Rachel hocha la tête et elle se poussa pour le laisser passer. En la dépassant, il pencha la tête et déposa un baiser dans le creux de son cou.

- Je dois te laisser Kelly.

- Tu m'as pas répondu.

- Peut-être bien...je te rappellerais bientôt.

- Tu veux un bon conseil ? Profites-en, j'ai pas besoin de te voir pour savoir qu'en ce moment t'es heureuse, ça s'entend au son de ta voix.

Elle esquissa un sourire.

- Tu me manques beaucoup.

- Toi aussi...à bientôt.

Elle raccrocha et soupira en fermant la porte, sa meilleure amie lui manquait mais leurs chemins étaient aujourd'hui si éloignés l'un de l'autre qu'elle ignorait quand elles pourraient se revoir et se parler comme avant. Elle ferma les yeux un instant puis elle sentit Ryan dégager ses cheveux sur le côté. Il colla son front à l'arrière de sa tête avant de se pencher et de déposer un nouveau baiser sur sa nuque où il respira son parfum à pleins poumons, une odeur enivrante, terriblement attirante. Elle frissonna et serra les dents en tentant de maîtriser les battements de son cœur.

- T'as changé d'avis ?

- Non...pas ici...

- Alors arrête ça s'il te plaît.

Elle se retourna pour lui faire face et ils se regardèrent intensément.

- Quinn dort ?

- Oui...

Il fronça les sourcils avant de se rapprocher, la trouvant plus belle encore que ce matin, il colla son front au sien et murmura.

- J'ai oublié le pop-corn.

Elle leva les mains et entoura son visage.

- C'est pas grave.

Rachel se hissa sur la pointe des pieds et captura ses lèvres doucement. Instinctivement le corps de Ryan se tendit, il grimaça mais il fut incapable de la repousser, il en avait marre d'ignorer ce qu'il éprouver, au diable les conséquences, elle le voulait, lui aussi, point. Il ressentit sa chaleur, sa douceur et son parfum l'envahir comme une vague déferlante qui transperça son cœur. Il trembla lorsqu'il sentit sa petite langue caresser doucement ses lèvres, ses bras la repoussèrent jusqu'à la porte et il intensifia son baiser. Il colla son corps au sien et Rachel esquissa un vague sourire en sentant sa barricades tomber. Mais cette parenthèse intense et voluptueuse fut de courte durée, elle se brisa aussi facilement que du verre lorsqu'un coup fracassant résonna contre la cloison opposée, les faisant sursauter. Des éclats de voix retentirent dans le couloir.

- Mais tu fais chier putain on avait dit sans moutarde.

- Et la tequila, elle où bordel ?

- Va la chercher toi-même bouffon !

Rachel écarquilla les yeux et Ryan secoua la tête.

- Je ne te ferais pas l'amour ici même si tu me tortures.

La jeune femme éclata de rire et embrassa son front, puis sa main attrapa la sienne et ils se dirigèrent vers le lit où il s'allongea avant de tendre le bras pour qu'elle s'installe contre lui. Sa tête se posa sur son torse et il caressa ses cheveux.

- C'était Kelly ?

- Oui, elle a un nouvel amoureux, un papa pharmacien divorcé, sympa visiblement.

- Et comment vas le reste de Miami ?

- Ma grand-mère a fait une conférence de presse hier matin pour rassuré ses ami donateurs car apparemment tout le monde tend le dos en entendant mon prénom et Abigail a du mal à recevoir des dons pour ses associations depuis un mois.

Ryan haussa les sourcils avant de baisser la tête pour la regarder.

- Ca veut dire quoi exactement ?

- Que ma famille rompt tous ses liens avec moi sans même m'en informer, Jeffrey fait la une de la presse people avec Victoria et même si c'est un coup de pub pour réchauffer les actions de l'entreprise, forcément ca fait les gros titres et ca les conforte dans l'idée que je ne suis plus celle qu'il lui faut même si ce n'est pas officiel.

- Vous en avez parlé ?

- Il ne décroche pas quand je l'appel.

- Je suis désolé.

- J'assume les conséquences de mes actes même si c'est dur. Le plus important c'est que Dylan est enfin sortit des soins intensifs, qu'il supporte plutôt bien le traitement anti-rejet et qu'il entrera bientôt en centre de rééducation, le reste...je m'en accommoderais.

