Menagère

Dame Gabrielle

Que ça compte ou que ça foire,

Je conte les histoires.

Des leçons, des fractions, j’ai appris.

En réaction, en punition, j‘ai grandi.

A hauteur d’ 1m 52,

Mes hauts le cœur mettent le feu

De détresse et brûlent mes tresses.

Je me recoiffe et refais surface,

Même qu’on va se faire belle et rebelle,

Jusqu’à satisfaction et vaincre bien des dictions.

Ces rebellions de convention ou tout acte de succion.

Ça te choque, Dame Gabrielle remonte les frocs.

De ces fleurs, j’en ai plein en stock.

Je recueille en femme exemplaire,

Les ronces plantées sur ta mère,

Les romps, par respect, les enterre.

Pour dénoncer ton sexisme engrainé,

Reste qu’à s’insulter sur un pied d’égalité.

Les belles plantes sont fragiles,

Etre une femmes libérée, tu sais c’est pas si facile.

Reste que je te le clame,

Sauf en faire une réclame.

Un peu de géni sans frotter.

Merci à l’électroménager de libérer du temps

Pour la ménagère de plus ou moins 30 ans.

En parfaite fée du logis,

Je vis de grand moment de technologie.

Assurée de me sentir concernée,

Je vis de grand moment de citoyenneté.

Devant ma télé et après ?

Je l’éteins avant de pleurer

Mon sort, leurs torts.

L’info multimédiate intoxique les faits, pour de rire

Elle déteint sur les tee-shirts policiers made in l’US empire.

La machine électrise the united audience solvable.

J’en fais le tour pour me distraire, inconsolable.

Je m’en remets enfumée de keuskon.

Je me remets à psychoter des solutions.

D’avis communiquer sur tout terrain,

La joie de s’entendre avec son prochain.

Les bienfaiteurs fatiguent en descente.

Bien des fauteurs glissent sur la pente.

Le calumet limite la paix aux siens.

Connais pas la vieille avec le chien !

Grognon et en manque de frisson,

Je me plais à trouver marrant

Qu’il est bon d’être méchant.

De bon fond, les méfaits se dissipent.

En bonne forme, je me fais pacifiste.

Trop faible street encanaillement,

Trop souvent triste enferment.

En galère de guéguerre,

Les gars l’air de rien dire,

Me donnent l’occasion de m’enorgueillir.

Slam’ sert à rien, à vrai dire.

Ouais voilà c’est juste pour rire

Aux larmes. Au final,

S’éviter d’être conne,

Je représente comme personne.

Report this text