J'ai cru

Stéphanie Lecigne

Comme tous tu es imparfait, mais je croyais que tu étais vrai.
J'étais terrifiée à l'idée d'aimer, à l'idée de t'aimer. J'avais bien trop peur de par mes expériences passées. Peur de m'ouvrir, de ressentir, d'offrir l'accès à mon cœur. Mais très vite tu as trouvé les mots qu'il faut, les gestes spéciaux. Petit à petit et en même temps rapidement, tu as réussi à me faire penser que c'était possible, que c'était réel, que je n'avais plus besoin d'avoir peur. Tu m'as convaincue que je pouvais à nouveau et encore faire confiance. Je me suis laissé emporter par ton âme et par tes bras, tes paroles, tes regards, émerveillée. Non, avec toi, rien de grave ne pouvait arriver. Non, avec toi rien de tout cela n'était possible. Tu étais vrai à mes yeux, un de ceux qui jamais ne pourraient me faire ce genre de mal. Ma confiance était entière, et elle était tout à toi. Tu n'étais pas parfait certes, mais tu étais parmi ce que j'avais de plus précieux dans ma vie. J'étais prête à regarder vers l'avenir avec paix et amour. J'étais prête à tout faire pour toi, avec toi. Soulever des montagnes, gravir des sommets, parer les difficultés. Sans douter et sans faillir, t'aimer. Pardonner ou haïr ? Reculer ou avancer ? Amour ou fierté ? Ego ou sentiments ? Cœur ou raison ? Partir ou rester ? Te quitter ou t'aimer ? Tu n'es pas parfait, mais personne ne l'est. Chacun possède ses défauts et ses travers, ses manies et ses erreurs. Agir sans jamais faillir et sans se laisser emporter est totalement impossible. Nous avons tous nos moments d'égarement, nos craintes, nos troubles. Rien ne peut jamais être toujours rose et positif, la réalité n'est pas un conte de fées. Tout ça, c'est un fait. Et je ne suis sûrement pas exempt de toutes ces choses, il n'y a sur ce sujet aucune exception qui confirme la règle. Mais... Jamais je n'aurais pu imaginer que tu me ferais ce genre de choses. Comme tous tu es imparfait, mais je croyais que tu étais vrai. Je croyais, je te croyais.
Report this text