Il glissa un doigt sous son menton et la regarda attentivement, elle était déterminée et forte mais derrière ce voile d'assurance, Rachel cachait bien son jeu. Une ligne mince et fragile la transperçait de part en part, qui lui courbait le dos, attristait ses yeux et lui serrait la gorge. Sa famille la rejetait amèrement, son fiancé rompait avec elle sans mettre de mot dessus et même si la jeune femme était attirée par Ryan, même s'ils avaient décidé d'envoyer promener les principes moraux et de céder à la tentation, remettre en cause trente ans de sa vie et touts ses projets n'étaient pas une mince affaire. Ryan voyait bien sa tristesse se dessiner au fond de ses yeux il se devait de la rassurer, cette parenthèse qu'il pouvait lui offrir ne pouvait lui être que bénéfique. Il baissa la tête et l'embrassa tendrement. Son envie d'elle était toujours là, et il était évident que c'était dur pour chacun d'eux de ce contenter d'un simple baiser. Ryan fronça les sourcils en appuyant davantage ses lèvres sur les siennes, instinctivement Rachel colla son corps au sien et ses doigts serrèrent son pull. Il traça un sillon brûlant de sa bouche jusqu'au creux de son oreille et elle se retrouva sur le dos en soupirant de bien être. Peu lui important les déboires que lui infligeaient sa famille et l'humiliation que lui dictait silencieusement Jeffrey, à cet instant précis sa seule préoccupation c'était son bien être, cette chaleur qu'elle ressentait au fond d'elle même et qui provenait de Ryan. Il descendit dans son cou, picorant doucement sa peau, retrouvant prudemment ses lèvres et sans vraiment s'en rendre compte il s'installa contre elle, ses bras de chaque côté de sa tête, son bassin posé contre le sien. Rachel remonta ses jambes contre ses hanches pour le rapprocher davantage, se cambrant et passant ses bras autour de son cou. A bout de souffle et tremblant, il se força à relâcher ses lèvres.

- Je ne veux pas faire ça ici.

Comme pour appuyer sa phrase, ils entendirent un nouvelle fois des éclats de voix.

- Mais va te faire enculer connard.

- Arrête tu voix bien qu'il est complètement défoncé.

- Oh la ferme pétasse.

Une porte claqua, puis une autre et enfin le calme à nouveau. Rachel appuya son front contre le sien et murmura.

- D'accord...

Elle hocha la tête et avala douloureusement sa salive.

- D'accord...enlèves-toi tu m'écrases...

Elle éclata de rire et il glissa son nez dans le creux de son cou. Elle rigola de plus bel.

- Tu me chatouilles arrêtes !

Son nez glissa sur sa joue et bientôt sa bouche retrouva la sienne, il souffla doucement.

- Tu es tellement belle.

Il l'embrassa encore...et encore...et encore...

- Ryan...s'il te plaît...

Elle le voulait tellement que le feu qu'elle ressentait dans son ventre s'était peu à peu transformée en une douleur pulsatile, elle ne désirait qu'une chose qu'il la fasse taire. Elle remua sous son corps et il grogna doucement. Sa main se posa sur sa hanche, la plaquant contre le matelas pour l'empêcher de bouger. Spontanément le corps de Rachel se cambra et ses mains descendirent le long de son torse où elle sentit ses muscles tendus sous son pull, puis il se figea quand ses doigts soulevèrent légèrement son haut, grimaçant face à la griffure que ses ongles appliquèrent à sa peau. Son jugement fut mis à rude épreuve quand elle attrapa sa ceinture, coulissant la boucle avant de défaire le bouton de son jean. Mais la réalité du lieu les rattrapa une fois de plus.

- Mais tu te fous de moi, il a gerbé sur mes godasses.

- Mais fermes-là bordel...bon on va se le faire ce burger j'ai les crocs moi.

Rachel avala sa salive et souffla.

- Je crois que tu devrais retourner dormir avec Quinn.

Il hocha la tête mais son corps était comme figé au sien. Elle entoura son visage.

- Soit tu me fais l'amour tout suite soit tu retournes dans ta chambre.

Il frissonna et murmura contre ses lèvres.

- Je suis déjà dans ma chambre je te rappel.

Elle esquissa un sourire alors qu'il se redressait.

- Tu préfères que ce soit moi qui aille dormir avec Quinn ?

- Je risque rien il est gay.

Elle redressa la tête en écarquillant les yeux.

- Quoi ?

- Tu savais pas ?

- Il est pas gay.

- Ah si je t'assure.

- Mais non.

- A 100%

- Mais Chloé c'est qui alors?

- Sa petite sœur...Hannah t'a pas fait le topo en arrivant ?

- Non.

Elle fronça les sourcils et Ryan précisa.

- Quinn est gay, Chloé c'est sa sœur qui sort avec Eliott. Scott et Sally qui attend leur premier enfant et tu as...Hannah et Charlie avec Hélia qui a dix-huit ans une geek qui sort jamais, soit elle a la tête dans ses bouquins ou soit elle est partie en randonnée et Sean son frère il a seize ans, un dragueur invétéré celui-là, il est tout le temps en train de sourire, il arrive même à charmer les vaches.

Rachel rigola en se redressant légèrement.

- J'en revient pas que Quinn soit gay.

- C'est pas forcément un trait de personnalité ultra visible tu sais.

- Non c'est pas ça...enfin je veux dire...ouais peut-être...à Miami tout les gays sont...enfin, en version stylisé extravagant et ultra efféminé, un peu trop tap-à-l'oeil mais je suppose que ca va avec la ville qui représente la démesure. Il a quelqu'un dans sa vie ?

- Ouais Colin Taker il bosse à la scierie de Whitefish...ca fait quoi...

