Le mois de la cruauté

Eric Varon

poème


On appelait ça le mois de la cruauté,

Rien qu'un mois, c'est si court si vite passé

Rien qu'un mois où tout ce qu'on redoutait le plus au monde

Se produisait. Les gens étaient heureux riaient comme d'habitude

Tout à coup le rire se figeait dans la douleur

Certains se mettaient à gémir sous l'effet de la peur.

Chacun était seul, personne ne faisait attention à cette étrange humeur

Toute musique à sa manière était pleine de chagrin,

Les coups sur le gueule était presque certains.
On était chaudement emmitouflé dans la désespoir
La tendresse seule allégeait le supplice
Tout ça se passait dans la dignité et l'ordre républicain
On appelait également ça une campagne électorale pour rien

Report this text