Jacqueline *

hafedo

 

 

 

 

JACQUELINE

 

Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés pour tous les pays. Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite par quelque procédé que ce soit sans l’autorisation écrite de l’auteur ou de ses ayants cause est illicite. 

 

 Afedo :   Haf02@hotmail.fr

 

 

                                                                  JACQUELINE

 

                                   Comédie écrite par Afedo (Texte déposé)

 

 

Personnages :

-       WAHID : le proprio

-       KAMEL : le squatteur

-       PAUL : le trader

-       BOODER : le prof

-       PHIL : le dépanneur

-       JACQUELINE : elle-même 

 

 

 

 

      Synopsis :

Dans son deux pièces cuisine où il loge Kamel, Wahid vit péniblement de petits jobs payés à la petite semaine. Lorsqu’il invite ses potes Paul le trader et Booder le prof de sport afin de se mater le fameux classico PSG-OM on est loin de s’imaginer que leur petite soirée va tourner au cauchemar. Quelque chose de bien plus fort que l’amitié les lient, une certaine…Jacqueline ! Phil, l’invité surprise saura peut être remettre tout le monde d’accord.

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 

Scène 1 -  Wahid, Kamel

Chez Wahid. Un salon au troisième étage d’un immeuble. Au fond à gauche, une kitchenette avec comptoir sur lequel est posée une chaine hi-fi. Un tabouret de bar fait face au comptoir. Au premier plan à droite un  canapé, une table basse et une télé cathodique. Un miroir de pied est disposé à droite de la kitchenette. A gauche une porte donne sur la chambre, à droite la porte d’entrée et au milieu en fond de scène une porte donne sur les toilettes. L’appartement est sens dessus dessous, fringues, cds et magazines jonchent le salon. Wahid en robe de chambre et baskets est affalé sur le canapé. Il prend la télécommande posée sur la table basse et allume la télé.

Présentateur du journal télé. - Et puis partons à présent en Auvergne, dans le petit village de Carlat où il fait bon vivre et où le temps semble s’être arrêter. Nous sommes allés rendre visite à Nicolas célèbre tailleur de pipes de père en fils depuis 1850. Inscrit au Guinness des records pour avoir réalisé la pipe la plus longue de France et de Navarre …  

Wahid zappe sur une autre chaine. La télécommande semble ne plus avoir de pile. Il tape dessus énervé et ensuite fait des jets infrarouges de télécommande en direction de la télé.

Wahid. - Kamel ?

Présentateur. – (*Musique générique anxiogène*) Faut-il avoir peur d’avoir peur d’avoir peur …euh…d’avoir peur ?! C’est le thème du débat de ce soir…Avec nous pour en parler… 

Wahid zappe sur une autre chaine.

Présentateur du journal télé. - Après plus de 40 ans passés sous silence les autorités Américaines ont enfin levé la burka…enfin…le voile sur la mort de Kennedy ! Oui, mesdames messieurs, vous avez bien ouï, la mort de Kennedy ! Complot politique mené par la CIA, le FBI et le gouvernement de l’époque ? Et bien que nenni !  Le tueur qui de surcroît serait le corbeau de l’affaire du petit Gregory ne serait autre que… 

Wahid énervé change de chaine en tapant sur la télécommande.

Présentateur sportif. – (Ambiance stade de foot. Il se recale sur le canapé intéressé) Et puis dans moins de deux heures maintenant la rencontre choc entre deux équipes hautes en couleurs j’ai nommé, j’ai nommé…le Paris Saint Germain et (Accent Marseillais) l’Olympique de Marseille. Vous l’aurez reconnu,  chers amis téléspectateurs,  c’est le fameux Classiqui, le fameux Classiquoi, c’est le fameux Classico !…

 Wahid éteint finalement la télé.

Wahid. – Bon, ben c’est pas tout ça ! Quelle heure il est ? Putain ! Déjà ! Merde, merde, merde ! (Wahid se lève précipitamment du canapé télécommande à la main et commence à ranger le salon rapidement. Il appelle Kamel un peu plus fort) Kamel…? Putain…et les autres qui vont pas tarder ! Kammmelll….?  Kamel ?........Kamel ? Mais où est-ce qu’il est encore passé celui-là ?

Wahid le cherche un peu partout dans le salon et finalement regarde par-dessus le comptoir de la cuisine.

Wahid. – Kamel ?

Kamel qui depuis le début était caché derrière le minibar pour chercher à boire sort sa tête comme un diable de sa boite sourire aux lèvres, grand seigneur, avec deux verres à champagne dans la main gauche et une bouteille de coca dans la main droite. Il porte une barbe de trois jours, un vieux pyjama à carreau et des charentaises.

Kamel. – Tin lin !!!

Wahid, effrayé. – Ahhhh !

Kamel. - Heeyyyyyy !!!!!!,

Wahid. - T’étais où ?

Kamel. - Dans l’placard ?

Wahid. – Au placard ?!

Kamel. – Non, « dans » l’placard !

Wahid. – T’as l’intention de jouer sur les mots à chaque fois que…

Kamel. -  Regarde c’que j’ai trouvé ?  

Wahid regarde Kamel un moment dégouté en secouant la tête.

Wahid. (Il lui arrache la bouteille des mains et la garde précieusement dans ses mains) Oui alors, n’imagine même pas une seule seconde toucher à cette bouteille !

Kamel. – Hey oh, c’est qu’une bouteille de coca.

Wahid. – Oui, mais pas n’importe laquelle, (En montrant l’étiquette) c’est une douze ans d’âge !! Je la garde pour une occasion importante.

 Kamel. – Ah oui ? Et on peut savoir laquelle ? Il s’passe jamais rien ici.

Wahid. – Très bien, alors t’as qu’aller ailleurs, j’te retiens pas… Le coca c’est comme les grands vins, le rhum brun ou…les sardines en boite, plus c’est vieux plus ça prend de la valeur.

Kamel, moqueur. – Ohh oh oh ! (Il pose les deux verres sur le comptoir de la kitchenette). Ohh oh oh !!

Wahid. -  C’est un millésime rare ! 

Kamel. – (Moqueur) Oh oh oh ! J’le crois pas !  Un millésime…un millésime ! Hey ho, c’est qu’une bouteille de coca !... T’es en galère à ce point là ?

Wahid. – Oui ! Et alors !

Kamel. - Tu l’as acheté dans une brocante c’est ça ? !

Wahid. - : (Wahid toujours dégouté dirige la télécommande sur Kamel comme pour le zapper mais n’y arrive pas) Mais je fais mes courses où je veux ? Dans une brocante ou ailleurs ! J’ai pas les moyens qu’est ce que tu veux !  T’as les moyens toi ?

