you make me feel good

rosypyreadbook

Le printemps débutait tout juste est pourtant il faisait extrêmement froid en ce samedi matin. Rachel tira sur les manches de son pull et balança la poubelle dans le grand container. Au loin un pick-up entrait dans le domaine avec derrière lui, une grande remorque. La jeune femme fronça les sourcils et s'approcha d'Eliott et Hannah qui venaient à la rencontre de la voiture.

"- Je ne savais pas qu'on attendait une livraison.

La vétérinaire esquissa un sourire.

- C'était pas prévu mais Ryan a acheté un cheval à Denver juste avant de partir. On attendait les papiers c'est pour ça qu'il n'arrive que maintenant.

- Il l'a acheté à Denver ? Il n'a rien dit.

Eliott rigola en regardant le convoyeur ouvrir la remorque et attraper les rênes du cheval pour l'aider à descendre. Rachel se figea avant de se tourner vers Hannah.

- Il a acheté Jagger ?

La tante de Ryan hocha la tête en souriant de plus bel.

- Oui.

- Mais qu'est-ce qu'il va en faire ? Le soigneur du Haras nous a dit que depuis qu'il avait été blessé, il ne pouvait faire que de petit parcours.

Eliott secoua la tête.

- Aussi aveugle l'un que l'autre...pourquoi il l'a acheté à ton avis ?

Rachel fronça les sourcils et Hannah lui tapota l'épaule.

- Il l'a acheté pour toi.

La jeune femme la regarda attentivement.

- C'est une plaisanterie ?

- Non.

Elle tourna la tête et regarda le cheval.

- Mais pourquoi il a fait ça ?

Eliott grogna légèrement.

- Oh non mais vous faites la paire tous les deux !

Au même moment le cheval s'agita légèrement et il s'échappa pour trotter doucement vers Rachel. Hannah et Eliott écarquillèrent les yeux en voyant l'animal se positionner devant la jeune femme et la pousser avec son museau. Elle rigola avant de lever la main pour lui gratter l'encolure.

- Salut toi.

Hannah rigola.

- Je crois que tu as ta réponse...visiblement il t'adore.

Le meilleur ami de Ryan passa près d'elle en rigolant.

- Et elle ne parle pas seulement du cheval."



Le fer à repasser glissait doucement sur le tissu, laissant échapper quelques volutes de fumée. Elle retourna le tee-shirt et rabattit les manches. Au même moment la porte d'entrée s'ouvrit et la voix d'Hannah résonna.

"- Rachel t'es prête ?

- Je suis dans la buanderie...oui.

La vétérinaire entra dans la pièce et s'appuya contre le chambranle de la porte.

- Je meurs de faim.

- J'ai fini.

Elle déposa délicatement le dernier vêtement dans la bassine et éteignit le fer.

- Hélia m'a envoyé un message, elle est très impatiente de te rencontrer.

Rachel esquissa un sourire sans rien répondre et Hannah fit une petite moue.

- Il sera là ce soir ne t'en fais pas...Ted a eu pas mal de soucis d'argent ces dernières années mais il s'est toujours débrouillé pour se maintenir à flot. C'était le meilleur ami de James et quand Ryan a repris le ranch il lui a donné beaucoup de conseils, il se sent redevable.

- Je sais il m'a raconté.

Elle déposa la bassine de linge propre sur les escaliers et s'empara de son sac et de sa veste en soupirant avant de se tourner vers Hannah.

- Qu'est-ce qu'il lui a pris de faire ça ?

La tante du jeune femme secoua la tête en souriant, elle savait que Rachel parlait du cheval.

- Il te plaît non ?

Elle fronça les sourcils.

- Jagger ?

Hannah rigola.

- Chérie...arrête de te demander si c'est bien ou non...La réponse tu l'as connais déjà...Tu serais déjà rentrée retrouver ton fiancée si tu pensais que c'était mal.

Elle se frotta le visage en s'asseyant sur les marches.

- Je suis une garce.

- Bien sûr que non...Jeffrey t'as demandé de ne plus l'appeler, il s'affiche avec une autre sur tous les magazines et...

- C'est moi qui nous ai mis au pied du mur, j'aurais peut-être du rester et me battre avec lui.

- Demandes-toi pourquoi tu ne l'as pas fait ?

Rachel serra les dents.

- Est-ce que par hasard tu aurais découvert que ça ne te correspondait pas ou plus ?

- Il m'a soutenu...il a été le seul d'ailleurs mais venant de sa part, ça semblait tellement logique. Jeffrey n'a jamais pris le moindre risque, il n'a jamais opéré le moindre changement, toute sa vie est réglé comme du papier à musique, y compris notre relation et je ne sais pas ce qui c'est passé...

Elle releva les yeux vers son amie et une larme coula sur sa joue.

- Je ne sais pas ce qu'il ce passe.

- Moi je crois que si. Est-ce que...est-ce que tu crois honnêtement que tu aurais été si proche de lui si ta relation avec Jeffrey avait été solide ? Tu as dormi avec lui, tu l'as embrassé, il t'a acheté un cheval, tu le comprends mieux que personne...pourquoi ?

Rachel secoua la tête et se mordit la lèvre.

