Journal aléatoire d'un alcoolique en sevrage

lafaille

Jour n°37

J'ai aimé cette nuit, aucune respiration m'a donné autant de joie, celle de mon chat si doux, clodo venu trouver refuge à la maison, il s'y sent bien, et c'est pour notre plus grand bonheur à nous bêtes et homme. Je ne me souviens pas de mes rêves, je me souviens juste de m'être endormi au rythme des battements du cœur de mon chat, une merveille, un vrai somnifère. Je n'ai pas aussi bien dormi depuis près de 20 ans. Je n'ai toutefois pas retrouvé mes cheveux, je suis chauve, et je pense qu'ils ne vont pas repousser de sitôt. Je suis un nouvel homme.

Je vais y revenir sans tarder, et avec mon copain Le Larousse définir l'indulgence :

« Aptitude à excuser, à pardonner les fautes, à ne pas sanctionner les fautes sévèrement. »

Nous tiendrons compte de cette dernière définition pour mieux expliquer et tenter de comprendre pourquoi aujourd'hui le mot BIENVEILLANCE est -il prononcé à tous les coins de rue ?

Est-il si difficile d'admettre que les S.S. pouvaient être bienveillants avec leurs enfants ? Pourtant un juif aurait-il pu énoncer cette phrase ? Le penser ?

Je ne suis pas sûr de vous suivre chers contemporains lorsque vous évoquez la bienveillance à tout bout de champ. Avez-vous tant de choses à vous reprocher que vous préférez accabler vos propres amis ? Lorsqu'on demande d'être bienveillant avec quelqu'un c'est que l'on sous-entend qu'il ne l'est pas, non ? Je ne suis pas sûr de vouloir décortiquer l'âme humaine, cela parait prétentieux, mais est-ce une question de volonté ? Même si je fuis le monde, j'aime les âmes humaines, confuses, jamais claires et précises, changeantes et indécises. Mais revenons à nos moutons : l'alcool. Je n'ai pas bu une goutte depuis 37 jours, c'est fou, et c'est vrai je peux m'en passer même s'il m'est difficile de ne pas y penser. J'y pense tous les jours même lorsque j'ai énoncé l'inverse. Ce n'est pas bon tout ça pour moi, la bienveillance, l'indulgence, je n'y crois pas. Pas chez notre espèce. En parlant de ça, viens Fout-Le-Camp, Reviens… Ah vous êtes là, ça va tout va bien dans mon lit ? Ah je vous jure, vous me faites rire mes petites bêtes d'amour, oui je peux me montrer très romantique avec mes bêtes. Avec les femmes, c'est une autre chose, je n'ai même pas envie de parler. Pas aujourd'hui, en tout cas. Ça fait trop de choses d'un coup à digérer. Venez, on s'arrache, on va voir si je peux encore parler normalement à mon espèce.

Report this text