Renoncer à toi

aporie

Poème pour ma guitare.

Il y a un temps, j'ai renoncé à toi.

J'ai renoncé à t'avoir entre mes mains chaque jour. J'ai renoncé à caresser ton corps, tes courbes lisses et franches. J'ai renoncé aux mélodies que je te tirais quand je jouais de mes doigts sur toi.

J'ai renoncé, quelques jours d'abord. Puis ce furent des semaines, des mois. Ainsi vinrent les années.

Combien d'hommes, de femmes, pendant ce temps, ont honoré ton corps ?

Combien ont caressé délicatement tes chevilles pâles ? Combien d'autres encore, t'ont tiré ses mélodies que je m'appropriais autrefois ?

J'ai renoncé à toi, et en conséquence, j'ai accepté que d'autre t'honore à ma place.

Je n'imaginais pas que cela pourrait être aussi dure, te savoir loin de moi, et pourtant loin de la solitude.

Et pourtant : nul autre ne te connaît comme je te connais. Nul autre ne joue de ton corps comme je le faisais. Et au final, même après avoir renoncé à toi si longtemps, c'est encore entre mes bras que tu finis.

Report this text