- Ma sœur dirait que c'est juste un caprice...de toute façon...ca ne donnera rien, il ne veut pas d'une relation de couple, il...ca ne sera qu'une aventure, un instant éphémère...c'est lui et le ranch non ?

Une autre larme coula sur sa joue, faisant sourire la tante de Ryan.

- Eliott a raison...vous êtes aussi aveugle l'un que l'autre.

Elle lui tendit la main.

- Allez viens on va manger."



Quand Rachel était arrivée devant la maison d'Hannah, elle n'avait pu retenir un sourire. C'était un petit pavillon typiquement américain, en bois rouge, avec un peu de verdure et des fleurs. La maison était simple et très jolie. Charlie se tenait dans la cuisine et faisait des mots fléchés, Sean faisait ses devoirs et Hélia cuisinait le déjeuner. Le frère et la sœur étaient totalement différents. Le cadet était jovial et charmeur, l'aîné très introvertie, elle ne parlait presque pas et rougissait souvent.


"- Mon grand-père adorait aller à la pêche.

- Vous étiez proche ?

- On avait une passion commune pour la médecine, on parlait beaucoup tout les deux.

- Tu es moins proche du reste de ta famille ?

Rachel se crispa et Charlie fit les gros yeux à sa femme.

- Disons qu'on n'a pas les mêmes priorités.

Elle joua un peu avec un morceau de carotte avant de relever la tête vers Sean et sa sœur.

- Et vous deux, vous vous destinez à quoi ?

- Une fac de sport.

- Tu veux intégrer une équipe pro ?

- Non...Missoula a un centre d'éducation pour des jeunes en difficultés et handicapés légers, dans lequel j'aimerais travailler.

- Pourquoi tu ne fais pas une école de kiné sportive ?

- Parce qu'il faut passer par une première année en fac de médecine et que...

Il grimaça en baissant la tête.

- Je ne suis pas sûr de bénéficier d'une bourse.

La jeune femme avala sa bouchée et regarda discrètement Hannah et son mari en comprenant qu'ils n'avaient pas forcément les moyens d'envoyer leur fils dans une fac de médecine, qui serait plus cher qu'un cursus sportif simple.

- Ben une fac de sport c'est bien, tu verras différentes choses comme ça...et toi Hélia ?

- Fac de lettres.

Son frère rigola.

- A la tête ça se voit qu'elle va être prof.

La jeune fille plongea le nez dans son assiette et Rachel esquissa un sourire en secouant la tête.

- Ne commences pas Sean...Rachel tu veux encore un peu de ragoût.

- Non c'est gentil mais je vais exploser, c'est super bon.

La fille aînée d'Hannah commença à débarrasser et Rachel se leva pour l'aider. Charlie rassembla les verres et donna un coup sur l'épaule de son fils.

- Bouges-toi un peu.

Le jeune homme souffla avant de rejoindre les filles dans la cuisine.

- Alors comment se passe la vie au ranch ?

La mère de famille lui fit les gros yeux sans que Rachel ne la voit.

- Plutôt bien.

Sean éclata de rire.

- Tu m'étonnes !

Le jeune médecin fronça les sourcils et Hélia se pinça les lèvres pour ne pas sourire. Elles firent la vaisselle tranquillement alors que le reste de la famille était sortis pour profiter des quelques rayons du soleil.

- Faut excusez mon frère, il n'est pas très subtil.

- T'inquiète pas, j'en ai un comme ça aussi.

- Vous êtes proches ?

- Pas autant que je le voudrais...toi et Sean vous vous chamaillez beaucoup ?

- Oui mais on s'adore. Quel âge à ton frère ?

- 21 ans.

- Et il fait quoi dans la vie ?

- Il est termine ses études dans la finance mais je sais que...dans le fond ça ne lui plaît pas.

- Il voudrait faire quoi ?

- Il adore la mécanique...quand on était petit, il passait des journées entières avec Pablo, notre voiturier. Ensembles ils parlaient de voitures, de motos...ils bricolaient...il y a deux ans, Oliver a récupéré une vieille Camaro qu'il a retapé...elle est comme neuve et je sais qu'il la bichonne comme si c'était son bébé, même s'il jure à qui veut l'entendre qu'il ne vit que pour sa Lamborghini.

- Pourquoi il ne change pas d'orientation ?

Rachel pouffa de rire.

- Pour trois raisons ma belle : numéro 1 c'est le seul héritier masculin de la famille Davies, numéro 2 il est inscrit à Yale depuis sa naissance, numéro 3 un vilain petit canard dans la fratrie ça suffit. Si jamais Oliver venait à dire à mes parents qu'il veut changer de branche pour faire de la mécanique auto, mon père irait se pendre et ma mère ferait une double attaque cérébrale.

Hélia grimaça.

- C'est dommage, c'est important de suivre ses propres choix.

- Ouais mais parfois la route est semée d'embûches, c'est pas facile de les contourner quand tu as toujours vécu d'une certaine façon.

- T'as réussi toi.

- A quel prix ? Je ne regrette pas de l'avoir fait mais c'est douloureux quand même.

- En tout cas, tu peux être fière...moi je trouve ça chouette.

- Merci.

Rachel rangea les assiettes et regarda attentivement la jeune fille.

- Tu viens à la fête du printemps ce soir ?

La jeune fille grimaça.

- Mes parents m'obligent à y aller tout les ans...je déteste ça.

