_ MAAMA [3]

camille-de-vaulx

Un homme qui perd sa femme en couche se retrouve face à face avec ce gosse assassin.

3.
Les femmes qui meurent


Il n'est même pas venu à ton enterrement.
Trop occupé : à essayer de te survivre.
J'étais là, moi. En pleurs.
Et en noir.


Ta famille avec moi chiale. Ils posent têtes au cercueil, papa-maman. Tellement tristes qu'ils sont laids. Aspergent ta dernière terre, les yeux en arrosoirs :


_    Oh Marie. Ouin ouin ouin. Oh Marie.


Autour ça bruisse. Et les qui-s'en-foutent observent. Frissonnent. Ils banalisent les oncles :


_    Au moins le bébé va bien.


Je leur perce du regard les couilles.


Mon père pianote sur mon dos une gamme creuse. Il brouhahasse de l'inutile. Sous prétexte que sa femme est morte.


Aussi.    



Les mères meurent. Et les fils s'en branlent.
Tant qu'on les aime ailleurs.


Plus personne ne m'aime.
Je vais crever.

Report this text