Kamel.(Nonchalant) Non, c’est vrai ! C’est la dèche ! La ruine ! La misère ! Mais c’est pas une raison. (L’air de rien) Au fait, laisse tomber y’a plus de piles.

Wahid. –Dommage !!

Kamel. - Y’a plus rien dans ton appart de toute façon ! Plus rien du tout ! Nada ! Walou !

Wahid. : Si y’a toi ! Tu vois pas que tu occupes tout l’espace ! Regarde autour de toi (Il montre le salon en désordre) Tu m’empêche de respirer,  tu pollues, tu privatises, tu annexes, tu colonises, tu… 

Kamel, sans faire attention à ce que Wahid vient de dire. -  Le pire c’est ton frigidaire.

Wahid. – T’as entendu c’ que je viens de direQuoi mon frigidaire ?   

Kamel. - Il fait le ramadan non ?

Wahid. – Il est pas musulman mon frigidaire ! Il est ni Juif, ni Chrétien, ni Bouddhiste ni rien du tout ! Il croit pas en Dieu, il est athée mon frigidaire... (Il se reprend) Mais qu’est ce que j’ raconte ? Bon, c’est bon ! Temps mort ! (Il pose la bouteille de coca violemment sur la table basse et la télécommande. Il essaye de calmer ses nerfs en prenant une grande inspiration) Pour la scène de ménage on verra plus tard ! J’ai pas le temps. (Il se met à ranger le salon) Range tes affaires, j’attends du monde ! Non mais regarde-moi ce bordel ! On s’croirait au rayon lingerie un jour de solde !                                       

Kamel. - Ah oui, qui ça ?  

Wahid. – Paul et Booder.

Kamel. – Pfffff

Wahid. – J’leur aie dit de passer voir le match.

Kamel. – …..Ah bon ?

Wahid. - Aller, aller, ils ne vont pas tarder. Mais Kamel, bouge-toi un peu ! Merdeuuuu ! Ça fait six mois que tu traînes la savate, je sais pas moi…merde…regarde quelle heure il est et t’es toujours en…(dégouté) en pyjama là ! 

Kamel. -  (Il regarde Wahid de la tête au pied les mains sur les hanches) Hé! Ben il est gonflé lui ! C’est juste Paul et Booder c’est pas la reine d’Angleterre ! 

Wahid, tout en rangeant le salon s’arrête net – Bon, dit moi, juste pour me rafraîchir la mémoire un peu là ? Ça fait combien de temps que t’es au  chômage et que tu squattes chez moi ?

Kamel. : (Il compte sur ses doigts jusqu'à 10) Euh…2 mois !

Wahid. – 6 mois, 10 jours, 7 heures, 35 minutes et (Il regarde sa montre) 27 secondes gros malin !

Kamel. : Ah bon ?....... Déjà !

Wahid. : Et oui déjà !...Et oui déjà !

Kamel. – J’ai pas vu le temps passer dit donc…T’es sûr…pour les 27 secondes ?

Wahid. – (Il regarde sa montre à nouveau) 54…55…56 secondes ! Et encore, dans les 6 mois j’compte pas les week-ends, les jours fériés et les heures de nuit. C’est cadeau !

Kamel. - Vas-y Wahid, dégonfle !

Kamel vient se blottir contre Wahid.

Wahid. –Dégonfle !...Dégonfle !!

Kamel. – Ouais, dégonfle ! On n’est pas bien tous les deux, comme ça ?

Wahid. - (Il se dégage) Mais j’aimerais bien dégonfler figure toi ! 

Wahid va dans la cuisine, prend une boite pleine de médicaments, se sert un verre d’eau et avale un comprimé rapidement.


Kamel. – Oh la la, susceptible en plus !...Qu’est ce que c’est ?

Wahid. – « ça » tu vois (En montrant un comprimé à Kamel) c’est ce qui me permet de payer le loyer figure toi et qui me fait … (Il se touche les bourrelets avec dégoût de lui-même comme Louis de Funès dans « La grande vadrouille ». Il se ravise et sort de la cuisine pour faire le ménage) Bon, bon j’ai pas l’temps de t’expliquer,  range tes affaires. Aller, aller, aller…

Au même moment le portable de Wahid sonne. Il le cherche un moment et le portable est évidemment dans la poche arrière de jean de Kamel.


Wahid. – Hey !

Kamel. – Hein ? ….Quoi ?

Wahid. – Mon téléphone !

Kamel. – Ahhh ! (Il comprend enfin et rend le portable à Wahid qui le prend violemment). Désolé.

Wahid.Mouais... (Il décroche) Allo…ALLLOOO !!!...... Ah salut !…Ben écoute super, moi ça va super, super que du neuf…Alors, t’es où ?…(Etonné) En bas !… (A lui-même ennuyé en posant la main sur le téléphone) Merde, merde, merde. (Il reprend) Depuis 20 minutes ? De mieux en mieux. Ben qu’est-ce que tu fous ? Rapplique.....Le code ?...Quel code ? (Il se rend compte de son oubli) Ah le code ! Ben oui le code…excuse moi. C-H-U-V-N-R…. (Plus fort) C-H-U-V-N-R….Ben oui, c’est le code, comme «chu vénère » (En regardant Kamel)…. Ouais ok, vas-y, à tout de suite. 

Wahid raccroche, pose le téléphone sur la table basse.


Wahid. – (Changement de ton- sec) Bon, t’as une minute pour me ranger tout ce bordel.

Kamel. – C’était qui ?

Wahid. – Paul !

Kamel. – Pffffff !

Wahid. – Quoi, pffffff ? C’est la deuxième fois que tu « pffffffffff ». J’te rappelle que c’est aussi l’un de tes meilleurs potes. Tu devrais prendre exemple sur lui d’ailleurs. Bonne situation, super nana, super appart… 

Kamel. – Ah parce qu’il t’a  déjà invité chez lui ?

Wahid. – Non ! Jamais !

Kamel. – Alors comment tu peux savoir s’il a un super appart ?…

Wahid. – Parce que quand on est trader on se doit d’avoir un super appart.

Kamel. – (Pas convaincu) Ah d’accord…d’accord. Et sa nana ?

Wahid. – Quoi sa nana ?

Kamel. – Tu la connais ? Tu l’as déjà vu ?

Wahid. – Ben…non…

Le téléphone de Wahid sonne à nouveau. Wahid se dirige vers la table basse fait un geste en direction de Kamel pour lui dire de patienter et décroche. Un dialogue commence entre Wahid et Booder en voix off.