Il plissa les yeux.

- Neuf ans qu'ils sont ensembles, ils doivent se marier l'année prochaine et ils ont déposé une demande pour une mère porteuse.

Il déposa un baiser sur sa joue.

- Je crois qu'il est vraiment temps que tu rencontres le reste de la famille toi.

Elle esquissa un sourire et se redressa légèrement avant de caler sa tête contre son torse.

- Bon alors, on avait pas un film de prévu ?

- C'est toi qui me déconcentre."

Elle leva les yeux au ciel en rigolant avant que l'écran ne laisse place à un vieux classique des années 50.



"- Vous faites attention à la route.

Quinn hocha la tête avant de l'embrasser sur la joue.

- Ton avion décolle à quelle heure ?

- 10h30.

- Tu fais comment pour rentrer au ranch après ?

- J'ai un bus jusqu'à Whitefish après je reprendrais un taxi.

Ryan qui terminait de vérifier la remorque, fronça les sourcils.

- T'as qu'à appeler quand t'arrive, si Hannah est dispo elle passera te chercher.

- Elle a beaucoup de boulot, je me débrouillerais, vous devriez vous mettre en route.

La nuit était encore fraîche, les garçons avaient décidé de partir très tôt afin d'être au ranch en début de soirée.

- Si tout va bien je serais rentrée ce soir, un peu après vous.

- Ok, t'appelles si ça va pas.

Elle hocha la tête et le regarda attentivement, derrière eux Quinn esquissa un sourire avant de monter dans le pick-up.

- A plus Rachel.

Elle lui adressa un petit signe de la main en souriant, puis elle reporta son attention sur Ryan.

- Je ne t'ai pas entendu partir.

- Je ne voulais pas te réveiller.

Elle lui sourit et baissa la tête.

- Merci pour le film.

Sans même s'en rendre compte, le jeune homme attrapa ses doigts et entrelaça sa main à la sienne.

- T'es toujours partante pour la fête du printemps le week-end prochain ?

Elle planta son regard dans le sien et hocha la tête.

- Oui.

Il se pencha vers l'avant et déposa un léger baiser sur sa joue.

- Faut qu'on y aille, fait attention à toi.

Elle acquiesça et le regarda monter dans le 4x4 avant qu'il ne s'éloigne définitivement. Après environ cinq cent mètres, Quinn fronça les sourcils.

- Euh Ryan l'entrée de l'autoroute c'était à droite.

- On a un truc à faire avant.

- Quoi ?

- Un achat de dernière minute."



Il était une heure du matin quand Rachel arriva au ranch. Épuisée, elle se remonta le couloir pour se diriger vers la cuisine. Sur la table il y avait un set, des couverts, un verre et un petit mot.

"- Je suis à Delrey de l'autre côté du lac, dans un ranch qui appartient à un ami de mon père, il y a eu un début d'incendie, je te raconterais. Si tout va bien je rentrerais demain en fin de matinée. Stuart a assuré. J'espère que ton voyage c'est bien passé. Fais attention à toi. Ryan.

Elle esquissa un sourire en lisant le PS.

- Ton plat est dans le four, sois indulgente je crois que c'est la première fois que je cuisine

depuis douze ans. Bon appétit.

Elle ouvrit la porte du four et rigola légèrement en sortant son assiette qui contenait des pâtes. Elle ouvrit le frigo pour sortir un peu de sauce et se figea en voyant un autre mot devant son nez.

- Hé non j'ai pas oublié la sauce ! Je ne savais pas ce que tu préférais c'est tout. En même temps t'as pas vraiment l'embarras du choix : tomates, tomates ou tomates. Va falloir revoir la liste de courses.

Elle leva les yeux au ciel en riant avant de commencer à manger en se plongeant dans son livre. Une demi-heure plus tard, elle s'enferma dans la salle de bain pour se doucher avant d'aller se coucher. En arrivant dans sa chambre, elle écarquilla les yeux en sentant son cœur s'accélérer. Un tournesol était posée sur son lit avec une clé usb, un petit mot et surtout une petite assiette contenant un mini gâteau au chocolat. Elle s'approcha lentement et s'empara du mot.

- Je sais...on avait dit pas d'attention particulière mais ça été plus fort que moi. Est-ce que j'ai le droit de dire que tu me manques ?

Rachel souffla doucement pour calmer les soubresauts de son estomac.

- J'ai pensé au dessert et à West Side Story, tu me raconteras je l'ai jamais vu. Bonne nuit Ryan.

Elle ferma les yeux et s'empara de la fleur en souriant avant de se mordre la lèvre puis elle attrapa son téléphone et composa son numéro. Il décrocha assez rapidement.

- Ne me dis pas que tu viens juste de rentrer ?

- Mon bus avait du retard.

Il entendit sa voix fatiguée et il grimaça.

- T'aurais du rentrer avec nous.

- Non ça m'a permis de dire au revoir à Marco, on a fait un tour dans le parc ce matin, c'était chouette. Vous ça été la route ?

