Vaste est la prison

Hakim Hadjail

De petites inspirations de Jacques Brel par ci d'autres d"Assia Djebar par la

Mon bonhomme a grandi .

Je le voyais .

Je le voyais se noyer .

Je l'entendais crier .

Se battre .

J'assistais à son naufrage .

Tantôt dans le fond

Tantôt dans la surface .

Mon bonhomme vaciller .

Mais que pouvais-je pour lui ?

Ne me quitte pas je lui chantais .

On m'attend quelque part il me répondait

Comme on attend le roi

Ou peut-être on ne m'attend point.

-

Mon bonhomme a grandi .

Puis mon bonhomme s'est perdu

Au milieu d'une mer .

Une mer qui se désenchente .

Je veux dire en cela qu'elle chante d'autre chants que ceux que la mer chante dans les livres d'enfants .

-

Mon bonhomme a grandi .

Puis les femmes a connu  .

Des femmes ressemblantes a la  joie .

Celles la ont des sourire qu'on dirait une fleur .

Et des éclats de rire a faire jaillir de l'eau .

D'autres ressemblent aux chagrin .

Mais les femmes toujours  

         Ne ressemblent qu'aux femmes .

Et au final on est pas bien sur comme chante un certain .

Qu'elles aient une place dans la vie d'un homme sage .

-

Mon bonhomme a grandi .

Puis mon bonhomme a chanté des hymnes d'amour et de bonté dans les rues .

Mais sur la ville il fait trop chaud .

Et pour ne point entendre de chants

Les hommes ferment les carreaux

Comme une porte entre morts et vivants .

Fidèles à leurs atrocité .

-

Mon bonhomme a grandi .

Puis mon bonhomme a disparu .

Au milieu d'une vaste prison .

Une vaste prison qui l'écrase .

Et a ce jour je l'entends

Répeter avec un ton tranchant .

Délivrance , délivrance , d'ou me viendra tu délivrance .

Report this text