- Pourquoi c'est pas bien ?

- Si c'est très sympa, c'est comme une grande fête foraine mais j'aime pas sortir...j'aime pas la foule...je ne sais pas m'habiller et...je ne suis pas à l'aise pour parler.

- T'as un copain ?

- Non.

- T'as en a déjà eu un ?

- Non.

Elle baissa la tête en rougissant et Rachel esquissa un sourire.

- C'est pas une tare tu sais...parfois il faut juste rencontrer la bonne personne.

- Toi tu l'as rencontré ?

Rachel hésita puis un violent frisson la parcourus, parce que ce n'était pas le visage de Jeffrey qui était apparu à ses yeux.

- Je...j'en sais rien, parfois tu rencontres quelqu'un de bien, tu penses que tu vas vivre quelque chose d'exceptionnelle, quelque chose que tu vas pouvoir graver dans ta vie avec beaucoup de force et qui laissera des traces indélébiles, que vous ferez des projets à longs termes ensembles et puis finalement tu te rends te compte que c'est juste une étape et que...tu peux passer à autre chose sans éprouver de remords, parce que tout d'un coup il y a une autre route qui se profile, quelqu'un d'autre, qui bouleverse tout, qui a plus d'impact et qui te transporte bien davantage et un beau matin tu te réveilles et tu t'aperçois que tu peux tout remettre en question. Une histoire d'amour qui se termine n'est jamais vraiment un échec, c'est juste...un apprentissage, ça te permet d'apprendre à te connaître toi-même, à t'aimer et à savoir ce que tu attends réellement.

- Ca veut dire que c'est vraiment fini entre Jeffrey et toi ?

Rachel soupira.

- J'en sais rien, je ne sais pas où on en est, il refuse de me parler parce que pour l'instant il n'a pas le temps. Son entreprise, ses investisseurs et son conseil d'administration grelottent d'angoisse à chaque fois que mon nom est prononcé. Pour le moment, je ne suis pas sa priorité et bizarrement je crois que...ca m'est égal. »



"- Oh maman j'ai franchement pas envie d'y aller.

- Tu me dis ça tous les ans et pourtant tu t'amuses.

- Non maman, y a que toi qui penses que je m'amuse...je peux rester ici s'il te plaît ?

- Non ça te fait du bien de sortir un peu.

Hélia grogna fortement avant de se jeter sur le fauteuil en faisant la tête. Rachel esquissa un sourire avant de se mordre la lèvre.

- Je peux peut-être essayer de la convaincre.

Elle se tourna vers Hannah.

- On vous rejoint sur place ? 20h c'est ça ?

- Qu'est-ce que tu vas faire ?

- Une séance entre fille.

Elle tendit la main à la jeune fille.

- Tu me fais confiance ?

- Je déteste ça.

- C'est parce que t'en fais jamais, t'as pas d'amis.

- SEAN !!

Il se tourna vers son père.

- Ben quoi c'est vrai.

Rachel secoua la tête et attrapa la main d'Hélia pour la hisser hors du fauteuil.

- Elle vient Cendrillon, ce soir je serais ta marraine la bonne fée.

- Ouais ben faudrait qu'elle se déride un peu si elle veut trouver un prince à embrasser...Aieuh..."

Charlie venait de donner une claque à l'arrière de la tête de son fils et Hannah rigola.



"- C'est un instrument de torture.

- C'est une pince à épiler.

- Pas question.

- Ecoute la cire fait des miracles mais elle ne va pas partout.

- Pas question.

- Tu veux que je t'aide oui ou non ?

- C'est obligatoire ?

- Non pas du tout...mais de temps en temps ça permet de faire ressortir une certaine féminité cachée.

- C'est un code social.

- Pas tous le temps non...je ne te demande pas de ressembler aux mannequins des magazines, de tout façon elles sont toutes retouchées par ordinateur.

- Alors pourquoi tu me tends ce machin ?

- Laisser ses poils repousser et ne pas s'en occuper régulièrement c'est une chose mais en ce qui te concerne c'est juste une excuse pour ne pas te mettre en avant...et je trouve ça dommage, tu peux rester toi-même tout en faisant un petit effort d'apparence.

- Un tout petit hein ?

- Fais-moi confiance...je suis loin d'être une icône de la mode et de la beauté.

- Tu parles...combien t'as payé ton pull là ?"

Rachel lui tira la langue et elles rigolèrent.



"- C'était bien, il était gentil, attentionné. Ca c'est fait sans prise de tête.

- T'en avais envie ?

- Oui, on était ensembles depuis deux ans, ça fonctionnait bien.

- T'as stressé ?

- Oui un peu mais Blake était vraiment sympa, il ne m'a absolument pas brusqué, il a été patient et tendre.

- T'as eu mal ?

- Oui comme tout le monde.

Rachel esquissa un sourire en regardant la moue de Hélia.

- Une fille vierge qui te dit qu'elle n'a pas eu mal lors de son premier rapport est une menteuse. Alors, c'est vrai que, certaines auront plus mal que d'autre, plus longtemps ou moins longtemps, on est toute différente. En ce qui me concerne Blake a assuré.

- Comment ça ?