- Oui sans problème mais en arrivant Ted m'a appelé pour me dire que la grange de ses taureaux avait pris feu dans la matinée. Il avait besoin d'un coup de main pour les déplacer et dégager le plus gros des dégâts.

- Y a pas de blessé ?

- Non c'est juste la toiture qui a pris, il a eu du bol qu'elle ne s'effondre pas, quand je suis arrivé, l'incendie était éteint et ils avaient installés le bétail dans le champ à l'arrière. Le problème c'est qu'ils annoncent des fortes pluies pour les prochains jours, ils ne vont pas pouvoir les laisser dehors. Du coup je vais en récupérer six sur les vingts qu'il a.

- Et le reste il va en faire quoi ?

- Y en a dix qui partent pour Columbia Falls chez un autre de ses amis et les quatre derniers il arrivera à les caser dans la plus petite de ses granges.

- Ok, tu rentres demain ?

- Je vais devoir faire quelques allées et retour pour les ramener au ranch et il faut encore que je lui donne un coup de main pour sécuriser la grange, Eliott va gérer le domaine en attendant. Je pense qu'on se verra en coup de vent.

- D'accord. T'as besoin de quelque chose ?

- De toi.

Elle ferma les yeux et souffla doucement.

- Toi aussi tu me manques.

Ryan serra les dents et hésita, face à son silence Rachel grimaça.

- Tu penses toujours que c'est mal ?

- Pas toi ?

- Je suis fiancée...mais il m'a demandé de ne plus l'appeler pour l'instant parce que sa société a besoin d'être rassurée, y a pas un truc qui te choque là dedans ? Il refuse de me dire ce qu'il veut.

- Et toi tu veux quoi ?

- Là tout de suite ?...je te veux toi...ca fait certainement de moi une salope mais là tout de suite je me fiche de la morale. Comment t'as su que j'adorais les films des années 50 ?

- C'est toi qui m'en a parlé...pas directement mais quand tu m'as dit que je baissais dans ton estime parce que je ne connaissais pas le mythe Clark Gabble et Viven Leigh, je me suis dit que tu devais tout autant apprécier Marilyn Monroe et Tony Curtis ou Audrey Hepburn et Rex Harrisson...et je ne me suis pas trompé on dirait.

- Non pas du tout...mais je préférais voir West Side Story avec toi.

- Alors faut que tu patientes parce que je crois qu'on ne va pas se voir beaucoup cette semaine.

- C'est pas grave, j'attendrais.

Il fronça les sourcils et soupira.

- T'es sûre ?

- Oui...je préfère le voir dans tes bras.

Il ferma les yeux en tremblant légèrement.

- T'as pas le droit de me dire ça.

- Pourquoi ?

- Parce que je suis à quinze km de toi là.

- Et ?

- Et que c'est pas facile d'être loin de toi, tu te souviens ?

- Oui.

Elle s'allongea sur le lit et effleura le tournesol du bout des doigts.

- Tu vas travailler tard ?

- Non il commençait à faire trop froid, on est rentré.

- Mmm...

- T'es fatiguée ?

- Oui.

- Alors reposes-toi j'essayerais de t'appeler demain.

- Je ne veux pas que tu raccroches.

Il esquissa un sourire.

- Je peux te commenter la redif du match des Lakers contre les Pelicans de la Nouvelle Orléans si tu veux.

- 108 à 96.

Elle serra sa couverture contre elle et ferma les yeux. De l'autre côté de l'appareil Ryan écarquilla les yeux.

- Tu regardes le basket toi ?

- Je suis plus branchée base-ball mais c'était un beau match, très accroché.

- T'es vraiment pleine de surprise.

- Mmm...Ryan?

- Oui ?

- Tu crois que c'est mal ? Réponds-moi honnêtement.

- Si je te réponds sans y réfléchir, je te dirais que je m'en contre fous mais pour moi c'est facile, je n'ai pas d'attache. La question est de savoir ce que toi tu en penses ?

- Franchement ? Je veux que tu rentres...et peu m'importe les conséquences, je les assumerais mais je veux que tu rentres...

Elle marqua un temps d'arrêt et murmura.

- Parce que je veux être avec toi.

- J'ai entendu...on se verra bientôt c'est promis.

Il lui parla de l'ami de son père, de son ranch et au bout de quelques minutes lorsqu'il entendit sa respiration régulière, il esquissa un sourire et éteignit son téléphone avant de murmurer en regardant l'écran.

- Bonne nuit."



"- On ne va pas se voir beaucoup cette semaine."


C'était un euphémisme. Ryan passa deux jours supplémentaires chez Ted Farring, l'ami de son père pour l'aider à remettre la grange en état et transporter les taureaux chez lui et à Columbia Falls. Quand il rentra, Rachel croulait sous le travail. Elle avait pris des rendez-vous toute la semaine pour rencontrer les différents prestataires du ranch afin de redéfinir des contrats clairs et pour remettre à jour les tarifs, elle avait vu le banquier pour discuter des comptes. Elle bossait aussi au cabinet médical les jeudis et vendredis, ce qui permettait à Stuart de se faire la main comme remplaçant. Et pour finir, la jeune femme avait considérablement optimiser le potager, le verger et les ruches afin de travailler sur un nouveau projet de médecine par les plantes. Certes elle ne s'éloignerait pas de la médecine traditionnelle et continuerait à faire confiance aux traitements en vigueur sur le marché mais sa proximité avec la nature lui avait ouvert l'esprit sur une autre route qu'elle souhaitait explorer.


