Le Sauveur

wikprod

rien de très complexe

Des nuages roses à la panse rouge s'effilochaient sur le ciel de la planète. Le soir était tombé et le soleil, s'écrasant à l'horizon, avait explosé en un maelström de couleurs. Des rouges, jaunes et mauves, des oranges, bleus et verts… Autant de flammes liquides embrasant soudain la voûte céleste.

Là, quelque part, au centre d'une vallée inconnue, Mormory Tobias poussa un juron et envoya un grand coup-de-pied à la carlingue fumante et cabossée d'une capsule de secours. Une trappe s'ouvrit, grinçant, et libéra un nuage de vapeur blanchâtre.

« Par le grand c*l bordé de boulons de la Grande Prêtresse Élémentaire de bon sang de pagaille de trou noir d'anomalie de naine blanche à la mord-moi l'accélérateur de particules de mes fesses ! », hurla le pauvre naufragé en sautillant, tenant son pied endolori entre ses mains.

Mormory Tobias, Chef Opérateur des Télécommunications Internes de la Seizième Flotte de Conquête et d'Asservissement Spatial du Grand Empire Élémentaire, n'avait pas la moindre idée de la signification des mots que, dans sa verve colérique, il venait d'utiliser. Mais cela lui avait fait le plus grand bien.

Pour être exact, le Chef Opérateur des Télécommunications Internes de la Seizième Flotte de Conquête et d'Asservissement Spatial du Grand Empire Élémentaire, Mormory Tobias donc, ne connaissait pas grand-chose à… pas grand-chose. Etudiant parmi tant d'autres, les caprices d'un destin farceur, et les turpitudes de l'administration spatiale, l'avaient propulsé à son rang actuel sur le gigantesque navire de guerre qu'il venait de quitter précipitamment, et bien malgré lui : l'Ecrasant.

Ce poste avait toujours paru terriblement abscond et vide de sens à Mormory. Sa principale activité était d'appuyer toutes les heures sur un bouton vert enchâssé au mur. Suite à quoi le bouton devenait bleu, et un jet de vapeur se voyait propulsé d'un clapet sur une petite console. Le chef opérateur des télécommunications devait alors annoter une feuille de papier et indiquer si le jet était :

      Conséquent     Important mais sans plus      Normal     Absence de jet mais tintement de clochettes

Jusqu'à présent Mormory avait reporté une grande majorité de c., et, heureusement, aucun d. Son travail, s'il n'était guère enrichissant, convenait parfaitement à l'esprit pour le moins timoré de Mormory Tobias, lui laissant amplement le temps libre d'explorer une de ses activités favorites : la sieste. Domaine en quoi il excellait.

Jusqu'à aujourd'hui. Jour fatidique où il avait eu à aller d'urgence aux toilettes, suite à un étrange plateau de fruits de mers recomposés. Les toilettes de son étage (le six-cent-cinquantième de l'hyper-structure volante) étant actuellement en grève, il avait dû en toute hâte en chercher d'autres aux étages inférieurs. S'engouffrant d'urgence dans la première pièce qu'il croisa, il avait donc fait son affaire et, incroyablement soulagé, aussitôt tiré la chasse sur un soupir de soulagement.

C'est alors que le lieu tout entier avait été agité de tremblements. Un terrible grondement mécanique s'était levé, et un gyrophare orange activé. Ce sur quoi une voix robotique avait scandé :

ACTIVATION DE LA SEQUENCE D'EXPULSION DE LA CAPSULE DE SECOURS B6927 – BONNE CHANCE RESPONSABLE INDEPENDANT DE VOTRE PROPRE SURVIE

Mormory Tobias avait à peine eut le temps de dire « oups » que la capsule de secours était expulsée dans l'espace comme un chewing-gum trop mâché, sifflait dans les airs et atterrissait avec fracas sur le monde vierge et inconnu quelques centaines de blips plus bas.

Voilà la dramatique situation dans laquelle Mormory Tobias se trouvait actuellement.

Le naufragé involontaire s'assit sur un gros rocher pourpre de l'étrange vallée. Quel ennui ! De toutes ses tentatives pour établir une communication avec l'Ecrasant, toutes s'étaient soldées par un échec ! Le vaisseau-mère était trop loin, le module de télécommunication trop endommagé, la chance partit faire une virée avec le Karma… Quoiqu'il en soit, Mormory Tobias était bel et bien perdu. Sur une planète quelconque, dans un coin de la galaxie inconnu, ni pacifié ni colonisé ! Mormory leva les yeux au ciel. Juste au-dessus, dans la douce clarté vespérale, dévorant les étoiles naissantes, l'immense masse de l'Ecrasant semblait pourtant à portée de main…

« Le sauveur ! »

Mormory sursauta. D'où venait cette voix ?

