La paresse d'une couleuvre au soleil de l'été

Eric Varon

Poème

Prêter l'oreille, murmurer les sons rêvés

Platon n'accorde pas droit de cité au poète

Donc il reste sur le plage à regarder les étoiles

Sur des chemins qui enchantent

Des lendemains qui chantent

Poésie la nature des songes qui crée la beauté!

Sa maison est ouverte sur les livres des mondes

Une beauté mystérieuse qu'on lit avec la paresse d'une couleuvre

Au soleil de l'été

Report this text