Trouble

Myc Martin

Tout s'achète, tout se vend. Quel est votre prix ?

Le parc en cette saison est une pure merveille. Les parterres, broderies, bassins, jets d'eau, statues, se répondent, équilibre et harmonie.

Chaque pas réserve une surprise. Le parc bordé par la forêt déploie ses fastes au pied du château, édifié sur une esplanade. Les douves sont alimentées par des sources internes, toujours à niveau, même en période de sécheresse.

En point de mire à l'horizon, la statue d'Hercule appuyé sur sa massue. A mesure que l'on progresse, les escaliers se révèlent, nouveaux motifs, nouvelles perspectives. Puis la profonde vallée du grand canal, rivière canalisée, invisible un instant auparavant.

Sphinx et sphinges, chevaux marins. Le bassin circulaire où gît le titan Atlas, bras levé vers le ciel. Atlas a défié les dieux qui l'ont tué à coup de rochers. Le jet d'eau monte droit comme un stylet, puis s'épanouit en fleur liquide.

Peuple fantasmagorique, les statues nous observent.

Sur l'autre rive, la colline s'élève vers Hercule. Si l'on se retourne, la distance est altérée, les niveaux du terrain ne sont pas apparents. Le château s'intègre dans son environnement, joyau dans son écrin.

Gnome me tient par la main et me fait la conversation. Il attire mon attention, ici sur un bel arbre au feuillage rouge, là sur un arc-en-ciel qui s'irise dans un jet d'eau.

Promenade le matin, promenade l'après-midi, découverte des massifs de fleurs. Les plantes sont en pots, les jardiniers les changent au cours de la nuit, pour les couleurs.



Nous revenons vers le château, il est l'heure de mon en-cas. La table est dressée sous la coupole oblongue, ciel bleu étoilé. Les bustes des empereurs romains sont présentés sur des piédestaux le long des murs courbes, augustes spectateurs.

Nappe blanche, carafe et coupe en cristal taillé. Les biseaux diffractent la lumière des chandelles du lustre.

Gnome emplit la coupe à ras bord. Je goûte le breuvage tiède, aspire la fine peau qui s'est formée à la surface du sang. Le goût varie selon les jours en d'infinies nuances, ainsi que la couleur, la densité. Comme des crus avec de la matière ou plutôt primeur. Aujourd'hui, sang léger, aérien.

Coupes dégustées, la carafe est vide.

Je me lève, vais sur la terrasse, m'offre à la chaleur du soleil. Hercule au loin. Je me campe, écarte les jambes, croise les mains derrière la tête. Gnome passe le racloir sur la peau, sur le corps, dans les plis. Puis les bras. J'exsude la poudre d'or. Gnome est expert, l'or s'agglomère dans le racloir en gouttière, qu'il verse dans une bourse en cuir. Il me nettoie plusieurs fois, jusqu'à ce que la poussière soit imperceptible. La bourse est pleine.

Dans la chambre, Gnome tire les lourds rideaux de brocart rouge. Les bronzes luisent sur les meubles marquetés. Les tapisseries racontent les chasses, les dieux, les romans. Enée, Didon, Renaud, Armide. Astrée, ...

Avec volupté, je m'étends sur les draps de satin, prends Gnome dans les bras, mes pensées se figent, je sombre dans le sommeil.



Le bassin de Latone en haut des marches. Au sommet de la fontaine, Latone punit les paysans rassemblés dans les cercles concentriques plus bas, ils ont refusé de la secourir. Ils sont transformés en crapauds et crachent des jets d'eau.

Je marche, ma main sur la tête de Gnome, préoccupé. Des clameurs à l'extérieur du parc. Je demande à Gnome s'il en connaît l'origine, il marmonne "des troubles".

Il existe un point d'observation vers la ville, une plate-forme sur le mur d'enceinte. Gnome regimbe, je l'entraîne fermement.

-"Ils vont nous tuer."

-"Tu as peur de ton ombre."

L'animation règne en ville, sur la place. Une foule surexcitée entoure une charrette, plusieurs prisonniers, mains attachées dans le dos, se tiennent sur le plateau. Une famille, le père, la mère et leurs trois enfants. Faux, bâtons, couteaux sont brandis. Des têtes en haut des piques.

