Prose-& un lapin

panthere_de_gouttiere


Ô feu, ô lac !
Aux fièvres flasques

On veut Pondichéry
Sur l'orfèvre de tes ponts, dis chérie :

Suivrais-tu un grand fauve
Un pré visible tel l'éclair dans l'alcôve ?

L'odyssée d'un tigre à dos de baleine
Tiendrait même sa hyène en haleine

Quand je rugis, les nuages s'écartent
Laissant les vents jouer aux cartes

Ils tournent avec ta tête
Avec moi, c'est la fête

Je les rendrais sûrement toutes folles
Si elles n'étaient déjà si frivoles

Tout doux, les biches se tissent des tresses
Dansent avec les houx dans l'allégresse

Echafaudent des regards de tigresse
Douce toux, aguiche la détresse

Laissent hagards même les loups, qui pour elles se bagarrent
Abandonneraient jusqu'à leurs plaines d'Asgard

Mais si tu joues trop les lutines
Souviens-toi, les toundras  sont taquines

Regorgent de neiges peu cristallines
Peu t'importe, ta chrysalide

Tu papillonnes, tu fanfaronnes
Avec les faons  sans faire l'aumône

Tu gambades seule vers la lumière
Sous le regard de miel d'une lune qui erre

Ô feu-pépite, rappelle-lui
Comme aux lèvres qui crépitent


* Pause-& un lapin : des lièvres enflammés t'offrent une (p)rose sur la neige embarrassée *


Tic-tac, le temps-ifrit
S'effrite, c'est sa tac-tic

                                       (c)


Report this text