Broderie verbale (IV)

la-musique-de-l-ame

29/08/2019

Je m'en irai dormir sur son paradis blanc
Là où la peau est douce et le silence d'argent
Reposer mes oreilles
Pendre ses jambes à mon cou
Je m'en irai sourire comme au soleil couchant
Ses doigts dans mes cheveux comme le ferait le vent
Côtoyer les merveilles
Sans personne d'autre que nous
Ni l'espace, ni le temps

Report this text