Nuvole bianche

froidescombles

Après des mois de vie voltigineuse, je me surprends à penser à toi. 

Et tiens, j'ai reçu récemment de bons conseils alors je les applique; je t'écris. 

Penser à toi n'est ni flatteur ni foncièrement mauvais. C'est venu comme un fait brut à mon esprit -pourtant déjà ô combien chargé- qui a décidé de s'arrêter une minute. 

En un an l'eau a coulé sous les ponts, noyant tristement plus de souvenirs que de douleurs. L'exercice de mémoire sur les beaux moments est trop difficile, le temps a cette fois purgé le bon pour ne faire place qu'à la fin, factuellement hideuse. Mais étrangement, elle me fait sourire. 

Si je suis passé à côté de ma vie, non. Mais mon bout de  chemin aurait pu prendre une tournure bien différente avec toi, indéniablement, car même si j'en ai perdu la trace, des beaux moments, il y en avait. 

Alors, je vais puiser loin dans ma pensine et dépasser mon bonheur actuel, mon malheur passé et te demander de tes nouvelles. Et peut-être que, bien que hautement infréquentable j'aurais une réponse qui me fera sourire intérieurement. 


Après tout, ce ne serait pas la première fois qu'un pacte serait rompu. 


 





Report this text