On crie, on rit, on s'invective. Le vin coule à flots, des bagarres éclatent, les spectateurs encouragent les adversaires. La femme est tirée hors de la charrette, ses vêtements sont arrachés, elle est égorgée, démembrée. Des fauves à la curée. Ici un bras, là une jambe, on fait mine de mordre dedans. Le torse, un homme roule des yeux gourmands, tire la langue, on s'esclaffe. Des hommes, des femmes paradent, les viscères en guise de colliers.

La foule ondule, folle d'elle-même, se disperse, se concentre, mer de tempête. Ivrognes braillards, poissardes dépoitraillées, infernal sabbat.

-"Là-haut ! Là-haut !"

Des bras se tendent vers la plate-forme. Gnome se tasse, gémit, tétanisé. Coups sourds. Ils cherchent à enfoncer le portail.

Je redescends l'escalier. Gnome file devant, ventre à terre.



-"Qu'attends-tu ? Emplis le hanap."

Gnome tremble, la carafe est à demi pleine. Il verse le sang maladroitement, des gouttes maculent la nappe damassée. Je bois, la carafe est vide. Je n'ai pas ma ration. J'ai faim.

-"Que se passe-t-il ? Pourquoi la carafe n'a-t-elle pas été emplie ?"

-"A cause des troubles, Maître."

Je soupire, vais sur la terrasse, tends les bras. Gnome racle mon corps comme d'habitude, recueille l'or. Des larmes de contrariété me montent aux yeux, coulent sur les joues, se cristallisent, ruisseaux de diamants.

Gnome les ramasse, un à un, brillants sur le marbre du sol et les range dans la bourse de cuir.

-"Mène-moi à la boucherie."



Les communs, la boucherie en sous-sol, enfilade de salles voûtées. Odeur de sang âcre, sol glissant.

-"Où sont les bouchers, les jardiniers, les domestiques ?"

-"Ils ont rejoint les autres sur la place."

La salle du fond avec des cages de fer basses, alignées contre les murs. La réserve, quatre enfants prisonniers, prostrés contre les barreaux.

La salle voisine, aux crocs sont pendus trois garçons, les crocs s'enfoncent sous la mâchoire inférieure.

Des tables de bois, bordures en rigoles. Des corps gisent, exsangues.



Je reviens au château, soucieux. La faim me tenaille.

Sous la coupole, se tient un homme maigre, le teint cireux. La porte d'entrée a été enfoncée, deux gardes veillent.

-"Monseigneur, pardonnez mon intrusion. Les circonstances... Je me présente, je suis le délégué."

-"Que désirez-vous ?"

-"Moi, rien. Mais le voisinage, des plaintes, des enfants disparaissent. On me presse d'intervenir. Cela prend des proportions, des rumeurs, des bruits courent. "

-"J'ignore ce que vous voulez dire. Ces troubles, Monsieur le délégué, qu'en est-il ?"

-Des évènements, des agacements. Le travail manque, le prix du pain augmente. Cela retombera comme un soufflet.

-"Vous-même, Monsieur, votre travail ne doit guère être facile."

-"Certes. Il faut canaliser cette énergie brouillonne, éviter les débordements, assurer l'ordre public, protéger les honnêtes gens, leurs biens. Nous vivons des temps incertains, un nouveau monde demande à advenir."

-"La misère s'étend partout, quelle calamité. Vous allez avoir besoin de budgets considérables."

Le délégué attend la suite.

-"Suivez-moi, voulez-vous."

Je le précède dans un cabinet adjacent. Une chandelle. Le lambris, code secret. Le mécanisme se déverrouille. Des étagères. Les sébiles contiennent l'or. Les coffrets, les diamants. Les bourses de cuir, rondes comme des balles. Mille éclats, miroitements.

-"Je serais heureux de vous aider à atteindre vos objectifs."

Le délégué reste sans voix.

-"Par ailleurs, cette modeste demeure pourrait vous permettre d'apporter un réconfort à tous ces malheureux. Nos signatures au bas d'un acte, le tour est joué."

Je referme les placards, brouille le code. Nous retournons sous la coupole. Le délégué se ressaisit.

-"Monseigneur, une voiture stationne devant la porte. Elle vous conduira à mon manoir en province."

Il indique la porte d'entrée. Je sors sur le perron, en haut des marches.

Une haute pique est plantée devant moi. A son sommet, la tête de Gnome. La pique entre par la bouche et sort par l'œil, qui pend au bout d'un écheveau de nerfs et veines.

Mon cœur saigne, Je hurle en silence. Les larmes jaillissent de mes yeux, les diamants tintent sur les marches. Le délégué, les gardes les ramassent, à quatre pattes.


*

Report this text