Eran, partie 1

black-word

Ce texte est la première partie d'une plus longue histoire. Pour découvrir la suite, rendez-vous ici : https://www.facebook.com/BlackWordPage/


Son tout premier souvenir remontait à ce cimetière où il s'était réveillé durant une nuit. Il s'était simplement réveillé là, alors qu'il était étendu sur le sol.



Sa peau était laiteuse, dégageant une odeur rebutante, son corps caché sous une grande et fine peau blanche arrachée et il tenait entre ses mains une épée d'un blanc sali, tout comme lui.



Alors qu'il s'éveillait sans avoir de passé, son instinct lui dictait de prendre la route sans plus tarder en direction d'un lieu familier, mais dont il ignorait tout. Il se mit alors à avancer.



Il avait commencé par traverser les rues d'une citée dans laquelle se trouvait le cimetière. Les habitants le regardèrent, lui ordonnant de se rendre et de déposer son arme. Mais son étrange apparence, son étrange démarche, les incitaient à ne pas approcher. Tous le laissèrent finalement quitter la citée sans encombre.



Après avoir franchit les murs d'enceinte, il poursuivit un chemin de terre peu fréquenté, toujours guidé par son intuition. La journée s'était levée quand il longea de grandes cultures agricoles et qu'il voyait des gens y travailler, même si ces derniers avaient tendance à être embarrassé lors de son passage. Le soleil continuait sa route, lui aussi, et quand la soirée commença il venait de franchir un petit village. Alerté par sa présence, tous le dévisagèrent dans un silence de mort.



Ne ressentant ni faim, ni soif, ni fatigue, il n'avait aucune excuse pour stopper sa marche. Il avait déjà pensé s'arrêter ou prendre un autre chemin, mais tout son être le poussait à continuer.



Traversant des villes, des montagnes, des forêts et des plaines par tous les temps. Tenant son épée et son rythme de marche sans faiblir. Ne s'arrêtant sous aucun ordre, aucune menace, aucun barrage, aucune supplique. Marchant toujours tout droit en restant muet comme une tombe.



Sur son chemin unidirectionnel, tout le monde fut prévenu du passage imminent de cet étrange individu sans visage, lui donnant bien des noms et le désignant avec beaucoup de vocabulaire. Certains allèrent même jusqu'à prétendre que sa présence, voire son existence, était un signe divin. Parfois bon, parfois mauvais. Lui écoutait vaguement leurs paroles sans vraiment tout retenir, mis à part le mot errance.



Poursuivant simplement sa route vers l'objectif qui l'attirait sans parvenir à garder de souvenir, le mot errance devint flou dans son esprit jusqu'à devenir eran. Un vague mot sans aucun sens qu'il finit par garder pour se désigner à lui même. Eran.



Eran eu beau réfléchir pendant des heures, se retourner l'esprit dans tout les sens possible, ses seuls souvenirs remontaient à son réveil avant le début de sa mystérieuse quête.



Mais un jour, il s'arrêta.



Faisant face à la forêt la plus sombre qu'il n'avait jamais vu, Eran sentit en lui que son objectif était tout proche. Sans attendre il pénétra à travers la végétation en accélérant le pas, impatient de voir la fin de l'histoire. Mais en arrivant enfin, il fit face à une étrange créature vaguement humaine avec la peau aussi blanche que celle qu'il portait sur lui. A sa vue, un souvenir lui revint.



Eran avait déjà affronté la créature dans le passé. Un combat acharné qui avait engendré beaucoup de souffrance et de destruction.



C'était là la raison de son retour et de cette longue marche jusqu'à lui, Eran était venu pour le combattre une deuxième fois. Il était près, il l'avait été depuis le premier jour.





Signaler ce texte