Il S’APPELAIT JÉRÔME

Amenophis

À travers cette composition je voudrais honorer la mémoire de mon ami Jérôme tragiquement disparu en 2018. Il a connu une courte existence jalonnée de hauts et de bas jusqu’à ce jour funeste.

IL S' APPELAIT JÉRÔME

Il s'appelait JÉRÔME,

ce n'était qu'un homme !

un homme au grand cœur,

fauché par le malheur.

Sur ma route je l'avais croisé,

ignorant qu'il marchait le cœur brisé,

comment aurais-je pu savoir qu'il était en proie à des idées noires !

lui qui avait souvent le sourire aux lèvres,

radieux comme le soleil qui se lève.

Il gardait tout pour lui,

traçait son chemin sans bruit ,

comme un solitaire dans la nuit.

Il s'appelait JÉRÔME,

ce n'était qu'un homme !

un homme qui était là parmi nous,

en apparence  debout,

mais en réalité à genoux,

à genoux dans ses souffrances

qui le rongeaient en silence.

De nature peu bavard,

Il nous a quitté sans crier gare.

Je le revois au vestiaire !

Comme si c'était hier !

revenant du boulot, 

avec son petit sac sur le dos :

« Salut cher ami !  ça va ? « me disait il !

ça va ! tranquille tranquille ! et toi  ?

« ça va ! tranquille tranquille aussi «  me répondait- il ;

Mais ce jour là , et je ne le savais pas,

c'était son dernier salut avant qu'il ne  s'en aille pour toujours vers l'Inconnu ! 

Il s'appelait JÉRÔME !

Ce n'était qu'un homme !

un homme qui était sur sa fin,

fauché par le train du destin .

Qu'a t'il laissé en souvenir si ce n'est son ÉTERNEL SOURIRE ,

et son petit sac sur le quai,

sur le quai de cette gare , le jour de son GRAND DEPART !


Il s'appelait JÉRÔME !

Ce n'était qu'un homme !

un AMI CHER à mon cœur,

qui en guise de fleurs 

dépose ce POÈME sur sa dernière DEMEURE.

Amenophis  




Report this text