Prologue

Cyril Novotny

Dans la Bulle

Jour J : .Ø, H184. Un homme entre sur scène en panique et cherche par tous les moyens à sortir de scène, mais il est coincé dans une bulle invisible.


LAMBDA-41
Comment ça, je n'ai pas le choix !? Qui m'impose cela hein ?! Je… je suis le seul ! L'Unique ! Celui qui… Qui choisit ! celui qui décide ! celui qui régit ! Je suis l'architecte de mon monde ! Le seul à décider de ce que sera ma vie ! Le seul à la bâtir ! Les autres ne sont que des aides, ou des entraves ! Tu n'as pas le droit de m'empêcher... Je t'interdis tu entends ! A quoi bon ! Si tout n'est que mensonge, alors ma raison d'être est nulle ! Inexistante ! Je… Je ne veux pas ! Je… Je… Je ne sais pas ce que je veux ! (S'agenouillant)  Je ne sais pas qui je suis…


Un temps. Un regard vers le public. Il se fige et baisse lourdement la tête, comme perdant connaissance. Soudain, il se redresse et change totalement son regard, devenant gênant, malsain, perturbant. Il se rapproche du public.


LAMBDA-41
(Mettant mal à l'aise) Vous pensez savoir qui vous êtes n'est-ce pas ? Vous vous dîtes qu'il n'y a qu'un fou pour agir comme je le fais ? Eh ben vous savez quoi ? Vous avez peut-être raison ! Aujourd'hui je vais vous révéler deux petites choses ! Premièrement ! L'habit ne fait pas le moine. Mais ça vous le saviez hein ! Et deuxièmement ! L'habit fait le moine. C'est dingue n'est-ce pas ? Vous ne savez que redire à cette paradoxale révélation ?! Tout n'est qu'une question de contexte, tout comme en physique avec tous ces référentiels. 'Savez ce que c'est un référentiel au moins ? Lorsque tous ces faux-culs vous demandent "Alors ça va aujourd'hui ?", votre réponse sera différente selon votre interlocuteur. Pourtant, soit ça va, soit ça ne va pas. Mais non ! Votre foutu cerveau joue le difficile, la comédie, et s'adapte à la situation ! C'est de ça dont je vous parle, de ce contexte, cette chose qui change tout ! Que de conneries de social, de coutumes, de règles de savoir-vivre rendant faux, acteurs de ce théâtre qu'est le monde ! Et je...


Il s'arrête net et tremble, fixant le public. Vidé. Figé. Un Temps. Apparaît alors un autre personnage présent sur scène depuis le début, mais dissimulé au fond de la scène.


REAPER
Magnifique n'est-ce pas ? Personnellement, je trouve cela splendide, fantastique. C'est simple, je ne trouve pas les mots pour exprimer mon émerveillement à la vue de ce spectacle. Voir ces pauvres créatures réfléchir tant bien que mal, enfin prendre conscience de choses que beaucoup refusent d'imaginer, par peur de comprendre que le monde dans lequel elles vivent n'est pas celui qu'elles croient, celui qu'elles veulent, celui qu'elles voudraient. Pour celui-ci, l'expérience aura été un échec. J'avais pourtant bon espoir, le voyant résister aux 3 phases. Il était arrivé au Jour Ø, et cela n'est pas donné à tous. Malheureusement pour lui, il n'est pas parvenu à briser la bulle, à ne faire qu'un avec lui-même, et vous savez ce que cela signifie. Adieu Michel, ou plutôt Lambda-41. (Lambda-41 s'écroule, un temps) Tout comme moi, Dieu sait qu'être un simple produit est facile, si vous voyez ce que je veux dire. Inutile de réfléchir, on se laisse guider, diriger, mener d'un point à un autre. On nous indique quoi penser, sans que se pose alors la question de "Est-ce vraiment ce que je pense ? Est-ce vraiment le fruit de ma pensée ?" (Un temps) Mais je tergiverse, après tout, je vous prends de court non ?


 La salle plonge dans l'obscurité. Seul le centre de la scène est éclairé, où se trouve Lambda-41 et Reaper. Une musique sombre en fond, des personnages calmes et perturbants circulent dans le public. Sans aucun bruit. Juste par contact bref et délicat. Le public est prit d'une incompréhension pendant que Reaper déplace Lambda-41, comme le ferait un marionnettiste avec son esclave de bois. Il le sort de scène d'un côté, et récupère de l'autre un nouvel individu : Charles. La musique descend en volume tandis que les personnages reviennent sur scène et se mettent en ligne derrière Charles et Reaper.


REAPER
Je vous présente Charles. Charles est un individu lambda, comme vous et... Comme vous. Il gagne sa vie honnêtement, selon les règles sociales régissant votre société. Une vie sans histoire, sans problème particulier, comme la plupart d'entre vous disons. Sur les 192 prochaines heures, Charles va mettre les pieds dans un environnement qui le dépasse, qu'il n'imaginait pas le moins du monde. Il va mettre les pieds sur mon territoire, dans mon domaine. Celui du questionnement continu, celui où curiosité et infini ne font qu'un. Car ici, on cherche sans cesse des réponses à des questions diverses et variées sur notre monde, notre personne, et on y trouve toujours des réponses pouvant commencer par oui, par non. Commencer, dis-je, mais jamais ne s'arrêtant ainsi. On développe, on s'interroge, on explore, on exploite pour que s'en suive le fameux "mais". "Oui mais". "Non mais". Là est le premier objectif du Projet Liberatio. S'interroger, imaginer des réponses, sans savoir pour le moment si ces dernières sont véridiques. S'ouvrir au monde, et chercher à le voir tel qu'il est et non tel qu'on nous le montre. (Un temps) Sur les 7 prochains jours, nous allons connaître ce Charles un peu plus en profondeur et ce grâce à lui-même. In fine, nous verrons s'il parvient à briser cette bulle dans laquelle chacun vit continuellement. Avant que nous commencions, je vais vous demander deux, trois petites choses. Premièrement, si, à un moment, Charles s'adresse à vous, n'ayez pas peur, interagissez, levez la main, répondez, levez vous. Vous n'êtes pas là pour être des moutons, vous êtes là pour expérimenter quelque chose de nouveau, de grand et de beau. (ciblant un spectateur) Comme vous Monsieur. Deuxièmement, l'usage de tout appareil électronique est autorisé tant qu'il n'est pas bruyant et qu'il ne portera pas atteinte au bon déroulement de la séance. Veillez donc à mettre vos téléphones ou autres appareils pouvant émettre un son en mode vibreur. Enfin... (regardant sa montre, un Dong se fait entendre) Il est 8h pile, que le compte à rebours se lance et que la séance, commence !


NOIR.

Report this text