Wahid. Ah ah, alors, on a déjà oublié le code… C-H-U-V-N-R…Paul ?…Paul…?  

Kamel, en chuchotant : J’vais m’changer…

Wahid. – Paul ?

Kamel, en chuchotant : Hey, j’vais  m’changer…

Wahid, à Kamel en chuchotant : Ouais ouais ok c’est ça !... (Au téléphone) allo …allo..(A Kamel qui entre dans la chambre)  Et le ménage ! Hey, le mena…

Scène 2-  Wahid, Booder (voix off).


Wahid. – Allo! Allo…

Booder. - Crhhuunn crrhhh……….Au secours !!………….. crhhhhh…  

Wahid. – C’est quoi ce délire ?…Booder ???............ C’est toi Booder ?  

Booder. - Crhhuunn…Bah ! Qui veux tu qu’ce soit ? La reine d’Angleterre ? crhhhhh…  

Wahid. – Alllooo !  J’t’entends super mal, y’a de la friture sur la ligne ! Allo ?!... 

Booder. - Crhhuunn crrhhh …J’suis coincé dans l’ascenseur !!! Crhhuunn crrhhh…  

Wahid. – Non !!! …Quel ascenseur ???...Booder ?... 

Booder. - Crhhuunn crrhhh …Celui de la tour Eiffel !!!! Le tiens  imbécile ! Crhhuunn crrhhh … J’ai pas de réseau, ça fait une heure que j’essaie de te joindre. Qu’est ce que tu fous avec ton téléphone ?    

Wahid. – Mais rien, j’étais en ligne avec Paul.   

Booder.Mouais (Longue pause)…Alors on fait comment ?

Wahid. – Ben, je sais pas, laisse-moi réfléchir…euh….hum t’as essayer l’appel d’urgence de l’ascenseur ?

Booder. -  Bien sûr, pour qui tu me prends. J’ai pas arrêter mais y’a personne qui répond (Cri de frayeur) AHHHHHHHHH !!!!!!  

Wahid. – (Surpris) Quoi, qu’est ce qu’il y’a ?...Booder ? …Booder, qu’est c’qu’il s’passe ?...Booder ?  

Booder. – (Après un moment)…Non fausse alerte, c’est mon reflet dans l’miroir déformant ! 

WahidPourquoi déformant ? (Hésitant) Il  est pas déformant le miroir ?!

Booder. – …..Ah bon ?

Wahid.Bon bref, écoute, j’te sens stressé là ! Reste calme. Y’a une solution à chaque problème et un problème à chaque solution. À partir de maintenant je prends les choses en main. Regarde, à côté des boutons d’étages t’as une petite plaque en fer avec un numéro de téléphone …tu la vois ?…. (Pas de réponse. Stressé) TU LA VOIS OU PAS ?  

Booder. - Où ça, où ça ?…  

Wahid. - Mais si, à côté du tag  «  Wahid le gros porc du 3ème » 

Booder.Comment tu veux qu’ je trouve y’en a un paquet

Wahid. –  Discute pas. Si tu veux t’en sortir fait c’que j’ te dis !

Booder.Ok, mais j’ te préviens on va y passer la soirée. 

Wahid.Vas-y j’ te dit.

Booder. - Bon, alors, alors (Ton mécanique et blasé) « Wahid j’ vais t’ marave », « Wahid je t’aime.  Signé La portugaise du 4ème », « Wahid, t’es un gros enc… », « Nique la police et surtout Wahid »…

Wahid, gêné.  – Hum humm. Bon, bon, bon…

Booder. - Non je vois rien…t’es sûr…..Ah si, ça y’est j’ la vois !  

Wahid.  C’est pas trop tôt. Bon maintenant à droite…C’est bon ? 

Wahid s’assoit sur le canapé, prend le calepin post-it sur la table et un stylo et attend les indications de Booder.


Booder. - …Ok !! Qu’est ce que j’ fais maintenant ? 

Wahid. - …Donne le moi…  

Booder. - Vas-y note : Nat. la chaudasse 06 58 39..…  

Wahid.Booder ? …(Ennuyé la main sur le front pour se cacher) Pas celui là, je l’ai déjà !  À gauche ! Booder ! A gauche…

Booder. - Ah ! Ok !!! Ça y’est… 08.92.12.34.56.  

Wahid. – (Il termine d’écrire) 34…56…Bon ok c’est noté, flippe pas, j’appelle tout de suite !!

Booder. - Ok, ok, mais dépêche !

Wahid. - …Hey Booder ?…Booder ?

Booder. - …Quoi ?  

Wahid. - T’as pensé à prendre les pizzas ?  

Booder. - Mais t’es grave toi !!  Arrête de penser qu’à ton ventre et sors moi de là !  J’ai super envie de pisser et j’commence à avoir le vertige. Alors si tu veux ta quatre viandes bouge toi l’cul merde! (On entend le téléphone se couper)

Wahid pose son téléphone sur la table basse, arrache le post-it avec le numéro et se lève.


Wahid.Bon, c’est mal barré. Kamel ?...Kamel ?

Kamel, de la chambre façon « Madame de ». – J’arrive !

Wahid, à la cantonade - Va voir Booder s’te plaît, il est coincé dans l’ascenseur !

Kamel, de la chambre. – Qui ça ?

Wahid. – Booder !...Dans l’ascenseur ….Aller speed !

Scene 3 - Wahid, Kamel.

Kamel sort de la chambre avec un peignoir en soie, chaussons en cuir et foulard autour du cou en se peignant les cheveux comme une nana qui sort de la douche. Wahid se place juste à côté du miroir.


Kamel.Tu veux que moi j’aille voir Booder dans l’ascenseur ?!

Wahid. – Oui toi…(Il montre les fringues de Kamel) C’est quoi ça ? J’croyais que tu devais te changer ?

Kamel. – Ben, j’me suis changé ! ça te plait pas ?

Wahid. – C’est pas une soirée pyjama, c’est une soirée classico ?

Kamel. - Ben et toi ?

Wahid. – Quoi ! Comment ça et moi ? (Il jette un œil sur le miroir. Il pousse un cri lorsqu’il se rend compte qu’il est en peignoir de bain lui aussi) Ah !! Mon Dieu ! (Il se rapproche du miroir) Oh ! Mon dieu !

Kamel. – Ah, bah quand même ! C’est pas trop tôt.

Wahid. -  Bon, bon, bon (Il réfléchit) on aura qu’à dire que c’est une soirée classico et…classico et robe de chambre. Voilà, aller, aller dépêche ! Rends toi utile pour une fois. Prends ce numéro et  gère avec le réparateur !! (Wahid tend la note à Kamel)

Kamel. – Qu’est ce que c’est ? (Il jette un œil distrait sur la note en la bredouillant à haute voix puis il regarde Wahid dans les yeux)

Wahid. – Ben le numéro du réparateur.

