Je dois passer à la banque

My Martin

J'étais sur les nerfs

28 novembre 1963. Thierry Paulin naît à Fort-de-France, en Martinique. Métis, fils non désiré de

Guy « Gaby » Paulin, maçon

et de Rose-Hélène « Monette » Larcher, 16 ans

Gaby reconnaît son fils et deux jours après sa naissance. Il part pour la métropole, abandonnant la mère et le bébé. De dix-huit mois à l'âge de dix ans, Paulin est élevé par sa grand-mère paternelle, qui tient un restaurant sur la plage. Elle n'a guère le temps de s'occuper du gamin

Sa mère qui a refait sa vie (autres enfants), le reprend avec elle. Difficultés scolaires et relationnelles



Service militaire. Paulin (17 ans) devance l'appel, incorporé à la caserne Pérignon, à Toulouse -14e RPCS Régiment Parachutiste de Commandement et de Soutien. Coiffeur de la caserne, quoiqu'il n'ait jamais achevé son CAP. Métis, homosexuel, il est tenu à l'écart par ses camarades



Dimanche 14 novembre 1982. Paulin est affecté à proximité de Paris. Trois jours de permission, il descend voir son père Gaby -il a refait sa vie, autres enfants- et des amis d'enfance. Toulouse, Cité des Violettes, quartier du Mirail (barres d'immeubles, quartier difficile). Paulin n'a pas l'argent pour acheter son billet de train retour

Frasques de son fils, relations douteuses, l'argent lui file entre les doigts, rejet de son homosexualité. Gaby refuse de l'aider



Mon père ne voulait pas [me donner de l'argent]... Je me suis recyclé dans le braquage dans mon ancien quartier. J'en avais marre. J'étais sur les nerfs. Jusque-là, j'avais plus d'affection pour mon père que pour ma mère. J'ai pris un couteau



Première victime, 75 ans. Marguerite tient une épicerie rue Ledru-Rollin, quartier Bourrassol, en rive gauche de la Garonne. Paulin (19 ans) entre, bavarde avec Marguerite, sort. Il enfile un bas sur son visage et couteau en main, revient sur les lieux. La commerçante prend peur, se réfugie dans l'arrière-boutique. Paulin plonge la main dans le tiroir-caisse, en extrait plusieurs centaines de Francs (entre 200 et 400 euros). Il s'enfuit. L'épicière l'a reconnu, appelle la police



1988, lors de son expertise psychiatrique. Idiot que je suis, je sors, je vais au café à 500 mètres de là pour téléphoner à un taxi… J'ai vu arriver le taxi, plus le fourgon de police



Arrestation, Paulin -ses empreintes sont relevées- en cellule. Vol avec violence. En garde à vue, il reconnaît les faits

Le 7 Juin 1983, tribunal correctionnel de Toulouse. Primo-délinquant, Paulin est condamné à 2 ans de prison avec sursis, pour vol avec violence



Début 1984, Paulin apprend que sa mère Monette et sa famille viennent d'emménager à Nanterre, dans les Hauts-de-Seine. Il part habiter chez eux. Relations difficiles, altercations. La famille n'accepte pas sa vie débridée



Paulin, serveur au Paradis Latin, le music-hall de Paris (5e). 28, Rue du Cardinal-Lemoine, Quartier latin

Directeur, Jean-Marie-Rivière, "L'Ouvre-Boîte". "L'entrepreneur de travelos publics", dit l'écrivain Antoine Blondin

1984, lancement de la revue « Champagne », de Christian Dura et Jean Kriegel. Ursuline Karison, chanteuse soprano et star sur plusieurs revues

Automne 1984. Paulin (21 ans) et sont amant Mathurin (19 ans. Toxicomane, prostitué, rencontré au sein du cabaret). Ils sont renvoyés du Paradis latin, à la suite d'une violente scène de jalousie. Paulin menace de mort Mathurin, casse du mobilier et de la vaisselle

Paulin se lance dans le trafic de stupéfiants, il s'installe avec Mathurin dans un hôtel, Rue Victor Massé (9e)



5 octobre 1984. Le même jour

Tentative de meurtre. Germaine Petitot épouse Michel, 91 ans. Rue Lepic, Paris (18e). Traumatisée, la victime n'est pas en mesure de décrire ses agresseurs

Premier meurtre. Anna Ponthus veuve Barbier, 83 ans. 10, Rue Saulnier (9e). Butin, 300 Francs -45 euros



Vie extravagante, monde la nuit, argent facile, cocaïne. Fin novembre 1984. Querelle. Paulin et Mathurin se séparent



*



« Je dois passer à la banque »



En cours de journée, Paulin part en chasse. Il suit une personne âgée dans la rue jusque chez elle. Violence. Il bat sa victime à mort, l'étouffe avec un sac plastique, la contraint à boire du détergent. Parfois deux victimes dans la même journée

