La Pipe d'un Poete

Brice Gong

Un nuage sur un soleil latin

Se compare à ta solitude folle

Quand tu, tel un arbre au bord du ravin,

Sur mes lèvres écorchées, imposes seul.

Entre deux secousses, une inspiration

D'un mélange entre goudron et douceur.

Le tout se fondant en un tourbillon

Qui m'arrache de mon sommeil rêveur.

De l'œil incandescent de Belzebuth

S'échappe un frêle et fragile filet.

Cette fumée illustre bien ma lutte

Pour retenir mes pensées envolées.

-La contemplation, cet instant de vie-

Dans la beauté sale de ton étreinte,

Je vois seul cet instant, mon corps transi,

Avant de couler dans le bleu de l'absinthe.

Report this text