Dernière enquête

Marlie Miller

Quand un inspecteur proche de la retraire reçoit de nouveaux indices qui lui évoque une vieille affaire : celle du tueur aux 1000 jambes.

- Chef, on a une canne à l'accueil.

C'est Mireille au bout de fil, une nouvelle recrue.

- Une canne ?

Et dans ma tête, des dizaines de diapositives défilent, à l'ancienne. Il manque que le doux ronronnement de la bécane, et le cliquetis quand on passe de l'une à l'autre. Des jambes, des pieds, des tatouages, des grains de beauté… Tout le détail de celles reçues au poulailler vingt ans plus tôt.

- Quelle couleur ?

- Noire.

- Signe distinctif ?

- Je ne sais pas trop, on l'a vite remballée. Je vous la monte ?

- Non malheureuse ! Au Dr Blondiaux.

- Vous ne voulez pas la voir avant ?

- Quand il m'appellera.


J'ouvre le troisième tiroir de mon bureau. Celui qui est tout en bas. Pas facile avec mon arthrite.

Un gros dossier rouge me regarde. Il me nargue. Je sais exactement ce qu'il contient, chaque feuille, chaque photo. La seule affaire qui m'ait jamais résisté. Alors à deux mois de la retraite, une nouvelle occasion qui se présente ? Je vais pas la rater.


Je décroche mon téléphone :

- Pascal, c'est Hector. La petite Mireille t'amène une canne. Une autre. Tu te souviens des précédentes.

- Évidemment. Mais comment…

- Ah… Arrête de poser des questions. Mets-toi au boulot !

Et je raccroche. Quelle mule ! Toujours à discutailler ! C'est moi le chef ici ! Et pour deux mois encore !


J'ouvre le dossier. Et elles me sautent au visage. Des jambes poilues, tondues, fines, grasses, pâles, bronzées, longues, courtes… Un vrai collectionneur ce type ! Mais c'est tout ce qu'on a sur lui, enfin, qu'on avait ! Alors une victime de plus, j'applaudis.

Mais si Monsieur ! Des indices en plus, je crache pas dessus. Comme celui-là tiens : s'il était inactif si longtemps, c'est qu'il était en taule le salop !


J'appelle Marcel à l'informatique, et je lui refile le tuyau, histoire qu'il cherche les collectionneurs qui ont passé vingt ans à l'ombre.

Et je contacte Edmond, mon indic. Il est plus de la toute première jeunesse, mais il a encore des contacts chez les putes.


Et le commissaire ? Faut que j'y en cause... Enfin, s'il a vu le geste du bras droit que je viens de faire, y comprendra à quoi je pensais.

Parce qu'avant d'y causer, je veux la voir cette jambe. Mais pour ça, faut descendre au sous-sol, et c'est pas gagné.


Coup de bol, le petit Nicolas est en face de moi.

- Eh, mon gars ! Viens m'aider.

Le jeune se pointe, il me tend son bras, et je m'y accroche, depuis le deuxième, jusqu'à la piaule de Blondiaux.

Arrivés là, je lui dis de remonter et de jeter un œil au dossier sur mon bureau.


Je me prépare à ce que je vais voir, avant de pousser la porte battante. J'entre.

Te voilà, vieux filou ! Tu m'as bien mené en bateau.

Sur la table d'examen, une canne, noire, en bois, avec une poignée en plastique, aussi banale que moche.

Mais… Mireille…

Hector, le tueur aux mille jambes, tu l'as eu, y a plus de dix ans !

Je m'assois, vidé de toute cette énergie nouvelle que je sentais affluer en moi, le regard sur cette putain de canne.

Que veux-tu mon vieil ami, ma mémoire me joue des tours !

Report this text