Kamel. – Il  peut pas l’appeler tout seul ?

Wahid. – Il  a pas de réseau.

Wahid. - Fait chier ! Il  peut pas prendre les escaliers comme tout le monde ! Un prof de sport ça  prends pas l’ascenseur, ça prend les escaliers.

Wahid. – T’as vu jouer ça où ?! De toute façon il  peut pas, il a une dispense de l’éducation nationale. Aller, aller … !

 Kamel. – (Il se montre lui-même) Dans cette tenue ?

Wahid. – Oui dans cette tenue !

Kamel. -  Et t’as vu quelle heure il est ? Tu sais qu’y a plus de réparateur à c’ t’heure ci ?

Wahid. - Kamellllleuuu !!  

Kamel. – (Il se dirige d’un pas décidé vers la porte d’entrée énervé) Très bien, mais si un jour j’ suis coincé t’as intérêt de faire le nécessaire. J’ te préviens !

Wahid, se remet à ranger le salon. - Oui, oui, oui ! C’est promis. Ça va comme ça ?

Kamel. – A cause des 9 mois de grossesse j’ suis claustro depuis la naissance. Je ne supporterai pas de rester coincé dans une cage d’ascenseur.

Wahid, ironique. – T’inquiète. Aller, aller…

Kamel dégouté se dirige vers la porte d’entrée.


Kamel, dans sa barbe. – (Il se parle à lui-même) Merde putain fait chier ! Un réparateur à cette heure-ci ?...Dans cette tenue ?

Wahid. – (Moqueur) Et prends ton temps surtout, j’ai du ménage en retard. 

Kamel.Ouais, ouais c’est ça !! (Pendant qu’il ferme la porte d’entrée)

Wahid. – Et doucement avec la porte !!!

Kamel. - Merrdeeeeee !!!!

Kamel sort de la pièce en claquant la porte et va rejoindre Booder. Le début de l’intermède musical est synchro avec le claquement de porte.

 

Scène 4 -  Booder, Off/Nana du Service d’urgence, Ascenseur

La scène est plongée dans le noir total.


Booder. -  Kamel ?... Wahid ?……..Maman ?!!!.......Lumière bordel !!...Lumière !

La veilleuse de l’ascenseur clignote et s’allume enfin. On aperçoit le visage de Booder coincé dans l’ascenseur.

 

Booder, satisfait. – Ahhhhhhhhhh !!

Ascenseur. - Crhhuunn crrhhh……… Crhhuunn crrhhh………

Booder. – Allo ! ……..Allo !........Allo !

Ascenseur. - Crhhuunn crrhhh……… Crhhuunn crrhhh………

Booder. – Allo !...

L’interphone de l’ascenseur grésille et une discussion s’engage avec la nana du service d’urgence basé au Maroc, accent à couper au couteau.


Voix off/Nana du service d’urgence. - Crhhuunn crrhhh……… Nathalie Martin, Service d’appel d’urgence pour le sauvetage, l’intervention et la libération des personnes bloquées en cabine bonjour Crhhuunn crrhhh……… ! 

Booder. - Ah enfin, c’est pas trop tôt. Vous  pouvez pas savoir comment ça me fait plaisir de vous avoir…

Voix off/Nana du Service d’urgence. – Crhhuunn crrhhh………Oulah ça fait plaisir aussi ! Que puis-je faire pour vous ? 

Booder. – L’ascenseur est bloqué et je suis coincé, madame. Ça fait plus d’une heure que j’essaie de vous contacter ! 

Voix off/Nana du Service d’urgence. - Crhhuunn crrhhh………Désolé, Monsieur, je ne peux rien faire pour vous, tout notre personnel est en grève, toutes les interventions ont été suspendues jusqu'à nouvel ordre. Veuillez rappeler le service d’urgence dans un jour ou deux, inch’alah ! Au revoir monsi…

Booder. - Hey oh oh oh , Madame, madame ça va pas la tête ! J’espère que vous plaisantez ? J’vais quand même pas rester coincé ici deux jours ? Rien à foutre de votre grève moi ! C’est pas possible ! Mais…mais….Vous avez même pas idée de l’odeur qu’il y a là dedans ! Et……(Déclaré crescendo) je suis fatigué…et je suis en retard…et je vais rater le match…et j’en ai marre ! …

Voix off/Nana du Service d’urgence. - La prochaine fois prenez les escaliers Monsieur.

Booder. Pas possible, j’ai une dispense de l’éducation nationale.

Voix off/Nana du Service d’urgence. – (Un temps) Vous êtes dans l’éducation nationale ?

Booder. - Oui, j’suis prof…prof d’éducation physique… pourquoi ?

Voix off/Nana du Service d’urgence. – Oh pour rien monsieur pour rien… mais la grève, les profs, les profs la grève…

Booder, hausse le ton. - Quoi la grève les profs, les profs la grève…qu’est ce que vous êtes en train d’insinuez ?

Voix off/Nana du Service d’urgence. – En tant que professeur Monsieur vous devriez avoir un peu plus de respect pour ceux qui font la grève, vous ne pensez pas ?

Booder. – J’vais la tuer !!

Voix off/Nana du Service d’urgence. –  Et de surcroît en tant que prof d’éducation physique vous ne devriez pas plutôt emprunter les escaliers ?

Booder, du tac au tac. – Mais j’le crois pas ! J’hallucine !! Mais elle se fout de ma gueule la fatma ! Dites moi madame…euh…Nathalie…

Voix off/Nana du Service d’urgence. - Martin, Nathalie Martin.

Booder. - Oui c’est ça Nathalie Martin, par pure curiosité, mais vraiment par pure curiosité, qu’est ce qu’il y a sur votre bureau ?

Voix off/Nana du Service d’urgence. - Que voulez vous dire ?

Booder. – C’est pas des dossiers que vous avez sur votre bureau, c’est (Avec l’accent arabe)  du thé et des makrouts !!

Voix off/Nana du Service d’urgence. - Monsieur, restez correct…

Booder. - (Avec l’accent arabe) Et ce soir c’est Marrakech couscous party avec toute la famille ? (Il pète les plombs) Aie aie aie !!! You you you you you !! (Il fait un bruit de rythmique derbouka)…Da kede tak, kede tak, kede tak…

Voix off/Nana du Service d’urgence.Monsieur…

Booder, toujours dans son délire. - …..You you you …

Voix off/Nana du Service d’urgence. - Monsieur je ne vous permets pas ! On n’a pas mangé du cochon ensemble !