- Si tu es suffisamment stimulé, la douleur passe plus rapidement. En fait ça dépend du mec, il faut qu'il fasse les choses bien, seulement c'est vrai que la plupart des hommes ignorent totalement comme stimuler une femme, ils ne pensent pas que c'est plus difficile pour nous que pour eux.

- Comment ça se fait ?

- C'est mécanique, ils ont plus de réflexes. Les femmes ont besoin de temps et d'attention, ou alors d'une bonne excitation. T'en a jamais parlé avec tes copines ?

- Tu as entendu Sean tout à l'heure, j'ai pas d'amis.

- Pas du tout ?

- Non...je m'entends bien avec Chloé mais juste comme ça de temps en temps.

- La sœur de Quinn ?

- Oui, elle a 22 ans, elle sort avec Eliott depuis quatre ans.

- Ils ont six ans d'écart c'est ça ?

- Oui mais ils sont très proches et très amoureux...en fait Eliott est amoureux d'elle depuis longtemps mais il n'osait rien faire tant qu'elle n'avait pas atteint sa majorité, pourtant Chloé a essayé plus d'une fois de l'attirer dans ses filets.

- Et Quinn il en pense quoi ?

- C'est son grand-frère protecteur mais Eliott est l'un de ses meilleurs amis alors, ça se passe bien. Il avait peur pour elle mais c'est surtout parce qu'ils ne sont que tout les deux.

- Et leurs parents ?

- Ils ont mis Quinn à la porte quand il a eu seize ans, le jour où ils ont appris qu'il était homosexuel. C'est mon oncle et ma tante qui l'ont pris chez eux, Chloé l'a rejoint à ses dix huit ans. Elle trouvait ce qu'ils avaient fait complètement injuste mais ils n'ont jamais rien voulu savoir alors elle a laissé tomber, ils ne se sont plus jamais parlé.

- C'est moche.

Hélia hocha la tête en regardant son vernis.

- Tu crois que c'est bon ?"



"- Ok essaye celle-là ?

La robe était bleue et légèrement bouffante sur le bas.

- Oh non elle est trop courte.

- Hélia t'as des jambes magnifiques montres-les.

- Ca fait pétasse.

- Ah ben je te remercie !

Elle écarquilla les yeux.

- Non c'est pas ce que je voulais dire.

- Te fatigues pas j'ai compris...et celle là ?

Avec un joli décolleté en forme de cœur et de couleur verte, la robe pouvait rehausser le teint de la jeune femme.

- Pas de bustier pitié...t'aurais pas quelque chose de long et couvrant.

- Non...celle-là ?

La cousine de Ryan grimaça face à une tenue droite et rose.

- Mais t'es difficile m'a parole...celle-là ?

- Je suis obligée de montrer mes jambes ?

- Essayes-là au moins...allez je ne te laisse pas le choix.

La jeune fille s'empara de la robe et l'enfila rapidement. Rachel écarquilla les yeux.

- Elle te va super bien...

Elle se baissa et attrapa une paire de chaussures.

- Sans talon ça devrait te plaire.

Hélia esquissa un sourire, les manches étaient longue, la robe était fluide à motifs floraux en bas et des rayures sur le haut, pas trop sophistiquée, élégante ? Oui peut-être, en tout cas assez à l'aise pour se laisser convaincre.

- Merci."



La nuit était plutôt douce en comparaison du reste de la journée. La ville était illuminée par des guirlandes de toutes les couleurs, il y avait des stands un peu partout et des centaines de personnes qui se promenaient dans les rues. Rachel se gara sur le parking près de l'église et aperçut Hannah, Charlie et Sean qui se tenait près d'une immense piste de danse accompagnés d'Eliott, Scott, Quinn, Sally et Chloé.


La vétérinaire qui entrevit Rachel, se redressa et héla le reste du groupe.

"- Où est Hélia ?

- Elle refuse de sortir de la voiture.

La jeune femme ouvrit la portière de la voiture avant de claquer des doigts.

- Allez descends...TOUT DE SUITE.

- Je te déteste.

La jeune fille de dix huit ans hésita avant de sortir doucement du véhicule en baissant la tête. En la voyant, sa mère écarquilla les yeux, les autres restèrent bouches bées ou juste souriant par cette élégance simple mais significative. Le petit frère d'Hélia rigola doucement avant de lancer une de ses répliques bien trouvées.

- Pas mal la transformation de la citrouille !

Charlie grogna.

- SEAN !

Puis il tourna la tête vers sa fille.

- Tu es très belle chérie.

- Merci papa.

Rachel soupira doucement, elle lui avait fait une tresse sur le côté et l'avait très légèrement maquillée pour faire ressortir la couleur sombre de ses yeux.

- Et si on allait faire un tour au stand des gourmandises ?"



"- Un dernier tour mademoiselle ?

- Non c'est bon, je vais finir par avoir mal au cœur.

Elle rigola et descendit de la grande roue en se tenant au bras de Sean. Ils rejoignirent le groupe qui se tenait devant un stand de tir à la carabine. Rachel se posta près de Sally.

- Il a gagné le gros lot."

