Noirceur

maelle-thma

Il a suffit d'une inquiétude, d'une ignorance , d'une absence pour qu'elle se forme.

Peut-être que cela devait se terminer ainsi, aucun retour possible, aucune échappatoire. J'ai tenté de me réfugier dans ma tête, dans mes souvenirs, j'ai pensé que là où j'allais, elle ne me suivrait pas, mais c'était une grossière erreur. Elle est bien présente, je le sens, elle me traque. Je ne peux plus rien faire, même en sautant dans l'abime elle me retrouverait. Je suis prise au piège. J'ai cru pouvoir changer, j'ai cru que tu arriverais à me voir vraiment, mais tu n'as jamais réussi.

Tant dis que moi, je suis restée la même. 

J'ai eu le temps de réfléchir tu sais ? Je savais que ma finalité serait funeste, je ne pouvais qu'attendre. De toute façon  il ne me restait plus beaucoup de temps avant qu'elle ne m'attrape, avant qu'elle ne me dévore. J'ai entendu ces grondements, ces cris de frustration, de colère. Elle me veut, elle veut que j'arrête de lutter et que je la rejoigne. Pourtant, cela revient au même, dans les deux cas je me retrouverai dans l'obscurité et complètement seule.

 De toute façon, je n'ai pas envie de choisir, je ne peux pas choisir.

Est-ce que tu m'écoutes ? Est-ce que de là où je suis, tu m'entends t'appeler ? J'ai réussi pendant quelque temps à ne pas oublier, à rester dans le claire et à ne pas faire de vague. Mais maintenant que mon esprit t'efface, je ne peux plus retenir le monstre. Avec toi, il était bien caché, même si parfois, il se montrait, j'arrivais à faire en sorte qu'il se taise vite. Peut-être  avais-tu déjà remarqué cette noirceur qui émanait de moi,  tu savais ce qu'il se passait à l'intérieur n'est-ce pas ?

Que jour et nuit je me battais avec elle pour qu'elle reste terré, Mais je n'y arrive plus. Je suis obligée de la libéré, de la laisser prendre son envole. Je sais ce qu'elle attend de moi, mais je ne suis pas encore prête, j'ai juste besoin d'un peu plus de temps.

 

 Je ne sais pas vraiment quand tout a commencé, elle est arrivée petit à petit je crois. Au départ je n'y prêtais pas attention, elle n'avait aucune importance pour moi. Mais je l'ai senti de jour en jour trifouiller ma tête, je l'ai vue s'accaparer de mes pensées, de mon être. J'ai alors tenté de ne pas y penser, de la laisser simplement vagabonder. 

Peut-être partirait-elle ? 

Cela a dégénéré quand elle a voulu prendre entièrement le contrôle, quand elle a voulu sortir au grand jour. Je ne pouvais pas la laisser faire, tu comprends ? Les gens auraient eu peur de moi. La laisser faire pleinement, c'était devenir elle. Une chose obscure et sans vie. J'étais déjà morose à cette époque, je n'avais pas besoin d'elle en plus, et pourtant, c'est ce que j'ai fait, je suis devenue amère et désespéré. Je ne pouvais tout simplement plus lutter contre toutes ces années de souffrance et d'abandon.

 Tout est devenu si sombre, si illusoire, je me suis retrouvée dans ma tête, errant sans aucun but, sans aucun objectif. J'ai attendu longtemps, très longtemps, j'ai pensé qu'un jour, tu referais surface et que tu me sortirais d'ici, de cet endroit. Mais rien ne s'est passé, tu n'es pas venue, personne n'est venu.

Alors je me suis remise en route.

Maintenant que la fin se profile devant moi je me sens calme, nostalgique. Je ne suis plus qu'avec moi-même. La chose n'est pas là, je ne la sens plus. Peut-être attend-elle juste le bon moment pour me prendre et me garder avec elle. 

Je croyais qu'elle était apparue comme ça, mais en y réfléchissant bien  cela faisait des années qu'elle s'était logée en moi, elle a toujours été là.

Désormais, je dois faire un choix. 

Partir avec elle ou rester avec elle.

 J'ai choisi ma finalité. 

Je ne peux me résoudre à abandonner cet endroit, peu importe si elle prend le contrôle, je veux continuer à observer avec amour le ciel étoilé. 

Je veux pouvoir me sentir vivante malgré cette noirceur qui s'acharne à me faire sombrer, à me faire oublier. 

 

Report this text