Booder. – Du cochon ensemble !! (Rires hystériques) Ah ah ah !! ça c’est sûr ! (Il fait un bruit de rythmique derbouka) Da kede tak, kede tak, kede tak…

Voix off/Nana du Service d’urgence. - Crhhuunn crrhhh………Votre demande a été enregistrée. Je vais faire tout mon possible pour vous envoyer un technicien le plus rapidement possible. Crhhuunn crrhhh………

Booder. - Ouais c’est ça ! Et royal air Maroc ils  sont pas en grève eux !! 

Ascenseur. - Crhhuunn crrhhh……… Crhhuunn crrhhh………

Booder. - Allo…allo…allo….

Voix off/Nana du Service d’urgence. - Crhhuunn crrhhh………(Voix lointaine) Au revoir… Crhhuunn crrhhh………

Booder. – Ouais, c’est ça casse toi là !!!

L’ascenseur grésille un moment puis plus rien. Après un moment la lumière clignote à nouveau.


Booder. – Oh non s’ te plaît ! Nonnnn ! Tu vas pas m’ faire ça...Aller, soit sympa quoi, j’ ferais plus jamais pipi dans un ascenseur, promis…..…

La lumière clignote à nouveau puis s’éteint. La scène est de nouveau plongée dans le noir total.


Booder. -  Nooooooonnnnnn !!!! (Après une pause) Wahid ?  Wahid ? Kamel ?...Kamel…c’est toi Kamel ? AU SECOURS….AU SECOURS…AU SECOURS…. (Echo)

 

Scène 5 -  Wahid, Paul.

Quand la lumière réapparait on aperçoit Wahid guilleret qui ramasse les dernières affaires qui traînent dans le salon dont un caleçon sous les coussins du canapé et les jettent dans la chambre. Il se dirige ensuite vers la cuisine l’air joyeux, prend les deux verres à champagne sur le comptoir de la kitchenette et deux autres verres dans le placard. Il vient disposer le tout autour de la « fameuse » bouteille de coca « millésimé » sur la table basse. Paul sonne enfin à la porte.


Wahid. - C’est ouvert !....... (Plus fort) C’est ouvert ! 

 

Paul en vieux costume sombre étriqué façon « Barbès » et « baise en ville » à l’épaule entre avec un paquet cadeau à la main, claque la porte très fort et semble essoufflé.


Paul, essoufflé. - Wahid…  l’ascenseur…. ???   

Wahid. – Ouais, je sais il est en panne !

Paul. – J’ suis mort ! ça va toi ?

Wahid. – Oui, super. Tu sais que Booder est coincé dedans…….et avec les pizzas en plus !  

Paul. – Booder, oh merde !! Il  a pas réussi à appuyer sur le bouton ? (Paul fait un geste pour mimer la petite taille de Booder) ah ah ah !

Wahid. – T’es con.

Paul. – Et alors ?

Wahid. – Kamel est en train de s’occuper de l’sortir de la.

Paul. – Kamel ?

Wahid. – Oui Kamel !

Paul. - ...Bon ben super… (Temporisation) On peut savoir c’ que tu fous en…robe de chambre ?

Wahid. – Ah ça ? Rien, rien, je sors de la douche…enfin j’ t’expliquerai. (Il se rapproche de Paul pour l’enlacer) Soit le bienvenue mon pote !

Paul, recule. - Hop hop hop, (Paul le regarde de haut en bas dédaigneux) tu fais quoi là ? Tu n’ voudrais pas quand même pas froisser mon costard à 3000$ !  

Wahid. - Un costard! C’est ca que t’appelles un costard ?…

Paul se dirige vers le milieu de la scène en imitant un défilé de mode.


Paul. - Hey! Gros !!!Costume Smalto1500 $, chemise Armani 500$, chaussures Jean Marie Weston 700$, chaussettes Hugo Boss 300$… Je suis coté en bourse mec !  

Wahid. - Coté en bourse, pfffff !!....(Il se touche les couilles) coté en bourse !!! A c’ que j’ vois t’as pas changé hein ? Toujours autant branché marques…Tu regardes toujours Disney Chanel ? 

Paul. – Oui pourquoi ?

Wahid.  – Pour rien, pour rien. Et, on peut savoir  c’que t’as là…là dans la main ?  »

Paul.Ha ça ? C’est un « baise en ville » ! C’est pour le taf. (Façon vendeur) aux lignes sobres et élégantes ce sac style contemporain et professionnel multifonctions est doté d’une doublure textile. En cuir lisse de mouton hallal, s’il vous plait, ses compartiments matelassés façon lits à baldaquin peuvent accueillir ordinateur portable, Ipad, Iphone 3G, 4G, 5G, 6G…

Wahid. - Hey ho! ho! Ho ! M6 boutique ! On s’ calme, on s’ calme….. Tranquille…….Pas celle là, l’autre !  

Paul. - Les collègues ils sont morts de jalousie !!!....Quoi l’autre ?!......Ah ça !!!  Excuse-moi, j’ manque à tous mes devoirs, tiens !

Paul lui tend le paquet cadeau à la figure.

Wahid.Fallait pas. C’est quoi ? 

Paul. - Ben, vas-y ouvre !...Aller…

Wahid. – T’es dingue, fallait pas. J’ t’aie pas invité pour que tu m’ fasses un cadeau.

Paul. – Oh, c’est pas grand chose tu vas voir.

Wahid  un air de chien battu ouvre le paquet en se méfiant.


Wahid. - Oh, génial…génial des Yaourts ?

Paul. – Yes, c’est le dessert ! Alors, qui est-ce qui va faire un bisou à tonton Paupaul ?!

Paul ferme les yeux et met les bras en croix en attendant un bisou. Wahid se retourne, regarde derrière lui s’il y’a quelqu’un d’autre que lui-même.


Wahid, ironique. – Humm, hummmm….Et ton costard à 2000 $ j’ vais l’ froisser !

Paul. – 3000 $(En montrant sa joue) Aller, aller…

Finalement, il s’avance et Paul l’enlace.


Wahid. - Du 0% en plus, j’ vois qu’on pense à tout ! (En touchant son ventre) Merci, c’est sympa ! Je…je sais vraiment pas quoi dire, c’est…c’est…

Paul. - Ben, ne dit rien, hé !...Ecoute, c’est moi qui te remercie de m’avoir invité.....Bon t’as vu,  j’ai pas trop eu le temps d’aller acheter ! Réunions, brainstorming, audits, conf-call, j’ suis (Prononcé avec un sale accent) overbooked (En faisant des guillemets avec les mains) j’ai la réunionite aiguë comme on dit !! Ils squattaient  dans le frigo du boulot depuis un moment….Alors j’ me suis dit voilà, ce serait con de les laisser pourrir.

