Feu vert sur versets de converse en herbe

no-mad

Poésie de couleur

Feu vert sur versets

de converse en herbe


J'suis vert !
Espérer voir un jour tout en vers
Poésie de couleurs et monde ouvert
Quand demain belle bleue renverra le vert
Évertuer l'aube d'une ronde sans pervers
J'suis vert !
Pied de verre en main à la santé des amis de fût
Le feu ou le vivant que l'ivresse bouleverse nos vertus
Divine absinthe aux flux de fées
Serine Chartreuse voix enchantée
Mais ! Suis vert ! Suis vert !
Car avoir faim en hiver c'est pas bien super !
Vert de gris des tourments inverse les sentiments
Averse sur un air de twist Oliver
Envers et contre tout, versatile élément
Alors ? J'suis vert !
A l'inverse d'un Hoover rêveur ou d'un Trump convertible
L'œil du miroir magenta sous les tiroirs de la Bible
Une vie pour public averti, vertige du « on verra qui vivra ! »
Hip hip hip, hourra, veritas, eurêka !
Et pourtant : J'suis vert !
Comme un Prévert over-booké du verbe
Ou un Verlaine verrouillé de converses en herbe
Lever les verrous ! Oui ! Mais vers où ?

Destination cornichon, retrouver le Fil
Revenir ver à soi, chrysalide vérine, retrouver le goût
Arrêtes tes salades : J'suis vert !
Costume posthume d' habit poison : réverbération
De bois de mélisse, je bâtirais mon toit
Avec ou sans, mais je souhaite vers toi !
J'suis vert !

Cancane le col-vert, foi de Gulliver
Déjà de jade, dame nature sans langue de bois
Du noyau de soumise kaki, j'en préfère le fruit
Infusion de menthe, que diffusion de menteurs
J'suis vert !
Alors ils se levèrent et ils suivirent
Renversés par l'insomnie du raver

Se lover à l'infini

Parfum vétiver enivrant

Overdose extravertie de nos empathies
J'suis vert !
Et de bleu cyan et de jaune primaire, mixer en vers sévères
Versus bonimenteurs d'émeraudes et catines smaragdines
De chrome ou d'empire, je choisi le pire
J'suis vert !
Remettre le couvert, recharger le revolver
Asperge ou poireau, amande et olive

Pistache et tilleul épinards ou concombre

Sans conter salades, sortir de l'ombre, volver à lumière

J'suis vert !
Ni d ‘Anvers, ni de Vérone à l'automne d' un terrien autonome
Verdict : J'suis vert !
Non pas celui du parti à la langue trop verte
La green lanterne apaisante ouverte
Un point dévergondé choyé dans le nid des ambitions vernies
En verlan je rêve : EVER
Verbiage vert de rage
Stop post à l'envers en réserve de nos rêves
Persévère pas perdre ses vers : NEVER
J'suis vert !
Revers de véronique du taureau en danger
Sur lit d'aurore boréale, un régal ensanglanté
Tous unis vers l'univers de nos propres destinées
Souvenirs sous-verres nous sommes verts !

Envers et divers et en vers avant tout !

Traverser mais pas forcément « quand le petit bonhomme est vert ! »

...ALCOOL…COOL..?

Alcool pas cool vous coule à flots et sans faux col !

Tu prendras bien un dernier petit verre ?

Sans façon, j'ai arrêté de saliver à l'envie d'ivresse !

Pieds et poings liés où ne s'arrête que liberté

Ni de marbre, ni devin, zonard ou mondain, balayés

D'un trait, un doigt bien placé, le majeur aux fesses

À cour, vert jardin, s'approcher du lointain

Garder le cap avant la mise en bière

Le der des der c'était hier !

Allez pour trinquer, pour la santé ?

À trinquer ? Viande saoul et trop cuite J'ai donné !

Quant à la santé c'est là qu'on irait terminer !

Report this text