Le vieil homme et sa bicyclette

pinocchio

La survie, pas la vie

Déjà sans domicile, la nature avait décidé de lui prendre son refuge provisoire dans lequel il s'était installé avec son chien et son vieux vélo. 

Il dormait, sur un carton, avec son chien contre lui, et ses seules affaires disposées non loin, lorsque l'eau l'atteint.            Il s'était installé sous ce qu'il appelait "son toit", qui n'était qu'un simple pont. Il s'y trouvait depuis quelques mois et avait trouvé l'endroit confortable. 

Auparavant, il avait sillonné les rues à la recherche de poubelles à fouiller, afin trouver des denrées pour nourrir son corps amaigri. 
C'est durant ses recherches quotidiennes qu'il trouva une vieille bicyclette à peine en état de rouler. C'est sous "son" pont qu'il trouva a l'époque un petit chien mal en point. Il avait probablement été jeté dans la rivière.

De cette rivière était apparu un petit être qui apporta tendresse et amour à ce pauvre homme. Mais cette même rivière lui pris son confort déjà presque inexistant. 

Il pleuvait, depuis des jours et le vieil homme ne s'attendait pas à devoir lâcher son refuge pour une inondation. 
Il prit donc contre son gré sa vieille bicyclette et ses maigres affaires et partit, sous la pluie, habillé d'affaires non propices à des intempéries telles celle ci. 
Il poussait sa bicyclette dans les rues de la ville, suivi par son chien, trempé. 
Quand il passa près de son ancien immeuble il se rappela de l'époque où il s'en sortait financièrement, avec sa fille à ses côtés. 
Il s'arrêta une minute, en pensant à ces vieux souvenirs, puis quatre et enfin cinq minutes, lorsqu'il versa enfin une unique larme, puis il poursuivit sa route en poussant difficilement son vieux vélo. 
Il se posa dans une rue, plus loin un peu à l'abri, et pleura. 
Il pleurait pour la perte de son toit et pour des souvenirs douloureux, fatigué, il finit par s'endormir. 
Au petit matin, un bruit de pas de course le réveilla, une petite fille le regardait, à 8 mètres de là. 
En la voyant, timide et frêle, il pleura. Elle lui rappelait sa fille. 
La petite fille en le voyant pleurer, se mit elle aussi à verser son eau salée.

Elle par tristesse et compassion, et lui pour la perte d'un être très cher à ses yeux.   

Report this text