Wahid.Je…je sais vraiment pas quoi dire !

Paul, enthousiaste. – Tiens regarde, y’a même un autocollant de Zahia avec Domenech à l’intérieur ! Collector !!                                 

Wahid, dégouté.  - Ah oui, ben c’est super ça... La même date que le coca en plus ! Ils m’ont l’air déjà bien pourri quand même hein ? Mais c’est le geste qui compte hein ?

Paul. – Ben oui…

Wahid. -  Bon ben ça sert à rien mais on va mettre les fossiles dans l’ frigo alors…

Paul. – (En regardant autour de lui) Ah ça a pas changé ici…toujours aussi…toujours aussi…(On pense qu’il va dire « petit ») sympa ici !

Wahid. – Moins que chez toi j’en suis sur, non ?

Paul. – (Fait mine de ne pas avoir entendu) Comment ? Ah oui…oui…

Paul se dirige vers la table basse et s’assoit sur le canapé pendant que Wahid range les Yaourts dans le frigo.

Wahid. - Bon alors ! Quoi de neuf ? Raconte. Ça marche terrible pour toi le taf à c’qui paraît ?

Paul, fier. - Ben écoute ouais, ça marche vraiment pas mal. Trader chez Richard Goldman and Sax, qui l’eu crut (Insisté sur le « lucru ») !

Wahid. – Hé oui, qui Lucru !

Paul. -  J’avoue, j’ suis assez fier de moi. …Tu sais pour en arriver là ça a pas été facile tous les jours. (A part) Comment est-ce que je vais pouvoir lui avouer que je suis vigile à la supérette. (Fin aparté)  

Wahid. - Ben, ouais, j’ me doute.

Paul. - La bourse c’est un milieu de requins, y’a pas de place pour les faibles. (Il se lève façon boxeur) Faut être un winner, un killer, un tueur quoi ! (Il se rassoit) Tu sais, j’ai commencé au bas de l’échelle. J’apportais le café au directeur de service, j’faisais les photocopies, j’triais le courrier enfin des conneries quoi…et puis de fil en aiguille on m’a fait confiance. Hé ouais ! Quand j’y repense…(Il se lève façon boxeur) il a fallu que j’en écrase des gueules, une vraie boucherie, une tuerie ! (Il se rassoit)  Enfin, j’ai du payer de ma personne quoi !   

Wahid. - Ouais, ouais, ouais, j’ me doute. 

Paul, rêveur. – Chaque fois que je passe une opération je sens l’adrénaline qui me pars de là (il montre son sexe façon Michael Jackson se ravise et montre son ventre) et qui me monte à la gorge. Ah non, c’est des sensations de malades ! Faut connaître ça au moins une fois dans sa vie.

Quelqu’un sonne à la porte.


Paul.Ah ? Laisse Wahid je m’en occupe.  

Wahid, blasé. - T’inquiète, j’avais pas l’intention d’aller ouvrir. 

 

 Scène 6 -  Wahid, Paul, Kamel

Paul se dirige vers la porte et ouvre.


Kamel.Ah, Paul Emploi, ça fait une paye qu’on s’est pas vu ? Ça va ?....

Wahid, de la cuisine. – Une paye… un RSA oui !!!

Paul, gêné.Ben écoute ça va super…nickel.

Kamel. - Qu’est ce que tu foutais ? Ben entre…

Paul. - (Paul embarrassé lui indique ave la main que c’est lui qui est à l’extérieur) Mais…….c’est toi qui…

Kamel. – Hein ?

Paul. – C’est toi qui es…

Kamel. – (Qui vient de comprendre) Ah !

Pendant que Kamel entre à l’intérieur comme si de rien n’était Paul le regarde abasourdis en refermant la porte d’entrée.


Kamel, faisant un clin d’œil complice à Wahid. – Ben qu’est ce qu’il fout en costard lui, il est pas au courant ?

Wahid fait des grands gestes pour lui dire de se taire.


Wahid. – Chuuut…chutt…

Paul. – Non…euh au courant de quoi ?

Wahid. – Rien, rien, rien.

Kamel. – Ben ce soir. (Clin d’œil à Wahid) Il est pas au courant ?...Il est pas au courant ! J’t’explique, ce soir c’est soirée classico et (Appuyé le « et ») robe de chambre !

Paul. – Euh…non…j’ai pas été prévenu mais je peux…

Wahid. – (Gêné) Non, mais c’est rien, c’est pas grave… En même temps, c’était pas une obligation…

Kamel. – Mais laisse Wahid…(A Paul) Attend, attend, une seconde j’vais t’arranger l’coup.

Kamel entre dans la chambre.

Wahid. – Laisse tomber Kamel, laisse tomber. 

Kamel, de la chambre. Si, si t’inquiète ! ….Ah, ça y’est ! J’ai trouvé ! Tu vas voir, ça va t’aller comme un gant.

Il ressort avec son peignoir de bain et se propose d’habiller Paul.


Kamel. – Attend, essaye moi ça.

Paul. – Euh…t’es sur ?

Il lui retire son « baise en ville » d’une main et de l’autre lui met la robe de chambre. Il lui remet ensuite « le baise en ville » à l’épaule.

Kamel. – Mais bien sur qu’ j’suis sur. Voilà, voilà… (Il prend Paul par les épaules et le dirige face au miroir de pied) alors ?

Paul. – Je sais pas…Je sais... pas…on dirait un témoin de Jéhovah en robe de chambre non ?

Kamel. – Mais non, qu’est ce qu’il raconte celui là !! T’es superbe !! Wahid, c’est comment ?

Wahid. - (D’un ton sec à Kamel sans répondre à la question) Bon alors ?!  

Kamel. - Alors quoi ?  

Wahid. - Ben Booder, t’en a fait quoi de Booder ?  

Kamel.Ah, lui !!! Il est encore dans l’ascenseur. Je l’ai laissé avec le réparateur.

Wahid. – Et il en a pour longtemps ?

Kamel. – Aucune idée.

Wahid. – Bon, moi j’ peux plus attendre. J’ voulais vous réunir tous les trois mais apparemment c’est pas possible. Tant pis, de toute façon il le saura bien assez tôt.

Paul. – Qu’est-ce que tu veux dire ?

Wahid. -  (Il prend un air joyeux) Messieurs si vous voulez bien vous dirigez vers le canapé j’ai une nouvelle très très très très très très très très importante à vous annoncer.