Rachel et Ryan ne s'étaient pas parlés et ne s'étaient pas vu de toute la semaine. La jeune femme arrivait à faire abstraction de cette absence en se plongeant dans sa paperasse ou dans son jardin mais pour le jeune s'était visiblement beaucoup plus dur. Il partait le matin avant qu'elle ne se lève en lui laissant un mot qu'il trouvait ridicule à côté de la table dressée pour le petit déjeuner et quand il rentrait le soir et qu'il voyait son plat qui l'attendait dans le four et Rachel profondément endormie dans sa chambre, il grognait de frustration. Alors il l'embrassait sur le front, lui caressait la joue en esquissant un sourire et partait s'allonger dans son lit où il s'endormait avant même d'avoir touché l'oreiller.


Lorsque Hannah vit la tête du patron le vendredi matin, elle grimaça. Il semblait tendu, de mauvaise humeur et visiblement à deux doigts de tuer quelqu'un.

"- MAIS JE ME CONTRE FOUS DE LA TROIS...FINIS MOI LA REPARATION DE CE LOQUET AVANT QUE JE M'ENNERVE.

Sa tante pinça les lèvres avant de murmurer.

- C'est déjà fait.

Elle s'approcha doucement et vit Ryan hurler sur Harold.

- T'AVAIS DEUX JOURS POUR LE FAIRE QU'EST-CE QUE T'AS FOUTU ? TU VEUX LE MODE D'EMPLOI OU QUOI ??

Il repartit en bougonnant avant de tomber sur Eliott

- TU M'AS SORTI LA LISTE DES DEPARTS POUR EVERGREEN ?

- Ben c'est pas toi qui t'en occupe d'habitude ?

Hannah mima une autre grimace quand elle vit la mâchoire de son neveu se contracter.

- TU TE FOUS DE MA GUEULE JE TE L'AI DEMANDE LUNDI...J'ETAIS OU LUNDI ???

- Ok on se calme, je vais m'en occuper...si tu veux mon avis, toi tu devrais faire une pause.

- DE QUOI JE ME MELE ??

- STOP !

Ils tournèrent la tête vers la vétérinaire qui leva les mains.

- Ok temps mort...toi tu sors.

Elle tira la manche d'Eliott.

- Et toi tu montes.

Elle désigna le bureau à Ryan.

- J'ai pas le temps pour tes conneries.

- Montes dépêches-toi, je vais te faire un café ça te fera du bien...

Il commença à grimper les marches en râlant.

- Un décaféiné plutôt."

Elle s'approcha de la cafetière et attrapa son portable.


Il claqua un dossier sur le bureau et fouilla dans le tiroir.

"- C'est pas vrai qu'est-ce que j'ai foutu avec cette feuille encore.

- Il faudrait que tu discipline ton bordel.

Il releva la tête si rapidement en entendant sa voix que son cou craqua légèrement, son corps se figea et il arrêta de respirer quelques secones. Ca faisait une semaine qu'il ne l'avait pas vu et il la trouvait encore plus belle qu'auparavant. Elle esquissa un sourire et s'appuya contre la porte.

- T'es pas au cabinet ?

Elle secoua la tête en se mordant la lèvre.

- J'ai reçu un appel pour une visite à domicile très urgente.

Il fronça les sourcils et elle poursuivit.

- Le neveu d'une dame en pleine crise de nerf.

Il serra les dents.

- Elle m'énerve."

Rachel rigola avant de le regarder attentivement.


La semaine avait été très longue, ne pas le voir, ne pas lui parler, à peine le sentir quand il passait lui dire bonne nuit en rentrant parce qu'ils étaient trop fatigués l'un et l'autre. Et là, en l'espace de quelques secondes, tout lui revenait avec une puissance qu'elle ne soupçonnait pas vraiment. Il se tenait devant elle, en pull et en jean, tout simplement mais pourtant son côté sombre et rustique l'attirait plus que de raison. Ses cheveux étaient en bataille, il n'était pas rasé et il avait des cernes sous les yeux. Elle tenta de calmer ce soubresaut au fond de son ventre, cette envie irrésistible de l'attirer à elle, de le toucher, de l'embrasser et de sentir la chaleur de sa peau sur la sienne.


