J'ai craqué

rapiere

J’ai craqué

Il m’est arrivé quelque chose d’horrible aujourd’hui. Ma volonté de fer a faibli. Mon courage extraordinaire est mort. Aahhh (long soupir pathétique )

J’ai craqué. J’ai acheté… C’est horrible de vous le dire, j’ai honte…Si vous saviez comme je m’en veux.

J’ai acheté du ketchup en promotion.

Après toutes mes tentatives de sevrage, tous mes efforts et tous mes sacrifices consentis depuis douze jours,6 heures et 23 minutes, je suis allée au supermarché.

Et j’ai acheté du ketchup. Et le pire, c’est que je n’aime pas le ketchup.

Je sais ce que vous allez dire, que tout est une question de volonté, qu’on peut toujours y arriver etc. Mais c’est dur. Comme le dit mon psy, c’est vraiment quelque chose qui demande du temps !

Mon psy, c’est le docteur Césarnac. Et c’est un sacré bon psy ! Avant lui, je dépensais des sommes astronomiques à Carrefour ! Maintenant, c’est ma mère qui fait les courses et tout l’argent que je dépensais, et bien il va dans les rendez vous pour me soigner. C’est bien. J’ai l’impression d’avoir fait des économies.

A notre premier rendez vous, j’ai vu qu’on était fais l’un pour l’autre. Mais attention, pas comme dans les films à l’eau de rose, non ! Il était le médecin qu’il me fallait et il a su tout de suite me mettre à l’aise. D’ailleurs, LE premier truc qu’il m’a dit c’est « ici vous pourrez dépenser sans vous faire du mal » .  Il m’a comprise tout de suite, je vous dit ! C’est un professionnel !

Au début, j’ai participé à une thérapie de groupe. On était tous en rond, là sur nos chaises et on parlait. On disait nos souffrances, nos galères. Certains d‘entre nous ne sortaient même plus, tellement ils avaient peur de retomber dans l’achat.

(Silence) Un jour même, ils ont ouverts des grands yeux quand je leur ai dis…

Quand je leur ai dis…que ça faisait si longtemps que je n’étais pas retournée à Carrefour que mes bons de réduction étaient périmés.

C’était ma première victoire. Et ils ont applaudi !

Seulement voilà, les thérapies de groupe, ça suffit pas. Alors je vois mon psy tous les jours et on fait une «  simulation en conditions réelles » toutes les semaines. On va dans un magasin, il a sa liste et on ne doit acheter que ce qu’il demande. Et pour nous faire comprendre la valeur des choses, c’est nous qui payons !

C’est au cours de l’une de ces simulations qu’est arrivée la terrible catastrophe. Je suis restée seule dans le magasin. 20 minutes. Le temps réglementaire. C’est le temps qu’il m’a fallut pour subir cette horrible contrainte qui m’a forcé à acheter du ketchup. C’était beaucoup trop dur, je ne pouvais pas supporter !

J’ai rendez vous chez mon docteur ce soir. Il va renouveler mon ordonnance. Des antidépresseurs. C’est exactement ce qu’il me faut.   

Report this text