Kamel, inquiet. – Une nouvelle ?

Wahid. – Oui une nouvelle.

Wahid pousse Kamel et Paul en direction du canapé.


Paul. - Oh non, dis moi pas que le match a été annulé ?

Wahid. - Non, non, non.

Kamel. - Quoi, t’as décidé de faire un régime ?

Wahid. - Mais non ! Une minute…Asseyez vous, mettez vous à l’aise et ouvrez grand vos oreilles

Paul et Kamel. – Ok, ok, ok, ok, ok.

Wahid. - ……ça va, vous êtes bien installés ?

Paul et Kamel. – Oui, oui, oui…

Wahid. – Très bien ! ………Ah, j’oubliais ! (Un temps) Le coca !

Il prend la bouteille de coca dans ses mains l’air fier, la débouche et sert trois verres.


Wahid. – Hé, hé….millésime……12 ans d’âge…..

Paul.12 ans d’âge ?!!

Wahid. – Hé hé, oui, (Il indique Kamel) comme lui ! (Il termine de servir les verres) Voilà !

 

Il tend ensuite les verres à Paul et Kamel qui prennent la pause.

Kamel. – …Bon c’est quoi ta nouvelle ?

Wahid, le verre à la main en prenant un air solennel. – Minute………Messieurs, vous n’êtes pas sans savoir que j’ai rencontré une fille y’a quelques mois…

Kamel et Paul. – Oui, oui…euh …enfin non, non…

Wahid. – Bon, ben j’ vous l’ dit, j’ai rencontrer une fille…

Kamel. – C’est pas trop tôt ?

Paul à Kamel. – Chuuutttt…laisse le terminer.

Wahid. – Humm (Il passe sur la dernière remarque de Kamel) …et ça se passe tellement bien qu’après moult tergiversations nous avons décidés de nous…

Le téléphone sonne à nouveau. (Sonnerie cérémonie de mariage/La marche nuptiale Mendelssohn). Wahid pose son verre sur la table basse.


Wahid, ennuyé– C’est pas possible c’est la soirée !

Paul et Kamel maintiennent leur verres respectifs a porté de la bouche.


Wahid. -  (A Paul et Kamel) Si vous voulez bien m’excuser... (Ton sec, il décroche) ALLO !.....Salut ma chérie, ça va ?...Quand on parle du loup on en voit la queue ! Ecoute, j’étais justement en train de parler de toi. …Ouais…je reçois du monde ce soir…non, non, j’ai invité mes potes pour voir le match…Classico, PSG-Marseille…Aller Marseille, aller Marseille !! ... (Il chuchote) Oui, en même temps, j’ vais en profiter pour leur annoncer la nouvelle... (Après un moment ) Comment ça quelle nouvelle ?... ben nous deux......tu sais toi et moi…nos épousailles quoi…

 

A ce moment précis Paul et Kamel avalent une gorgée de coca et font la grimace et poussent un râle de dégoût.

Wahid, pas rassuré après un moment. - Qu’est ce qu’il y a j’te sens pas là, ça va ?  Sinon, c’est toujours ok pour toi demain la soirée ………. Hein ? Quoi ? Mais qu’est ce qui te prend… non mais tu peux pas m’ faire ça ? Tout est bouclé, les invites, le traiteur, l’orchestre… le chameau…tout quoi !....Mais comment ça t’a rencontré quelqu'un ? Mais comment ça t’ as rencontré quelqu’un ? Tu t’ fous de moi... j’ le…j’ le connais ?.... (Il change de ton) Ah d’accord ça y’est ! T’es en train d’ me faire une farce c’est ça ?........Pas du tout, t’as jamais été aussi sérieuse de toute ta vie ! Non mais c’est pas possible, tu peux pas m’ faire ça ? J’ pensais que tous les deux c’était à la vie à la mort… Allo…Allo…(Temporisation, ensuite un bip téléphone se fait entendre. Wahid retire le téléphone de son oreille et reprend atterré face public) ….Et notre soirée « Pyjama & pudding »…

Wahid pensif, le regard vide erre sur la scène un moment, pose son portable sur la table basse sous le regard inquiet de Paul. Kamel, lui, n’a rien écouté de la conversation.


Kamel, à Wahid. – Bon alors ta nouvelle, c’est pour aujourd’hui ou pour demain ?

Paul essaie de détourner la conversation.


Paul.Hum hum hum… Tiens ben tout ça, ça me rappelle un truc complètement dingue qui est arrivé à ma copine dis donc.  Elle est restée coincée comme ça toute une journée dans un ascenseur. Une galère j’ vous raconte pas.

Kamel. – (Pas intéressé mais qui fait mine de l’être). – Ah ouais ?!

Paul. -  Elle allait à son boulot comme chaque matin (Déclaré d’une traite) sauf le vendredi parce qu’elle a pris un 4/5ème et quelle trouve ça vachement bien parce qu’elle ça lui laisse le temps d’aller faire ses courses pour le week-end, de régler ses papiers, de faire une lessive enfin bref ! CLAC !!!!  L’ascenseur c’est arrêté entre deux étages.

Kamel. – Ah ouais ?! Non ?

Paul. – Si si ! Entre le cinquième et le sixième étage si je ne dis pas de bêtises. Non autant pour moi, entre le sixième et le septième. Oui voilà c’est ça, entre le sixième et le septième… A moins que ce soit entre le septième et le huitième. Bon bref, au début elle n’a pas flippé du tout … (Sombre) mais plus les heures avançaient et… (Gai) moins elle flippait. Cool la nana non ?!

Kamel. – Ah ouais ?!

Paul. - Quand les pompiers sont arrivés ils lui ont demandés si elle avait flippé et elle a dit « non ». Du coup comme elle avait perdu une journée de boulot elle a fait passer ça en RTT et s’est passé comme une lettre à la poste…

Kamel. – Quelle histoire !

Paul, après un moment - C’est vachement pratique les RTT. (Rires niais)

Kamel. – Ouais, ouais, j’te l’ fais pas dire, c’est …c’est super pratique les RTT !...Les PTT aussi d’ailleurs…Les VTT…

Paul. – (Après un moment /Soupir) Ah ! Sacré Jacqueline !!! 

Wahid s’arrête net au milieu de la scène et semble défaillir. Paul voyant cela cours en direction de Wahid pour le rattraper dans sa chute.


Paul. – Hey, hey !! Wahid ?!!

Il rattrape Wahid mais sous le poids tangue à travers à la scène.

Paul. – Ohhhhhhhh….ohhhhh….aide moi il pèse un âne mort !