Elles rigolèrent face à l'énorme peluche en forme d'ours que la future maman tenait dans ses bras. La compagne de Scott était assez petite, douce, avenante, elle souriait tous le temps, ses cheveux étaient courts de couleur auburn et quelques tâches de rousseurs parsemaient son visage rond et laiteux dû à sa grossesse, elle était mariée au rancher depuis cinq ans et l'arrivée de leur premier enfant était imminente. Un peu plus loin il y avait Chloé qui travaillait pour le journal local et à la bibliothèque de Whitefish, elle était plus communicative que les autres et débordait d'énergie. De taille moyenne, des cheveux d'un blond doré, sa personnalité était pétillante et enjouée. Rachel remarqua avec quelle admiration Eliott regardait sa compagne, il y avait un tel amour et une telle fierté d'être à ses côtés. Et puis un quart d'heure après son arrivé, Colin le compagnon de Quinn était venu les rejoindre. Ils étaient très soudés, sans démonstration expansive, on voyait qu'ils étaient amoureux et en totale confiance sur leur couple, sans faire attention au reste du monde parfois.


Rachel se sentait bien au milieu de tout ces gens, elle n'avait pas besoin de réfléchir à sa façon d'être, personne ne lui demandait des comptes sur son statut ou ne lui posait de questions sur sa famille, sa fortune, Jeffrey etc...Elle les regarda attentivement et ne put retenir un sourire de bien être. Elle passait une très bonne soirée, elle riait, elle jouait, elle parlait de tout et de rien...elle était bien. La journée qui s'était déroulée avait été riche en allégresse, Hélia était certes plus jeune qu'elle mais elle était très mûre et elles s'étaient finalement livrées en confidences l'une à l'autre.


Le seul bémol était qu'elle n'avait pas reçu la moindre nouvelle de Ryan. Il aurait du rentrer ce matin mais en milieu de matinée, Eliott lui avait brièvement dit qu'il ne pourrait pas revenir avant ce soir car il y avait d'autres problèmes sur une des granges de Ted. Rachel avait fait mine de ne rien ressentir face à cette absence mais au fond d'elle-même, elle était triste. Elle ne pouvait pas lui reprocher quoi que ce soit, il était évident que ce qu'il y avait de plus important dans sa vie c'était le ranch, ses relations professionnelles et amicales avec les fermiers des environs et il comptait beaucoup là dessus parce que ça faisait perdurer la renommer du domaine bâti par ses arrières grand-parents.


"- Alors...deux sans moutarde ?

- Là.

- Moi aussi.

Rachel tendit les sandwichs à Sally et Colin.

- Et j'ai un sans oignon.

- Pour moi.

Sean attrapa le hot dog en salivant et alors que la jeune femme s'apprêtait à repartir vers le stand d'alimentation, Eliott interpella le groupe.

- Ah v'là le patron !

Tout le monde releva la tête pour apercevoir Ryan qui claquait la porte de son 4x4 et remontait la petite place vers leur direction. Rachel sentit son cœur palpiter en le voyant. Il portait un jean foncé et une chemise blanche, très simplement mais ça le rendait terriblement attirant, elle serra les dents discrètement en ressentant cette vague de chaleur l'envahir.

- C'est bon il t'a relâché ?

- Le toit s'est complètement effondré, on a du dégagé le terrain.

Il haussa les sourcils et Rachel constata les traits de fatigue qui ternissaient son visage.

- Ca été ?

Scott hocha la tête.

- Oui, on a transféré les trois vaches et le taureau à Evergreen en début d'après-midi et visiblement la génisse numéro 2 est pleine.

Le propriétaire se tourna vers sa tante.

- Je ferais une vérification lundi mais apparemment Berckley a bien bossé.

- Et on en est où avec Dante ?

- J'ai potassé son dossier médical mais y a un truc qui me chipote sur son calendrier vaccinal.

- Quoi ?

- Il manque certaines données, je passerais un coup de fil en début de semaine pour vérifier.

Il se massa la nuque en soupirant et Hannah lui caressa le bras.

- Tu devrais profiter de ta soirée et mettre de côté tout tes soucis d'accord ?

Il releva la tête en fronçant les sourcils.

- Et Anton ?

- On lui a fait le topo pour sa garde de ce soir, il va assurer.

- Il a plutôt intérêt.

- Ne t'inquiète pas, on lui a dit de nous appeler s'il y avait quoi que ce soit.

- Les deux sandwichs au thon c'est pour qui ?

Ryan tourna la tête vers Hélia et arqua un sourcil.

- C'est pour nous.

Eliott récupéra les deux sachets et en tendit un à Chloé.

- Euh Hélia ?

- Quoi ?

- Tu t'es relookée ?

- J'ai eu une bonne conseillère."

A ce moment là Ryan croisa le regard de Rachel et il serra les dents. Il l'avait vu avant même d'avoir garer sa voiture, son souffle s'était coupé et son cœur s'était accéléré. Il avait pensé à elle toute la journée et faire abstraction de ce qu'il ressentait à cet instant était très difficile mais il fallait qu'il garde un semblant de contrôle devant ses amis et sa famille.


Il la regarda brièvement avant de reporter son attention sur sa cousine.

"- En tout cas ça te va très bien.

- Merci.

Rachel se racla la gorge et contourna le groupe.

- Je vais aller chercher le reste des sandwich...

Elle regarda Ryan.

- Tu veux manger quelque chose ?

- Ouais, ce que tu veux ça m'ira.

Il reprit sa conversation sur Ted et l'incendie qui avait détruit sa grange, avec ses amis puis Rachel lui ramena son casse-croûte.

