L'ombre de nos âmes - un

amyes_

Et ce soir je t'écris sans aucun espoir, ce soir je t'écris pour déverser ma peine [...] J'ai peut-être l'air désespéré à te supplier ainsi mais j'te jure Kubilay je t'aime d'un amour si fort...

J'ai longtemps hésité avant de décider ce que j'allais en faire de notre histoire. J'en suis à mon 20ème brouillon je crois.

Enfin sa va peut-être être la bonne cette fois donc sa sera peut-être plus un brouillon mais bon vu comment c'est parti sa sent encore le brouillon.


Je suis tout d'abord partie sur l'écriture d'un livre.

J'ai donc tout bonnement essayé tout les styles possibles : moi en narratrice, toi en narrateur, un point de vue externe... et je suis arrivé à chaque fois à la même conclusion.

Je n'étais plus capable de me rappeler de nos débuts.


Et j'ai eu mal.

Si tu savais à quel point.


Ce moment où le tournant de nos vies a prit un nouveau départ était devenu complètement flou dans mon esprit. Ce moment si précieux et si spécial n'était plus qu'un souvenir que mon cerveau a décidé d'oublier.


C'est peut-être une sorte de protection après tout. Tu sais peut-être que mon subconscient ne veut pas me rappeler à quel point nous étions beau, à quel point tout était parfait et à quel point nous étions unis.


J'essaye de me rassurer comme je le peux parce que sa m'impact négativement, autant physiquement que mentalement, de me rendre compte que j'ai oublié comment j'ai rencontré l'amour de ma vie.

Celui qui m'a marqué, forgé et détruit.


Puis, j'ai remarqué que la plus part des gens nous passons notre vie à attendre des tas de choses qui ne correspondent pas forcément à nos attentes et pourtant on attend quand même.

Parce qu'inconsciemment on espère mieux et c'est exactement comme sa qu'on a fonctionnés.

À chaque fois tu me blessais et à chaque fois j'attendais un meilleur toi.


En dehors de tous sa t'étais également celui qui me faisait le plus de bien, tu m'apaisais, tu me comprenais et tu me connaissais.


J'ai jamais eu les couilles de t'le dire en face à face alors même si sa n'aura pas forcément la même valeur, c'qui compte au final c'est d'le dire non ?


Je t'aime Kubilay.

Je t'aime tellement.


En mémoire de tout ces non-dits qu'on a gardés enfoui dans l'ombre de nos âmes, sache que...

Report this text