complainte de l'amoureuse II

C C

Arrive la nuit monstre de froid

Pressante et religieuse

Traînant pesamment ses sabots 

Nos chimères poussiéreuse

L'amertume de nos sanglots


La lune plate se meurt et se lamente et nous ne faisons jamais deux. Nous éclatons à terre dans un magma de bois morts. Nous n'entendons jamais de bruit, pas même l'oiseau qui vole. L'amour demeure et inaudible. Seuls deux sanglots mesurés en décibel percent l'oreille de la lune plate qui se lamente.


Arrive la nuit et quel constat

Mon amour, je n'ai qu'un geste à faire

Et cette table et ces verres

Voleront en éclats

Report this text