La trappe

elijah

Je me trouvais devant un petit, un adorable jardin. Un petit sentier de pierres colorés s’arrêtait devant une barrière, délibérément ouverte, derrière laquelle s’étendait un bois aux arbres fleuris sur lequel nous ne nous attarderons pas bien qu’il semble renfermer quelqu’incroyable créature fantastique. Une fontaine toute en verre de différentes couleurs, avait la forme la forme d’une souris en tablier, penaude ; au bout de sa queue jaillissait une gerbe d’eau scintillante. Un bosquet de jeunes arbres fleurissait de ce que l’on trouve habituellement dans la terre - comme des pâquerettes, des myosotis, ou des marguerites – et de fleurs inconnues, magnifiques tout du moins. Quatre nains de jardin, chacun dans des couleurs et des positions différentes, semblaient me sourire et m’inviter à m’asseoir sur l’une des chaises. À choisir, j’aurais sans doute opté pour celle en ce qui me semblait de l’or, car elle paraissait bien plus solide que celles en bois peinte en jaune, en plastique rose ou en verre. Ou même, pour l’énorme souche qui faisait office de table, et sur laquelle avaient été installées une théière de porcelaine blanche et quatre tasses assorties. Un reflet attira mon regard sur un bord du jardin ; dans l’herbe avait été aménagée une petite trappe en verre. Apparemment, mon périple était loin de s’achever.Sujet de rédaction de français de 5èmeMai 2009
Report this text