« Le sauveur, le sauveur est arrivé ! », entendit-il répéter. Mormory se releva comme un ressot et regarda de toutes parts. Devant, derrière : la vallée. Prisonnière entre deux montagnes pelées aux flancs arides. Mais, rien d'autre… Tout n'était qu'immenses roches conifères, petits chemins poussiéreux, buissons d'une herbe sèche, drue et jaune, fantastiques champignons géants dans l'ombre desquels poussait une mousse bleue à la phosphorescence légère. Mais à part cela, rien d'autre…

« Le sauveur ! Dans son vaisseau d'argent tombé des étoiles ! »

C'en fut trop pour Mormory. Le chef opérateur des télécommunications se retourna, s'apprêta à rejoindre au pas de course sa capsule de sauvetage et s'étala de tout son long !, butant sur un rocher qui n'était pas là quelques secondes auparavant… Le rocher ! Le rocher sur lequel il s'était assis venait de se… Lever ?

Debout sur ses petites pattes arrière, le rocher l'observait de ses yeux ronds, galets d'améthyste. La créature lui fit un signe de la main.

« Comme l'ont dit les Conductrices : le sauveur est venu ! », dit-il de sa bouche en géode.

Mormory se releva, et recula de quelques pas…

« Oui, certes, dit-il d'une voix peu assurée. Le sauveur effectivement… Son cerveau carburait à toute allure. Et peux-tu me dire, euh, ami, sur quelle planète j'ai atterrie ?

- Enobia, répondit l'être de pierre.

- Enobia, bien…, murmura Mormory avant de se rappeler qu'il ne possédait non plus aucune connaissance astrographique…

- Enobia, la première perle du collier de Niba, celle que la Main Noire viendra voler le jour de la Comète d'Argent… Mais qui sera sauvée par le sauveur !

- Sauvée par le sauveur, oui, forcément, cela fait… sens mais…, Mormory secoua la tête. Ecoute-moi, petit-être…

- Appelle-moi Caillou, parce que je suis un caillou !, dit Caillou avec entrain.

- Caillou, écoute-moi, je suis tombé sur ce monde par accident et j'aimerai… Tu vois ce gros vaisseau là-haut, dans le ciel ?

Regard vers le ciel. Hochement de tête.

- Oui. C'est la Main Noire !

- La Main Noire, voilà, il faut que je le rejoigne !, continua Mormory.

Caillou fit un signe de tête, manifestement il comprenait.

- Bien sûr, tu dois le rejoindre. Pour accomplir la prophétie.

- Exactement, la prophétie de l'Appui sur le Bouton Toutes les Heures et de la Sieste Bien Mérité, dit Mormory en sentant un regain soudain de confiance en son piètre destin. Alors, peux-tu m'indiquer comment quitter cette planète ?

- Bien sûr, répondit Caillou dans un sourire tout minéral. Je suis là pour ça. Je suis là pour te mener aux Conductrices. Elles te ramèneront chez toi, Sauveur.

- Parfait !, dit Mormory dans un grand sourire. Et où sont-elles donc, ces conductrices ?

- Suis-moi, suis Caillou !

Caillou s'avança dans la vallée aride, claudiquant sur ses courtes jambes. Mormory le suivit les mains dans les poches. Qu'elles que puissent être ces Conductrices, elles étaient forcément plus éveillées que le nabot minéral ! Probablement des représentantes d'une guilde commerciale. Elles seraient de toutes manières ravies de prêter assistance à un membre du tout puissant Empire Élémentaire…

Caillou et Mormory progressaient dans le fond désertique de la vallée. La nuit s'épaississait, et la clarté blafarde des étoiles ne permettait qu'une navigation hasardeuse de ce terrain accidenté. Mormory trébuchait d'ailleurs fréquemment. Caillou s'en rendit compte et se mit à irradier une faible lueur bleue qui éclaira leur route. Leur chemin finit par croiser un ruisseau d'une eau blanche aux reflets jaunes, charriant une puissante et nauséabonde odeur d'œuf. De parts et d'autres, les pierres étaient innombrables, comme si elles avaient roulé à la rencontre de la source.

- C'est ici que nous naissons, dit Caillou en montrant les autres pierres. L'alliance de la Terre et de l'Eau de Vie. Elle vient du nid des Conductrices.

Mormory haussa les épaules, reportant son attention vers sa montre. Encore un nouvel appui de bouton raté ! Peut-être que s'il appuyait plusieurs fois à son retour… Absorbé par ses pensées, il ne vit pas sortir de la boue un tout petit caillou guère plus gros qu'un galet, qui se dandina sur ses petites pattes pour aller rejoindre ses parents.