Elle souffla discrètement en tremblant avant de se dégager de la porte pour s'approcher de lui. Il la regarda en respirant plus vite. Ses cheveux était lâchés, elle portait un pantalon noir, un débardeur rose pâle et un petit gilet blanc. Lorsqu'elle se posa contre le bureau, les relents de son parfum épicé lui arrivèrent jusqu'au nez et il ferma les yeux en tremblant. Elle baissa la tête et hésita avant de tendre le bras pour attraper son pull qu'elle coinça entre ses doigts. Il serra les paupières en tentant de rester maître de lui même car ce n'était ni l'endroit ni le moment de se laisser aller. Elle l'attira à elle sans aucune résistance. Relevant légèrement le visage, son nez toucha l'arrête de sa mâchoire. Ryan déposa doucement un baiser sur sa joue avant de se décaler de quelques centimètres sur sa gauche. Il se retrouva face à elle, la surplombant légèrement. Rachel qui tenait toujours son pull, le relâcha avant de poser ses mains sur ses côtes, percevant ses muscles tendus sous le tissu. Elle se redressa un petit peu. A quelques millimètres de sa bouche, elle murmura.

"- Je suis là maintenant...alors détends-toi.

Il colla son front au sien.

- Ne fais pas ça.

- Pourquoi ?

- Je viens de passer une semaine catastrophique, j'ai plus beaucoup de self contrôle.

Elle le regarda attentivement et esquissa un petit sourire avant de le rapprocher davantage. Spontanément Ryan s'installa entre ses jambes, son corps contre le sien et il respira difficilement. Rachel remonta ses mains sur son torse avant d'entourer son visage. Elle caressa ses joues.

- Tant mieux.

Son nez frôla le sien puis elle pencha la tête et captura ses lèvres dans un geste très doux. Il trembla fortement mais il était incapable de résister à cette attirance. Il entrouvrit la bouche et il sentit sa langue se lier tendrement à la sienne. Inconsciemment son corps s'appuya un peu plus contre le sien, sa main glissa dans ses cheveux et il intensifia son baiser. A bout de souffle elle se recula pour respirer et il en profita pour secouer la tête.

- On peut pas faire ça ici.

- Le motel sordide j'ai compris mais là...c'est quoi l'excuse cette fois ?

Il se recula et posa ses mains sur ses joues pour la regarder attentivement.

- Je peux pas te faire l'amour dans mon bureau.

- Pourquoi c'est une pièce interdite c'est ça ?

Elle se mordit la lèvre avant de baisser la tête. Elle passa ses doigts dans les accroches de son jean et le tira vers elle mais il résista et lorsqu'elle releva les yeux vers lui avec cette lueur d'interrogation, il s'empressa de la rassurer. Sa main attrapa la sienne et il joua quelques secondes avec ses doigts avant de remonter le long de ses bras, de son cou jusqu'à ses joues.

- Tu m'as manqué toute la semaine et visiblement Hannah l'a bien compris.

- Mais ?

- J'ai toujours envie de toi mais je ne veux pas faire ça ici, pas sur un coup de tête, pas parce que tu penses que ça peut apaiser ma mauvaise humeur. Tu mérites mieux qu'un coup vite fait sur mon bureau tu crois pas ?

- Arrête avec ça...on a envie l'un de l'autre et tu me repousses uniquement parce que tu penses que j'ai besoin d'un grand déballage de séduction mais c'est pas le cas..T'as toujours pas compris ?

- Si bien sûr.

Il fronça les sourcils en la regardant, ses mains quittèrent ses joues pour descendre sur ses épaules jusqu'aux pans de son gilet, où elles se glissèrent sous le tissu avant de se poser sur ses côtes en remontant légèrement. Elle trembla et il s'appuya contre elle jusqu'à ce qu'elle bascule un peu en arrière, ses mains ralentirent sa chute et la jeune femme secoua la tête pour dégager ses cheveux. Ryan caressa son ventre en soulevant délicatement son débardeur, la chaleur de sa paume sur sa peau déclenchèrent plusieurs frissons. Il en profita pour déposer quelques baisers dans son cou jusqu'à l'arrière de son oreille, son bassin s'appuya contre le sien et elle se cambra alors qu'il posait doucement son front sur le haut de son torse.

- Je peux pas faire ça ici. Je veux faire les choses correctement et profiter du moment qu'on aura, je veux pouvoir...

Sa main remonta sous son débardeur jusqu'au bord de son soutien gorge et Rachel poussa un profond soupir.

- Explorer ton corps en étant sûr qu'on ne viendra pas nous interrompre, je veux te voir...

Il posa son nez derrière son oreille et respira profondément.

- Te sentir...

Il serra son bassin contre le sien et Rachel se mordit la lèvre en étouffant son gémissement.

- Je veux t'entendre sans que tu retiennes quoi que ce soit parce qu'on pourrait nous surprendre.

Il se redressa et reposa ses deux mains autour de son visage.

- Je veux avoir du temps pour nous...et ici on n'en aura pas...parce que Scott m'attend pour sortir Berckley et parce que tu dois retourner au cabinet...alors oui je peux coucher avec toi maintenant pour me détendre mais...tu te souviens de ce que j'ai dit ?

Elle posa un doigt sur sa bouche.

- Je sais, j'ai compris.