- Y a aussi un croque-monsieur et une salade ceasar.

- Pour moi.

- Et moi.

- C'est bon tout le monde est servit?

Elle s'éloigna pour aller récupérer son propre en-cas mais en arrivant près de l'étal une voix l'interpella.

- Tu n'as pas suivi mon conseil à ce que je vois."

Rachel se tourna pour voir qu'Amanda se tenait devant elle, les mains sur les hanches.


Elle portait une combi-short en jean trop moulante et trop décolletée, elle était maquillée avec excès, ses cheveux étaient ramenés vers l'arrière, elle avait de grosses boucles d'oreilles qui pendaient, des bracelets aux deux poignets, des bagues. Elle était assez petite d'ordinaire mais là, elle portait des escarpins vertigineux sur lesquels elle tanguait dangereusement. Rachel serra les dents avant de soupirer.

"- Quel conseil ?

- De ne pas t'accrocher.

- Je travaille pour lui.

- Oh arrête un peu...ca se voit comme le nez au milieu de la figure que tu craques pour lui, ne me prends pas pour une idiote, je suis passée par là.

Rachel se détourna. Elle ne voulait pas de cette conversation mais la jeune femme insista.

- Tu sais je me suis longtemps demandée où je t'avais vu, je savais bien que ton visage me disait quelque chose.

Elle serra les dents et se retourna pour la regarder dans les yeux. Amanda esquissa un mauvais sourire, avant de sortir un petit coin de feuille de son sac à main. Elle la tendit devant elle et le cœur de Rachel s'emballa.

- Rachel Davies, fille de William Davies le célèbre chirurgien esthétique.

Elle secoua la feuille. C'était une photo de Rachel prise pour un magazine il y a deux ans de cela. Une photo de charme où elle posait entièrement nue sous le voile d'un drap blanc, les bras au dessus de la tête et les poignets tenus par une paire de menottes.

- T'imagines le nombre de mecs qui ont du se branler sur cette page !

Rachel baissa la tête en soupirant.

- Tu crois encore qu'il est tombé amoureux de toi ? Mais tu rêves ma pauvre fille...t'es comme toutes les autres, une distraction. Il couche avec toi uniquement pour s'assurer que la marchandise vaut l'emballage.

Elle leva un peu plus la photo.

- C'est ça sa motivation ! Je savais bien que la riche rentière n'était pas une sainte mais une vraie salope...à ton avis, combien peut valoir le scoop sur ton infidélité ?

Elle esquissa un sourire plus grand.

- Les magazines pourraient me payer très cher pour que je leur raconte comment tu viens de tromper ton richissime fiancé avec un vulgaire cow-boy du Montana."

Rachel secoua la tête, reposa le sandwich qu'elle tenait en main et s'éloigna à grand pas du sourire de la jeune femme.


Du coin de l'oeil, elle entrevit Ryan rire avec ses amis et son cœur se serra davantage. Que cherchait-il vraiment à ses côtés ? Et elle, était-elle à se point stupide, pour ruiner la perspective de faire un beau mariage, de s'assurer un avenir avec Jeffrey en ayant une aventure sans lendemain avec quelqu'un qu'elle venait à peine de rencontrer ? Elle se sentait totalement perdue. Errant furtivement dans les rues de la villes, elle laissa ses pensées dériver entre Miami et Whitefish, ne pouvant pas nier qu'elle se sentait heureuse en ce moment mais était-ce seulement provisoire à l'image de leur désir ?


Elle arriva devant un stand de jeux de fléchettes où il fallait éclater des ballons pour remporter un lot. Une petite fille tentait tant bien que mal de percer la sphère en plastique alors qu'à ses côtés se tenait une femme qui visiblement devait être sa mère mais celle-ci était visiblement trop occupé à pianoter sur son téléphone. Un sentiment de déjà vu s'empara d'elle, une scène surgit de son passé où elle était cette petite fille face à sa mère qui l'ignorait totalement. Discrètement, Rachel se plaça près de l'enfant et lui intima l'ordre de ne pas faire de bruit. Elle se baissa avant de lui prendre doucement le poignet pour lancer la fléchette qui atterri tout droit dans le ballon. Le jeune médecin recommença son manège deux fois de suite puis le forain donna une petite peluche en forme de pingouin à l'enfant dont le visage s'illumina. Elle murmura un merci et Rachel lui caressa la tête avant de s'éloigner. La mère de la petite fille n'avait strictement rien remarqué.


Dissimulé près du stand de barbe à papa, Ryan esquissa un sourire en la regardant s'éloigner.


Elle passa près de la grande roue et leva le visage vers le ciel, regardant les nacelles illuminées dans la nuit, sa mélancolie lui serrait le cœur et elle sursauta lorsqu'elle sentit une main se poser sur sa taille. Le souffle de Ryan lui chatouilla le cou alors qu'il murmurait.

"- Tu veux faire un tour ?

Elle se dégagea de sa prise et avala péniblement sa salive.

- Non merci.

- T'as le vertige ?

- Non mais ça ne me dit rien.

Elle le contourna et partit en direction de la place principale. Ne comprenant pas son attitude il tenta de la rattraper.

- Ca va pas ?

- Si mais la grande roue ne me dit rien...c'est tout.