Psychose, terreur à Paris. "Le Monstre de Montmartre"



Entre le 20 décembre 1985 et le 14 juin 1986, huit femmes âgées sont assassinées et détroussées à leurs domiciles (argent et bijoux -receleurs,...). Quoique les enquêteurs possèdent des indices, la police ne parvient pas à identifier le tueur. Grâce à une empreinte digitale, le lien est fait entre l'agresseur et les meurtres de l'automne 1984



Été 1986. Alfortville, Val-de-Marne. Paulin (23 ans) agresse son dealer de cocaïne. Il le menace avec un pistolet d'alarme, le frappe à coup de batte de base-ball. Le dealer porte plainte

5 août 1986. Paulin est arrêté, écroué

Janvier 1987. Il est condamné à 16 mois de prison -prison de Fresnes, Val-de-Marne

1er septembre 1987. Libération. Paulin (24 ans) apprend qu'il est atteint par le virus du Sida -l'épidémie explose en France, pas de traitement. Il va mourir, pas de temps à perdre



*



1983. Un pasteur, à Dallas, Texas. "... Nous récoltons la tempête des vents d'immoralité que nous avons semés durant les années 1960 et 1970 ... le Sida, la peste gay s'étend sur notre pays. On ne se moque pas de Dieu"

1987. Invité de l'émission "L'Heure de Vérité", Jean-Marie Le Pen compare les malades atteints du virus du Sida, aux lépreux. "Le sidaïque est une espèce de lépreux"



*

27 novembre 1987. Dernier meurtre. Geneviève Germont, 73 ans. 22, Rue Cail (10e)



28 novembre 1987. Thierry Paulin invite une trentaine de personnes, dont son avocat, dans un restaurant des Halles "Le Tourtour". 20, Rue Quincampoix (4e), pour son anniversaire (24 ans). Pierres, tentures, vieux bois. La fête dure jusqu'à trois heures du matin. Le coût de la soirée s'élève à 14 500 Francs -4 000 Euros, financé par les derniers meurtres de Paulin



29 novembre 1987. Paulin invite une vingtaine de personnes dans un restaurant de Pigalle



Lundi 30 novembre 1987, discothèque. Fête avec des diplomates africains. Dernière soirée en liberté



*



Paulin laisse des traces. Dès le braquage de l'épicerie à Toulouse, en 1982, ses empreintes sont relevées par la police. Aucun fichier informatique ne centralise les empreintes digitales des délinquants

1987. L'affaire Paulin conduit à créer le FAED -Fichier Automatisé des Empreintes Digitales



*



Sur la base de plusieurs témoignages, la police établit un portrait-robot de l'agresseur. Métis, 1 mètre 80, vingtaine d'années, coiffé à la Carl Lewis, l'athlète américain. Nez épaté, cheveux décolorés en blond, boucle à l'oreille gauche. Le portrait-robot est transmis à toutes les polices



Mardi 1er décembre 1987. Le commissaire Francis Jacob interpelle le suspect, rencontré par hasard dans la rue. Paulin avoue et dénonce son complice, Jean-Thierry Mathurin. Détention provisoire (2 ans)



4 décembre 1987. "Le Tueur des vieilles dames", Paulin (24 ans) avoue avoir commis 21 assassinats

Pour la Justice (soupçons pour 38 dossiers), Thierry Paulin a tué 18 femmes, âgées de 71 à 91 ans, en trois ans -entre le 5 octobre 1984 et le 27 novembre 1987. Trois meurtres ne concordent pas avec les éléments des dossiers

Crimes en deux vagues, séparées par une incarcération de 16 mois (à la suite de l'agression de son dealer, août 1986, à Alfortville)



Début 1988. Paulin est hospitalisé dans une chambre de l'hôpital Bichat (18e) -quasi-paralysie

16 avril 1989. Paulin (26 ans) meurt avant son procès, des suites du Sida



Toulouse, le dossier judiciaire Paulin reste introuvable

« Paulin décédé, le dossier n'a plus vraiment d'intérêt pour la Justice »



*



Jean-Thierry Mathurin, né le 27 décembre 1965 à Saint-Laurent-du-Maroni, en Guyane française



2 décembre 1987. Jean-Thierry Mathurin (22 ans) est arrêté à son domicile. Il vit avec un travesti du Paradis Latin

Interrogé pour ses crimes avec Paulin, entre octobre et novembre 1984 -il n'avait pas encore 19 ans. Les sept premiers meurtres et une tentative de meurtre -5 octobre 1984. Germaine Petitot épouse Michel, 91 ans

20 décembre 1991. Mathurin (26 ans) est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une peine de sûreté de 18 ans

26 janvier 2009. Mathurin (44 ans) est placé en semi-liberté pour une durée de trois ans

26 janvier 2012. Mathurin (47 ans), liberté conditionnelle



Report this text