- La lueur dans le ciel…, dit Caillou rompant le silence. Il nous faut nous hâter, la Main arrive !

Mormory leva les yeux. Là-haut, les lueurs blanches des moteurs de l'Ecrasant venaient de s'allumer. Le vaisseau quittait-il le secteur ? Non, les moteurs de sauts étaient éteints… Alors qu'avait prévue l'amirauté ?

Ils arrivèrent en fond de vallée.

- Il nous faut escalader la montagne. Là-haut nous trouverons le nid des Conductrices.

Mormory hocha la tête sans poser de questions. Le nid des Conductrices. Soit. Ils gravirent la montagne, ronde et herbeuse, par des chemins en lacet à la pente douce. Ils arrivèrent vite en vue du sommet. Là, dominant un vaste estuaire, Mormory eut le souffle coupé. Toute la planète, plongée dans une nuit profonde, brillait d'une seule et même lumière. Comme si des centaines de milliers de lampions étaient allumés et agités simultanément dans les ombres du monde.

- Impressionnant, n'est-ce-pas ?, résonna une voix depuis les ténèbres.

Caillou s'avança au centre du cercle. Sa lumière s'intensifia et éclaira toute la scène. Le nid, le nid des conductrices… Mormory poussa un petit cri : une plateforme de lancement ! Il en était sûr ! Où attendait déjà une fusée parée au décollage. Vétuste, certes, et aux étranges symboles, mais manifestement fonctionnelle. Mormory souffla : qu'elles que soient ses conductrices, il allait pouvoir rentrer chez lui. Une branche craqua sous ses pieds. Mormory baissa la tête et fut parcouru d'un terrible frisson. Ce n'était pas une branche, mais un os ! Un souffle chaud charriant le souffre lui caressa l'échine. Tout autour de lui, l'encerclant, des créatures ailées, au nombre de trois. Les bêtes, aux traits sauriens et à la troublante féminité, l'observaient de toute leur grandeur. L'une était rouge, l'autre verte, et la dernière, noire. Ce fut-elle qui s'adressa la première à lui.

- Alors c'est donc toi… Le sauveur ?

- Eh bien, c'est-à-dire que…, commença hasardeusement Mormory.

- Evidemment, intervint Rouge. Regarde comme il est perdu…

- Êtes-vous sûr qu'il est vraiment fiable ? Nous devrions peut-être le manger, pour être sûres…, dit Verte en se léchant les babines…

- Oui, il a l'air appétissant, et quitte à mourir…

Les lueurs de l'Ecrasant, dans le ciel, brillèrent un peu plus.

- Non, nous n'avons pas le temps mes sœurs !, gronda Noire. La Main arrive !

- Effectivement, dit Mormory en sentant le courage le gagner à nouveau à mesure que la perspective d'être mangé s'éloignait. Êtes-vous une guilde du commerce ? J'ai malheureusement été éjecté du vaisseau que vous voyez là, dans le ciel. J'aimerai le rejoindre le plus tôt possible. Si je pouvais emprunter cette fusée...

Les Conductrices échangèrent un regard entendu. Noire reprit la parole.

- Evidemment, il en va de soi, dit-elle dans un demi-sourire. Nous allons vous renvoyer sur votre colossal vaisseau, mais avant cela, une brève question : savez-vous ce que votre vaisseau et votre peuple viennent faire à souiller le ciel de notre planète ?

- Je l'ignore complètement, mesdames. Mon travail, quoique d'une importance capitale, se limite à appuyer sur un bouton toutes les heures. D'ailleurs cela fait bien longtemps que…, commença Mormory en jetant un coup d'œil à sa montre.

- Oui, dit Rouge en secouant la tête. Votre temps est compté et le nôtre aussi. Nous allons vous renvoyer dans votre… je veux dire, vers votre vaisseau dans l'instant, grâce à cet appareil, dit Rouge en désignant la fusée de l'aile. Mais vous n'êtes pas sans ignorer – une lueur dans sa gorge apparut, un souffle de vent fit tourbillonner la fumée de ses nasaux qui vient l'envelopper comme une robe et, soudain, Rouge laissa place à une femme, magnifique, aux cheveux rouge comme le sang, toute engoncée dans une robe carmin… Vous n'êtes pas sans ignorer, continua Rouge ignorant la surprise de Mormory, que les protocoles de défenses de votre vaisseau empêchent l'approche des appareils volants non identifiés… A moins que leur pilote n'ait une Empreinte Élémentaire… et un code d'appontage.

