Le jour du départ

Guillaume Drivierre

Tu pleures, tu pleures, et pourtant tu pars...
Je le sais tu me serres des mains sur mon corps qui saigne et qui meurt car aujourd'hui tu pars.
Je sens que tu t'enlèves, mais moi je te retiens, tu pars je n'ai plus d'air, je meure.
Tu t'arraches à moi et tu me déchires et tu te déchires.
Nous saignons muets de douleur.
Et tu t'éloignes.
Le vide me noie et je sombre.
Nos yeux se retiennent comme un fils incassable.
Je te vois, tu disparais, je te vois pour toujours.
Je t'aime et tu pars.

Report this text