Elle se releva et réajusta son haut en soufflant doucement pour retrouver ses esprits. Ryan glissa ses mains sur sa taille et posa son menton sur son épaule.

- Je te remercie d'être passée en tout cas.

Elle hocha la tête en fermant les yeux avant de coller sa tempe contre la sienne. Ses doigts accrochèrent les siens et elle hésita à se confier.

- J'en meurs d'envie tu sais.

Il ferma les yeux et soupira.

- Je sais...je te promets nous libérer une soirée sympa...encore un peu de patience.

- L'idée de tromper Jeffrey était si loin de moi.

- Si tu penses que c'est une mauvaise idée, si tu crois que ça peut te poser un problème de conscience après alors...

- Non c'est pas ça.

Elle se retourna dans ses bras et le regarda attentivement.

- Je n'arrive pas à occulter ce qui se passe aujourd'hui, j'arrive pas à penser à ce qui arrivera quand je devrais me poser la question de ce qui m'attend avec Jeffrey, je ne veux pas y penser. Je suis probablement très égoïste mais je...

Il attrapa son visage entre ses mains et captura ses lèvres avant de murmurer.

- S'il avait eu un peu de bon sens il ne t'aurait jamais laissé partir.

- Il a essayé, c'est moi qui l'ai fui.

- Demandes-toi pourquoi ?

Il caressa ses lèvres avec son pouce avant d'y déposer un autre baiser.

- Pourquoi est-ce que tu es là ? Pourquoi est-ce que tu me laisse t'approcher ? Pourquoi est-ce que tu réponds à mes baisers ?

Il planta son regard dans le sien et elle esquissa un sourire.

- Parce que tu as plus d'impact dans ma vie qu'il n'en aura jamais...tu m'as attiré à toi avec...tes mots qui viennent de là.

Elle serra son pull entre ses doigt au niveau de son cœur.

- Avec ta façon de me regarder comme si tu traversais mon âme toute entière...il ne m'a jamais regarder comme ça.

Son pouce caressa sa joue alors que son cœur battait plus fort.

- Je me sens transportée quand tu poses tes mains sur moi parce que tu me transmets toute ta douceur.

Elle trembla légèrement, ses mots se bousculaient derrière ses lèvres sans qu'elle puisse les retenir.

- Je me sens en confiance quand tu me tiens dans tes bras parce que tu me donnes ta force.

Un sourire se dessina sur sa bouche face aux souvenirs qui l'assaillaient.

- Tu as...touché mon cœur en me faisant des pâtes et des pancakes surgelés.

Il pouffa de rire et elle se mordit la lèvre.

- Je me pose la même question que toi tu sais...est-ce que j'arriverais à me contenter d'un seul instant...d'une seule nuit.

Le souffle de Paul s'accéléra luttant pour garder le contrôle de ses émotions.

- Je dois rejoindre Scott pour rentrer Berckley.

- Je sais.

- Non tu ne sais pas...je commence à regretter mes bonnes résolutions...

Il caressa son visage et colla son front au sien.

- J'ai envie de toi.

Rachel trembla en percevant le souffle court de Ryan, elle ferma les yeux.

- Alors débrouilles-toi pour ne pas rentrer trop tard, je t'attendrais peut-être.

Il se recula et la regarda attentivement avant de hocher la tête. La hissant contre lui, un baiser passionné termina leur échange alors qu'au même moment Eliott frappait à la porte du bureau les faisant sursauter. Rachel s'éloigna rapidement de Ryan qui soupira en grimaçant. Son ami haussa les épaules.

- Quoi j'ai frappé...j'ai la liste des départs pour Evergreen...tu m'as dit que c'était urgent.

Ryan se racla la gorge.

- Ouais...merci.

Mal à l'aise, la jeune femme se tortilla les doigts avant de tirer sur les manches de son gilet.

- Euh je vais y aller...faut que je retourne au cabinet.

Elle lança un regard à Ryan qui esquissa un sourire discret pour la rassurer.

- A plus tard.

- Fais attention à la route.

- Oui...salut Eliott.

- Ciao.

Elle repartit rapidement vers Whitefish alors que le propriétaire regardait la liste sans vraiment la voir.

- Ok je vais sortir Berckley avec Scott et...

- Elle te fais de l'effet y a pas de doute.

Il releva les yeux vers lui et soupira sans savoir quoi dire.

- T'as remarqué que la liste n'est pas juste ?

Ryan secoua la tête.

- En temps normal t'aurais déjà hurlé...efficace comme pause détente.

Le propriétaire du ranch regarda les lignes qu'il avait sous les yeux.

- Tu peux m'expliquer pourquoi y a deux génisses sur cette liste...on devait leur livrer trois vaches et Gabor le taureau n°4.

- Ouais...sauf que c'est Anton qui a reçu l'appel de l'abattoir lundi et qu'il a fait n'importe quoi.

- C'est bon je vais les appeler.

Eliott écarquilla les yeux.

- Ben dis donc...elle est vachement douée comme toubib, ta mauvaise humeur est retombée comme un soufflet.