Rouge s'approcha de la fusée et ouvrit son interface utilisateur, attendant manifestement le code d'immatriculation de la part de Mormory.

- Effectivement, dit ce dernier ne revenant toujours pas de sa surprise. Je possède le code d'appontage des niveaux inférieurs. Ce dernier est AZERTY, vous l'écrirez A, Z, E…

- Je sais parfaitement comment l'écrire, mortel !, gronda Rouge.

- Merci, Sauveur, intervint Noire coupant sa sœur. Vous nous avez véritablement sauvées en ce beau jour pour le Collier de Nima ! Vous allez maintenant pouvoir rejoindre votre vaisseau, tout ce que vous avez à faire est monter sur la fusée…

- Ce n'est pas dangereux ?

- Pas du tout, dit Verte dans un sourire saurien tandis que Rouge reprenait sa place. L'appareil génère un champ de stase, vous ne craignez rien…

- Très bien, dit Mormory en s'avançant vers la fusée. Il ne me reste plus donc qu'à prendre place alors et…, il escalada avec difficulté la fusée. Voilà.

Aussitôt, Noire appuya le bouton d'allumage.

- Bon voyage, sauveur !, dit-elle.

- Et bon vent !, gronda Rouge.

Dans un terrible rugissement, noyant le cri de Mormory, la fusée décolla dans le ciel, tournoyant sur elle-même. En un éclair, elle eut disparu.

Les Conductrices se regardèrent sans mot dire, légèrement gênées.

- Quand même, ce n'est pas très…, commença Verte.

- Nous en avons déjà discuté et c'était la seule manière de sauver notre monde !, la coupa Rouge. Estimons-nous déjà heureuses que la ‘prophétie' est véritablement eu lieu qu'un de ces imbéciles aient bien atterrit sur notre planète !

Un nouveau silence gêné passa. La fusée avait complètement disparue dans le ciel. Elle ne devrait pas tarder à atteindre le vaisseau…

- Mais, quand même… Ça reste pas super sym…

- Bref ! Nous sommes sauvées, la discussion est close ! Vous auriez peut-être préféré le rayon extracteur pour que notre finisse en énième planète morte ?

- La Main Noire, intervint Caillou.

- Oui, oui, c'est ça, la Main Noire !

Soudain il y eut une gigantesque lumière dans le ciel, puis le bruit titanesque d'une explosion et l'Ecrasant, en l'espace d'un seul instant, par une anomalie provoquée par l'envoie d'un antique missile nucléaire dans ses moteurs à rayons tracteurs, implosa, ne laissant comme traces de lui dans le ciel d'Enobia que quelque débris scintillant, et un petit champignon.

- Et voilà, dit Noire. La Première Perle du Collier de Niba est sauvée. Ne reste plus qu'à espérer que…

- Mince ! C'est sûrement de ma faute !, s'apitoya Mormory en claquant des doigts. Sans mes appuis sur le bouton, le vaisseau a sûrement dû imploser…  Ah !, je vais encore me prendre un blâme de la part de l'administration ! Je savais que j'aurai dû laisser un double avant de partir aux toilettes !

Les Conductrices sursautèrent. Voici un événement qu'elles n'avaient pas prévu…

- Mais, commença Noire. Que faîtes-vous là ? Vous n'étiez pas sur…

- Un doublien !, s'exclama Verte enthousiaste. Fantastique !

- Oui, un doublien, effectivement, dit Mormory pensif. De la planète Répétita. Bon sang, pauvre vaisseau…

- Quel est ce prodige ?, demanda Noire.

- Un doublien !, reprit Verte. Dans les moments de panique cette espèce créée des clones d'elle-même par division cellulaire ! Le clone grandit en quelques instants en utilisant les composants directs de son environnement ! C'est pourquoi ce nouveau sauveur semble composé de sable, de roches et… Et de nos mues respectives…

Noire leva les yeux au ciel. Encore quelque chose qu'elle n'avait pas prévu… Elle regarda Mormory qui, les yeux humides, levait le regard vers les étoiles. La Conductrice souffla profondément et se métamorphosa en humanoïde. Toute cette histoire de prophétie devenait bien trop vraie maintenant à son goût. Elle s'approcha de Mormory et le prit par les épaules.

- Sauveur, que savez-vous vraiment de l'Empire Élémentaire et sa conquête spatiale démesurée et un tantinet fasciste, sans prendre partit ?, commença-t'elle.

Mormory tourna vers elle un regard larmoyant en reniflant.

- Snirff, je ne faisais qu'appuyer sur un bouton ! ‘pensez que je vais être rétrograder ?

La nuit promettait d'être longue…

Report this text