Une terrible beauté est née

naynah

Qu’ont-ils tous à m’épier ainsi ? Leurs outils me dérangent. Suis-je la première à naitre sous leurs yeux ?

De là bas, mon éclosion parait majestueuse. Des amas de poussières qui se mêlent à la brume et génèrent des nouvelles couleurs. Ce que je produis en naissant, ils tentent de le recréer avec leur petite mort. Vaine quête. Rien n’est comparable à l’explosion de sens qui m’anime.

Digitale, animale, la complainte de mes sphères commence : j’imprime un rythme lent, constant et lascif. La poussière autour de moi entre en transe, j’accélère le tempo, elle virevolte. Le spectacle ne m’amuse qu’un temps car je le sens, la Chair veut me cerner et elle parvient à capter ma musique. Je le sens, alors je brouille les pistes. Ils peuvent congédier Harps, mes sphères n’émettront plus de mélodie.

Soudain, mon ventre bouillonne, mon centre se contracte, se dilate. Si j’étais une Chair, on dirait que je suis amoureuse. Je soupire : amoureuse de qui, comment ? Je ne suis rien et le vide m’entoure. J’ai peur. Noira m’a entendu, et me murmure comme pour me rassurer que mes sens s’éveillent et qu’il est normal que je perde l’équilibre entre la gravité qui me comprime et mon cœur qui ne demande qu’à exploser. Elle s’extasie sur ma beauté qui n’a d’égal que ma force et se réjouit de m’avoir en elle car je suis la plus puissante d’entre toutes. Elle rêve que tous ses habitants, de chair ou stellaires, me vénèrent. Je lui dis que ça me gêne qu’ils me contemplent, que j’aurais préféré naitre plus loin. Je lui demande s’il est normal qu’une étoile éprouve de la pudeur, mais déjà elle m’abandonne. Je suis seule et j’ai peur, perdue dans cet infini, ensevelie sous mes questions.

 A quoi je sers dans l’univers ? Aider la Chair à tenter de saisir l’incernable ? A quoi bon. Je voudrais leur crier qu’ils sont perdus d’avance. Ils m’admirent, me calculent, me baptisent, je deviens leur favorite. Ils ne savent pas encore que je provoquerai leur perte. Un jour, je transpercerai leur système. Un jour, je viendrai me briser sur leur planète Terre.

Report this text