- Tu vas me lâcher oui...c'est pas...c'est...

- Ca va je me doute bien que venant de ta part c'est pas sérieux.

- Ca veut dire quoi ça ?

- Elle est fiancée, enfin elle est censée l'être et toi t'as jamais eu de relation de couple, tu sais pas comment ça marche. Tu couches pas avec elle pour te caser ou pour la dissuader d'épouser son mec...elle fera comme toutes les autres, un passage éclair n'est-ce pas ?

Ryan baissa la tête et posa la feuille sur le bureau avant d'attraper son téléphone.

- Primo je couche pas avec elle et deuxio...

Il releva la tête et regarda Embry droit dans les yeux. Il n'avait jamais éprouvé le besoin de vivre pleinement une relation amoureuse, il n'avait pas assez de temps pour se poser et bâtir quelque chose de concret et d'épanouissant. Mais Rachel était tellement différente, ce qu'il ressentait pour elle était en totalement contradiction avec sa façon de vivre auparavant. Serait-il possible qu'il puisse envisager de profiter de sa présence autrement aujourd'hui ? Elle méritait tellement mieux que lui ou que le ranch et pourtant, cet éclat dans ses yeux, c'était pour lui non ?

- De quoi je me mêle ?

Son ami esquissa un sourire.

- T'es vraiment aveugle ma parole...toi t'as fais un achat insensé à Denver pour elle, elle, elle rapplique à la seconde près quand tu es hystérique parce que visiblement elle a trouvé le bon discours pour te calmer et...

Il fronça les sourcils.

- Comment ça vous couchez pas ensembles ?

- Ben non.

Eliott écarquilla les yeux.

- Quoi ? C'est si étonnant ? Tu l'as dit toi même elle est fiancée.

- Te fous pas de gueule, le baiser que j'ai vu à l'instant c'était pas un malentendu et Quinn a dit que t'as dormi avec elle à Denver.

- Mais c'est quoi ces commérages de gonzesses là ?

- Tu couches pas avec elle ? Mais t'attends quoi ?

Ryan grogna légèrement avant de serrer les dents.

- T'as pas du taf à faire au lieu de m'emmerder ?

Eliott ouvrit grand la bouche.

- Ah mais c'est pas des œillères que t'as, c'est carrément la tête dans le sac là.

- Dégages.

Il le poussa vers la porte et son collègue rigola.

- Non mais tu te rends compte de rien en fait.

Ryan claqua la porte et son ami rigola.

- Va falloir que tu sortes la tête de ton trou Mr l'Autruche !"


Il s'installa sur son bureau et s'empara de la liste de l'abattoir en soupirant, il s'apprêtait à les appeler quand il reçu un message urgent de la part du meilleur ami de son père.

"- Besoin d'aide sur une des granges t'as un créneau ?

Ryan ferma les yeux et regarda sa montre en soufflant fortement avant de murmurer.

- Fais chier."

Il grimaça avant de lui répondre.



"- Bien Madame Nerev, voilà votre ordonnance...alors...

Elle prit son stylo et fit le récapitulatif avec sa patiente.

- Sirop pour la toux 3x/jr pendant 1sm, spray pour le nez 3x/jr pendant 3jours c'est à base de cortisone, le paracétamol jusqu'à 6cpm/jr en cas de fièvre ou de douleur et enfin le baume décongestionnant à mettre sur la poitrine 2x/jr pendant 1sm.

- Pas d'antibiotique ?

- C'est viral et vous n'avez pas de fièvre...si ça ne va pas mieux dans 4 jours ou si vous commencez à avoir une toux grasse avec des crachats importants vous me rappelez, d'accord ?

- Oui, merci docteur.

- Je vous en prie.

Au moment où elle referma la porte son portable sonna et elle s'empressa de lire le message que venait de lui envoyer Ryan.

- Je suis partis à Delrey chez Ted y a un soucis, je serais de retour demain matin...je suis désolé.

Elle ferma les yeux en soupirant avant de lui répondre.

- C'est pas grave...fais attention à toi.

- Tu me manques.

- Tu me manques aussi.

- J'aurais du bazarder mes principes moraux pourries tout à l'heure, je le savais.

- Non je pense que tu as raison.

- Sur quoi ?

- Sur le temps dont on doit disposer et je suis d'accord...j'ai envie de passer toute la nuit dans tes bras sans être interrompu et je veux pouvoir me réveiller contre toi.

- Dès que je rentre je me débrouille pour être dispo d'accord ?

- Je sais que ce n'est pas facile avec toutes tes responsabilités et je ne veux pas mettre en porte à faux ton travail.

- J'ai jamais pris de temps pour moi jusque là et je crois que personne ne verra d'inconvénients à ce que je passe un peu le relais.

- Tu ferais ça pour moi ?

- Bien sûr que oui...je dois y aller, à demain et n'oublie pas la fête à Whitefish.

- Je serais là...à demain."

Elle reposa son téléphone et regarda par la fenêtre en soupirant puis un sourire éclaira son visage.

Report this text