Elle évita son regard et se rapprocha rapidement du groupe pour éviter ses questions. Rachel se concentra sur Hélia qui discutait tranquillement avec Chloé, la jeune fille semblait finalement très à l'aise avec son nouveau look un peu plus féminin. Malheureusement son esprit dévia aussitôt vers Ryan car elle savait qu'il l'observait, elle savait qu'il n'avait pas gobé une seule seconde son refus de faire un tour de manège avec lui. Elle sentit son cœur marteler sa poitrine, un point lancinant qu'elle ne comprenant pas, une curieuse envie de disparaître la saisit à la gorge, de rentrer au ranch et se cacher au fond de son lit. Mais quelqu'un se rapprocha.

- C'est une grand première ça !

Amanda arriva vers le groupe en roulant des hanches. Rachel se figea et soupira discrètement, alors que l'assemblée regardait furtivement Ryan et le jeune médecin car personne n'était dupe des sentiments qui existaient entre eux.

- Ryan Walker à la fête du printemps de Whitefish...Otes-moi d'un doute c'est la première fois que tu viens.

- Faut un début à tout.

Elle se rapprocha de lui.

- Je vais peut-être en profiter dans ce cas.

- Te fatigues s'il te plaît.

- Pourquoi ? C'était sympa la dernière fois et...

- Un million deux cent mille dollars.

Le groupe regarda Rachel qui lança un regard très dur à Amanda.

- J'ai été payée 1 200 000 dollars pour la photo que tu as dans ta poche et elle a été prise par Karl Lagerfeld.

Hélia écarquilla les yeux.

- Elle a fait la page centrale de Maxim, le magazine masculin le plus vendu à travers le monde et rien qu'aux Etats-Unis il y a eu environ 3 millions d'exemplaires d'écoulés. Alors...oui ca doit faire quelque chose comme 3 millions de mecs qui ont du se masturber sur cette image.

Sean s'apprêta à lancer une réplique mais le regard de son père l'en dissuada.

- Mais je l'ai fait pour 1 200 000 dollars qui ont été intégralement reversé à la recherche pour le cancer des enfants. Grâce à cet argent les chercheurs ont mis au point une nouvelle chimiothérapie pour permettre une meilleure prise de la greffe de moelle osseuse lors des leucémies lymphoïdes myéloblastiques.

Elle lui montra son téléphone et une autre photo.

- Celle-là a été faite pour le magazine Cosmopolitan, 500 000 dollars pour AIDS la recherche pour le sida.

Elle pianota sur les touches.

- Celle-là pour Vogue, deux millions de dollars pour les prématurés du centre hospitalier des enfants de Miami.

Elle se leva en la regardant méchamment avant de lui tendre un morceau de papier.

- Le numéro personnel d'Anna Wintour rédactrice en chef de Vogue.

Elle s'approcha d'elle.

- Appelles-là de ma part, vends lui ton scoop, fais-moi ce plaisir, parce qu'il y a belle lurette que la morale je l'emmerde.

Elle s'éloigna très rapidement, les yeux aux bords des larmes. Amanda avala difficilement sa salive et regarda le papier qu'elle tenait du bout des doigts. Ryan s'approcha d'elle alors qu'elle lui tendait la photo de Rachel mais il secoua la tête en murmurant :

- Fiches le camp.

Le rancher ferma les yeux et soudain il sentit que quelqu'un lui tapotait l'épaule. Il tourna la tête et vit Charlie lui désigner le fond de la place où Rachel s'apprêtait à rejoindre sa voiture.

- Tu vas la laisser partir?"

Il ignorait totalement où cette histoire pouvait les mener mais il savait aussi au fond de lui même que s'il ne le tentait pas, il le regretterait alors ses jambes le portèrent jusqu'au parking en quelques secondes seulement, car il ne pouvait pas la laisser s'échapper.


Arrivé près du parking, il saisit son bras et la retourna vers lui mais elle se dégagea.

"- Je n'ai pas envie d'en parler.

- Rachel s'il te plaît.

- Ecoute, je suis désolée d'accord...je sais très bien que devant tout le monde il faut garder un minimum de distance et de professionnalisme pour préserver les apparence mais elle...

Rachel soupira, pesant ses mots.

- Je sais que j'ai eu une réaction démesurée et totalement stupide mais j'ai laissé ces photos et tous ce qu'elles représentent à Miami...ca ne comptait pas de toute façon, ça n'a jamais eu la moindre importance pour personne...alors maintenant qu'elle se permette des commentaires pourris parce qu'elle joue les pétasse jalouse et frustrée, là je ne suis pas d'accord. Tout ce qu'elle cherche c'est attirer ton attention pour se retrouver dans ton lit alors file lui un orgasme et qu'elle me fiche la paix.

Elle se tourna et ouvrit sa portière mais Ryan la repoussa avec force, son corps sursauta et en levant la tête elle rencontra son regard.

- Si tu ne veux pas assumer ce qu'il se passe alors...

- Mais il se passe quoi exactement Ryan?? Je sais que je ne suis pas l'exclusivité de ta vie ce qui signifie que tu as le droit de faire ce que tu veux avec elle, tu n'as aucun compte à me rendre puisqu'il n'y a rien entre nous.

Le souffle du jeune homme s'accéléra et la gorge de Rachel se contracta pour essayer de retenir un sanglot.