Kamel agrippe Wahid.


Kamel. – Oh la vache !!

Paul. – Aide moi à l’étendre par terre…!

Paul. – Wahid ? (Il lui met des petites claques)…Wahid ?...Wahid ?

Kamel. –  Il est…il est…il est mort !!

Paul. – Mais non, il est évanoui imbécile…(Il lui met des claques) Wahid ?...

Kamel. – Attend laisse moi faire (Il relève ses manches comme pour lui mettre des claques) J’ vais m’en occuper.

Paul. – Qu’est ce que tu fais ?

Kamel. – Rien, rien pourquoi ?

Paul. – Mouais….C’est pas l’ moment de régler tes comptes.....tiens donne moi un verre de coca ça va lui faire du bien…

Kamel. – T’es fou, tu veux l’achever…

Paul. –….. Bon, alors aide moi, on va essayer de l’allonger sur le canapé. Wahid ? ……Wahid ?

Kamel. – …On ferait mieux de ramener le canapé ici tu crois pas ?

Paul. – T’es con ou quoi ? Aller, aide moi…(Enervé) Aide moi.

Kamel. – Ok, ok …..

Paul. – Tiens. Toi prends le de ce côté là (Il lui indique le torse) et moi j’prends l’autre (Les jambes).

Kamel attrape Wahid par les oreilles pour le soulever et Paul l’arrête.


Paul. – Kamel ? Qu’est-ce que tu fous ?

Kamel. – Ok, ok ! (Il le trainent jusqu’au canapé tant bien que mal). Putain qu’est ce qu’il est lourd. Pourtant, j’comprends pas, ça fait trois jours qu’on a rien avalé. 

Paul. – Voilà, pose le sur le canapé.

Une fois étendu sur le canapé.

Paul. - Ben gros, qu’est ce qu’il se passe ? Hey gros ? Il ne faut pas te mettre dans des états pareils……Wahid ?…Wahid ?…(A Kamel) Ben qu’est ce que j’ai dit ? J’ai dit un truc qui fallait pas ?

Wahid. – (Il délire dans son sommeil/un cri)  Jacqummmppff !!... Jacqummppff !!

Paul. – Quoi ? (A Kamel) Il a dit quelque chose là ?

Kamel. – J’sais pas, j’ai rien capté !

Paul. – Ben Wahideuuu !!!!!

Wahid. – (Il délire dans son sommeil)  Jacqummmppff !!... Jacqummppff !!

Paul. – Ah ! Tu vois ! …Wahid ?...Wahid ?...

Wahid. –  Jacqummmppff !!... Jacqummppff !!

Kamel, face publique, sur de lui. -  Moi, personnellement, je ne vois qu’une explication possible.

Paul. – Ah oui, laquelle ? Dépêche, on est en train d’le perdre là !

Kamel. – Stress post-traumatique !

Paul. – Quoi ?

Kamel.- Stress post traumatique…(Sur de lui et déclaré d’une traite) lié comme son nom l’indique à une expérience anxiogène extrêmement traumatisante accompagnée d’une décompensation compulsive généralisée associé au terme Jacqueline ! Enfin, un classique quoi ! 

Paul et Wahid qui ouvre les yeux subitement regardent Kamel un long moment dubitatifs.

Paul. – Bon, t’arrête de dire des conneries ! (Wahid retombe évanoui) Essaye de m’aider, tu vois pas qu’il est vraiment mal !...(Il lui met des claques) Wahid ?…Wahid ?...Ah ça y’est, il ouvre les yeux. Wahid ?…..  

Kamel, ironique. - Ok, ok, excuse moi d’essayer de trouver une explication logique (il se dirige vers Wahid) Bon, pousse toi, laisse moi essayer, c’est mon tour.

Paul. – Ok, mais t’as intérêt de… pas de conneries !

Kamel. – Hey, tu m’connais ?

Paul. – Ben justement, c’est parcque j’te co…

Kamel. - Tais toi et regarde….Wahid ? Hey Wahid ? Wahidouuuu ! (En faisant de grands gestes à la Mandrake) Démonstration...Micheline….aucune réaction…Monique…pas de réponse…Marie-Chantal…Silence radio. (A Paul) Maintenant regarde bien…Jacqueline !!  

Wahid relève la tête, pousse un cri et tombe dans les pommes à nouveau.

Paul, en poussant Kamel pour qu’il s‘écarte. - Merde, t’es con ! Regarde c’que t’as fait ? Merde !  Wahid ? Wahid ?...Putain, j’te donne carte blanche 5 secondes et voilà le résultat.

Kamel, s’adressant à Paul. – Tiens, tu vois que j’avais raison ! CQFD !! Excuse moi de vouloir trouver une solution. Moi ma copine s’appelle Jacqueline et j’en fait pas toute une histoire. 

Paul.Wahid ? Wahid…..Wahid … 

Wahid, dans sa barbe. – Jacqwwwfffff !

Paul qui n’a pas entendu rapproche son oreille de la bouche de Wahid comme si il était à l’agonie.

 

Paul. – Comment ?

Kamel. – Qu’est ce qui dit ? Qu’est ce qu’il dit ?

Paul, à Kamel. – Chuuutttt…..Tais toi, j’entend rien.

Wahid. – Elle…elle…elle

Paul. – Elle ?

Wahid. – Elle…elle…

Paul. – Elle ?...Ailes de poulet sauce barbecue ?

Wahid, fait non de la tête. – Elle…elle m’a quitté…

Paul. – Mais qui ? Qui est-ce qui t’as quitté ? 

Wahid. – Ja…Ja…Ja

Paul. – Ja…ja…Jarret de veau aux délicates épices du Chintacé. (Wahid fait non de la tête) Non ? Ben, je sais pas moi fait un effort toi aussi, j’comprends rien.

Wahid. – Ja…Ja…Jacqwwfffff…

Paul. – Jacqmpfffff (A Kamel) Tu comprends quelque chose toi ?

Kamel. – Non non.

Wahid. – Pour…..pour…pour…

Paul. – Pourboire…

Wahid. – Pour…pour…

Paul. - Pourliche…

Kamel. – Qu’est ce qui dit ? Qu’est ce qu’il dit ?

Paul.- Shuttttt….. Pour ?…

Paul qui n’a pas entendu rapproche son oreille de la bouche de Wahid.

Wahid. -  Pour… un vigile de supérette.

Paul. – (Relâche Wahid subitement effrayé) AHHHHHHHHHH !!!!

 

 Quelqu’un sonne à la porte.  

Pour lire la suite vous pouvez me contacter. See you.           

Report this text