Promontoire

Nelly Tréguier

Je suis esclave de passion.

Comme chaque jour, on m’effleure, me manipule. Mais je ne me plains jamais. Mes courbes délicates se plient aux moindres désirs. Je continue l’insertion d’un monde imaginaire obéissant à la passion. En habit ou pour un nu, on doit apprendre à mieux me voir, moi qui suis habitué à vivre avec des créateurs.

Des personnes au regard grand ouvert sur l’ailleurs.

De là où je vis, j’ai vue sur Paris, et dans le reflet je peux voir qui je suis : un pantin de bois articulé, sur le bord d’un bureau.

Report this text