Le verre à moitié plein

sylvie_tellor

La fausse couche... (extrait 2 - chapitre 1 - Ménerbes-Paris)
Un jour, alors que j'étais justement angoissée parce que je percevais en moi quelque chose de bizarre, je suis allée consulter ma gynéco. C'était assez difficile à définir mais malgré le renflement de mon ventre, je ne me sentais plus enceinte. Quand j'en avais parlé à Thomas, il avait haussé les sourcils en me regardant de travers. Qu'est-ce que j'allais encore inventer ? N'écoutant que mon instinct, je suis donc allée me faire examiner seule. C'était quelques jours avant Noël, je préférais me rassurer avant les fêtes de fin d'année. La gynéco m'a accueillie, souriante, habituée à apaiser les futures mamans angoissées – dont je faisais partie, sans l'ombre d'un doute. Elle m'a dit que l'on allait « regarder ça de plus près », mais que je n'avais aucune raison de m'inquiéter. C'était paraît-il une sensation classique ; les hormones jouent de mauvais tours aux femmes enceintes. Jusqu'ici elles m'avaient laissée en paix, j'espérais que cela allait durer.
Je me suis allongée. Elle a posé une flaque de gel froid et gluant sur mon ventre et a commencé son échographie. Elle a fait rouler sa sonde et j'ai vu le foetus apparaître sur l'écran. Il était immobile. Elle a branché le micro une seconde, celui-ci n'a produit aucun son, juste un crépitement stérile. L'expression du Docteur a changé. Elle a éteint le micro, examiné et mesuré en silence ce qu'elle voyait à l'écran. J'ai voulu rester positive, j'ai essayé de sourire, rassurée d'avoir vu mon bébé. Quelle idiote, bien sûr qu'il était là, je l'aurais tout de même senti passer s'il s'était fait la malle ! Mon ébauche de sourire étant
restée sans retour, j'ai demandé :
- Alors Docteur, tout va bien ? Vous voyez quelque chose ?
Elle a pincé les lèvres et m'a regardé bien en face.
- Ecoutez, je suis vraiment désolée mais j'ai une mauvaise nouvelle.
- C'est-à-dire… ?
Heureusement que j'étais en position allongée, tout s'est subitement mis à tourner autour de moi.
- Il n'y a plus de coeur.
- Comment ça, « plus de coeur » ?
- Le coeur ne bat plus, la grossesse est arrêtée. Je suis désolée.
Report this text