Le fruit pourri

chroniques_dunepensive

Et si le noir en chacun de nous pouvait nous éclairer ?
Je l'appelle le fruit pourri, mais appelle-le comme tu veux.
Ton côté sombre, ta face cachée ou encore le diable en toi.
Cette énergie noire tout au fond, tapie, plus ou moins silencieuse, plus ou moins contrôlée.
Ce vampire intérieur, résultat de tes frustrations passées, conséquence des plaies béantes qu'il a bien fallu panser au cours de toutes ces années.
Celui qui te fait détester, maudire, jalouser, reprocher, critiquer, envier.
C'est à cause de lui que tu n'seras jamais parfait.
C'est à cause de lui qu'tu seras même parfois mauvais.
Le fruit pourri ne meurt jamais.
Tu peux le contenir, le conserver fermement dans les tréfonds de ton cœur, le ligoter, le museler, mais il ne meurt jamais.
Ils sont rares ceux qui n'ont jamais eu l'opportunité de rencontrer leur fruit pourri. Peut-être ne l'ont-ils pas reconnu ?
Les uns dépensent une énergie monstrueuse chaque jour pour le faire taire. Et d'autres lui disent bonjour chaque matin.
Sa spécialité : Te posséder quand tu t'y attends le moins. Comme un coup de couteau depuis l'intérieur, il vient bousiller tes plans de bienveillance, te retourner le cerveau comme un psychopathe en manque de sang.
Mais ton fruit pourri n'est pas que pourri.
Il te prévient : Apprends à l'écouter.
Il t'ouvre les yeux : Apprends à voir les signes.
Parfois, il te protège d'un fruit plus pourri que lui : Apprends à le remercier.
Ton fruit pourri est souvent ta faiblesse.
Fais-en une force en acceptant qu'il existe.
Crois-le quand il te dit que tu es capable du pire mais ne l'autorise jamais à t'empêcher de donner le meilleur.
Il gagne du terrain chaque fois que tu nies son existence. Comme un prédateur, il attend patiemment que ton verre déborde pour se donner en spectacle.
Alors, apprends à le connaître, ne lutte pas.


Et peut-être qu'un jour, tu finiras par l'aimer ton fruit abimé. 
Report this text