Les derniers sont les premiers

nico61

Chronique d'un autre Tour de France

Quelques fervents et pour le moins patients supporters ont ovationné Roland Bin à sa montée sur le podium hier à minuit passé. A 24 minutes du deuxième, en partant de la fin du classement, le coureur de la Team des Lanternes conforte un peu plus sa place d'anti-leader du Tour à l'issue de cette nouvelle étape entre Macon et Saint Etienne.

Son offensive dès les premiers kilomètres en a surpris plus d'un. De mémoire de spectateur, on avait encore jamais vu un cycliste attaquer d'emblée avec une telle hargne, une telle voracité, un chou à la crème.

« Je vais l'emporter ! aurait assuré ce natif de la Saône et Loire au sortir d'un copieux déjeuner.

Mais il parlait uniquement de son dessert ! Au passage, manger tout en circulant à vélo constitue une infraction à la sécurité routière. C'est à ce titre qu'une gendarme un peu zélé a verbalisé Roland, sans pouvoir lui enlever de points car ce dernier n'en compte aucun au classement.

Hector Tue, autre sérieux prétendant au maillot jaune, a eu bien du mal à suivre celui que la presse surnomme déjà l'Escargot de Bourgogne. Le fait qu'il roulait devant son adversaire rendait à vrai dire la chose difficile.

« Chaque fois que je repassais en queue, il remettait un coup de frein m'obligeant à le doubler, témoigne le challenger. Et de s'incliner avec admiration. Jamais vu un mec aussi lent sur une bicyclette. Franchement, respect !

La vitesse moyenne de Roland Bin (4,3 km/h sur la dernière étape) prête déjà le flanc à de nouvelles suspicions de dopage  alors que le monde de la Petite Reine panse toujours les plaies du dernier scandale. En plein soleil de juillet, plane toujours l'ombre de l'affaire Gaspard Esseux, ce champion exclu de la compétition l'an dernier pour s'être injecté de l'ADN d'Aï et d'oppossum.

En ce qui le concerne Roland se dit serein, et en rien seringue, sur la question des contrôles.

 Sans transition, l'étape du jour a été émaillée de nombreuses chutes d'attention chez les supporters dont celle de cette mamie tombée soudain de sommeil au passage de la course. Assise sur une glacière, elle a fini les quatre fers en l'air. Gamelle heureusement sans gravité sinon celle terrestre. Regarder passer le peloton à une vitesse cacochymique constitue une épreuve en soi, il faut bien le dire.

Les mordus de montagne espéraient bien un sursaut de relief pour relever le spectacle. Ils sont restés sur leur faim, les cyclistes ayant demandé une remise à plat du parcours. Avec l'aval de l'organisation du Tour, toutes les cotes ont été transformées en descentes et vice-versa. Il en sera de même pour les épreuves de montagne.

Un mot concernant les conditions météo. Le titulaire de la tunique jaune a pu profiter d'un vent très favorable de face le ralentissant à merveille. Des farfelus préférant avoir Eole dans le dos ont tourné leur vélo et pédalé en arrière jusqu'à la ligne d'arrivée.

Au programme de demain, un périple entre Saint Etienne et Brioude. Roland Bin entend bien défendre son maillot de meilleur « Sloweur ».

« Personne ne me l'enlèvera, assure-t-il. Sauf peut-être une jolie fille. »

A bonne entendeuse.

Report this text