Oneroi

supra

Cette fois , il avait tout de même mis un certain temps à réaliser qu'il était dans un rêve. Jusqu'alors, la charge symbolique était demeurée très faible mais là , à l'angle d'un trottoir que la  signalétique situait à l'ange" Rue du Départ"et du " boulevard des adieux" , il avait soudain pris conscience de la duplicité figurative de son environnement, et de l'imprécision des événements l'y ayant mené. Une vague course? Un rendez vous médical ? Un flou caractéristique cernait les conditions de sa présence en ces lieux.  Autour de lui les avenues parisiennes prenaient leur air le plus indolent et estival, illuminées par un ensoleillement des plus réalistes. 


Comme chacun le savait, le lancement public du Programme de Programmation Neuronirique reposait sur les avancées spectaculaires qu'avait connue la reconstitution d'expériences basée sur une vaste collection d'empruntes mentales et d'impressions passées au crible de scanners médicaux.

On avait découpé les sentiments, les souvenirs, en autant de modules indépendants, mis à la disposition d'un système de génération automatique de scénario de soin. 

  La capacité du dispositif à tromper les sens, de submerger le cerveau d'une multiplicité de stimulus comme autant de preuve de bonne foi était le cœur de cette approche thérapeutique nouvelle. 

Après un diagnostique psychologique, un thérapeute pouvait estimer nécessaire d'entamer ce genre de protocole d'un nouveau genre. Mme Charrier aurait tout de même pu le prévenir qu'elle l'avait inscrit sur la listes des patients recevables. 


Il ricana . Non mais regardez ça ! Qui sont les ahuris sur qui ce genre de scènes vues et revues fonctionnent ?  Devant lui , il contemplait goguenard un couple assis sur un perron d'une clinique vétérinaire, la fille, qui ressemblait fortement à son ancienne copine, levait des yeux gonflés vers un grand gaillard qui tentait vainement de la réconforter. Bien entendu, l'accident du chat , tsss , ils n'étaient vraiment pas aller chercher loin cette amorce émotionnelle. Et ce gars était le sensé le représenter , vraiment ? Il avait cette démarche empruntée de mauvais sosie, et une affectation dans le geste de Telenovela de seconde partie d'après midi. On était sur des astuces d'écritures de bas étage, indigne d'un roman de gare. Des que la machine logique avançait ses pions de sa narration, tout devenait grossier, prévisible, simpliste. 


Haussant les épaules, il se hâta de distancer les deux silhouettes en accordant le moins d'attention possible à leur représentation théâtrale. Et maintenant ? Si il ne mordait pas à l'hameçon , allait il retrouver une activité onirique plus traditionnelle, ou.. Une sonnette le fit sursauter alors qu'une silhouette en vélo le dépassa rapidement,  dans le bruissement léger des souvenirs qui s'enfuient. 


Une fille en danseuse sur une des bicyclette fournie par la municipalité s'éloignait rapidement , sa robe d'été sombre se confondant de plus en plus avec les ombres de la piste cyclable, ses boucles rousses dansant à chaque mouvement . Du dimanche passé d'où avait été extrait cette réminiscence, il la suivait lui aussi en vélo, et tenait sans mal la distance. Il eut des velléités soudaine de rébellion .


La narration était claire hein, transparente, manichéenne même. Lui devait demeuré planté là dans les ombres dansantes, au milieu des feuilles racornies et crissantes, que la roue fendait fièrement , broyant celles se trouvant dans sa trajectoire l'éloignant chaque seconde un peu plus de lui. 


Il shoota rageusement dans les feuilles. Il n'y avait ici aucune forme de résolution, de transcendance. Qu'espéraient-ils en agitant ainsi sous ses yeux ces chimères, ses poupées désarticulées faites de vieux tissus reprisés, dégorgeant l'odeur douceâtre des greniers dans leurs ridicule gesticulations ? 


Perdu dans ses pensées, il regagna intuitivement un axe plus fréquenté , et ses pas  hésitants le menèrent face à une petite terrasse en bord de route. Il manqua de se prendre les pieds dans un vélo, lié à un poteau. Levant les yeux, il la vit, encore de dos, face à un gars qui lui tenait la main.  Cette fois ci, l'exercice était celui de l'antithèse. La logique qui structurait l'homoncule était à contrario de ce qu'il était, dans son attitude, son maintien, sa musculature.  Sa seule définition  était d'être ce que lui n'était pas.


La il devait l'admettre, la Synthèse avait fait fort pour générer un individu qui suscite en lui une réaction aussi viscérale de rejet immédiat.  Jusqu'au dernier détail de son habillement, tout avait été calculé pour exprimer le gouffre le séparant  du le nouveau prétendant de son Ex, qui lui tournait encore le dos alors qu'indécis, incapable de se soustraire à la douleur qui lui était infligé il s'approchait d'eux en chancelant.  Dans un vertige, il se senti au bord de la chute. 


Il était si proche d'eux à présent. Ces yeux humides brouillaient les détails, il ne distinguait la forme floue orangée de sa chevelure, la main qui déposait la derniére pièce de l'addition dans la coupole en métal, qui résonna à ses oreilles comme un gong.

 

N'était ce justement pas le but du dispositif,  d'ailleurs, de susciter en lui cette réaction violente ? De lui permettre couper le cordon avec ce pan de sa vie, de manière radicale. Une forme de catharsis. De stratégie du choc. Et puis qu'importe , il pouvait faire ce qu'il voulait . Tout cela n'était qu'un rêve, au final !




Report this text