- T'as changé d'avis?

- Arrête s'il te plaît...tout ça c'est n'importe quoi, on se tourne autour comme des adolescents de 15 ans, on se donne en spectacle devant tout le monde comme des lycéens, pourquoi au final ? Une attirance furtive, une fois satisfaite il se passera quoi ?

- T'as peur des conséquences ?

Une larme coula sur sa joue et le jeune homme fronça les sourcils.

- Mais c'est ça le problème...je m'en fiche...je devrais...avoir peur, avoir honte d'éprouver tout ça, cette envie...d'être avec toi, dans tes bras et...ce...désir aussi violent et qu'incontrôlable...je ne devrais pas ressentir autant de chose pour toi, je ne devrais pas être aussi proche de toi, te laisser m'approcher ou poser tes mains sur moi mais...c'est magnétique. Le problème, c'est que je ne ressens pas le moindre remords, la moindre culpabilité, je ne pense pas à Jeffrey...alors oui...peut-être que ça fait de moi une garce mais c'est là et c'est comme ça, j'arrive pas à l'expliquer et peut-être que j'en ai pas envie parce que pour la première fois depuis bien longtemps, je me sens bien, je suis heureuse.

Elle esquissa un sourire à travers ses larmes.

- Mais je ne veux pas qu'il se passe quoi que ce soit si c'est pour que les gens autour de nous nous pourrissent la vie et nous obligent à nous déchirer.

Devant son silence, elle sentit son cœur se tordre, tout ça n'était peut-être qu'un leurre, une belle illusion aussi fragile qu'une étincelle.

- Elles comptent plus que tu ne veux bien le croire. Ces photos...elles comptent pour tous ces enfants que tu as aidé.

Rachel secoua discrètement la tête et il insista.

- C'est ton combat pour ce que tu crois être juste...toutes ces familles qui ont pu espérer grâce à toi, tu crois que ça ne comptait pas pour elles ?

Sa main caressa délicatement sa joue et Rachel trembla.

- Ca compte pour moi...parce que c'est ce qu'il y a de meilleur en toi...tu te souviens ? Ta bienveillance, ta générosité...c'est ce qui fait à la fois ta force et ta faiblesse et c'est pour toutes ces raisons que je me sens si attiré par toi...tu ne te rends pas compte de ce que tu as attisé ? cet éclat je ne veux pas qu'il s'étouffe.

Il la regarda attentivement.

- Si tu n'éprouves pas de remords c'est peut être parce que Jeffrey n'avait pas autant d'importance que tu voulais bien le croire...non ?

- Qu'est-ce qui se passera quand tu auras eu ce que tu veux de moi Ryan ? Je ne suis pas sûr de pouvoir taire ce que je ressens après m'être réveillé auprès de toi, je...

Il déplaça sa main et posa son doigt sur ses lèvres pour la faire taire.

- N'accorde pas trop de crédit à ce qu'Amanda peut te dire, jusqu'à présent c'était facile pour moi, je refusais catégoriquement de me compliquer la vie mais tu viens de tout bouleverser et je n'ai pas envie de résister parce que...moi aussi je me sens bien. Je ne veux pas que tu crois que la seule chose que j'attends c'est de te mettre dans mon lit, d'assouvir ce désir et de passer à autre chose.

- Tu veux quoi alors ?

Son cœur martelait son thorax sans savoir comment l'interpréter.

- Je ne sais pas Rachel...je serais incapable de te dire ce que ça signifie ni où est-ce que ça peut nous mener et pour l'instant je ne veux pas qu'on se pose la question...je veux juste qu'on profite de ce qui nous anime aujourd'hui parce que ça nous fait du bien...

Il baissa le bras en esquissant un léger sourire avant de lui tendre la main.

- Alors danse avec moi."

Elle répondit à son sourire et glissa sa main dans la sienne, l'entraînant au beau milieu de la piste de danses. Ses doigts serrèrent les siens, leur face à face était brûlant et pourtant ils se touchaient à peine, il y avait un rythme effréné qui agitait leur cœur à l'image de ce regard qui les liait, fort, puissant, intense et tellement significatif. Alors que la musique entourait leur rapprochement, Rachel leva le bras et posa sa main sur son épaule, fermant les yeux afin de se concentrer sur son odeur à la fois fraîche et sauvage, Ryan se rapprocha et la jeune femme perçut sa force s'installer contre son corps, instinctivement elle ferma les yeux. Il glissa son bras autour de sa taille jusqu'au milieu de sa colonne vertébrale, sa joue se posant contre la sienne. Il chuchota à son oreille.

"- Moi je te trouve magnifique sur ces photos. Elles sont belles parce que tu les a faites en étant totalement désintéressée.

Il glissa son nez sur sa joue.

- Tu es belle.

- On ne devrait peut-être pas faire ça ici.

- Quoi ? Danser ?

- Je croyais qu'il fallait sauver les apparences ?

- Je croyais que tu emmerdais la morale ?

- Oui mais...

- Chut...

Il recula légèrement et l'observa quelques instants. Ses cheveux étaient ramenés en une demi-queue de cheval à l'arrière de sa tête et quelques mèches pendaient à l'avant de son visage qui était légèrement maquillé dans les tons dorés pour mettre en valeur ses yeux. Une touche de parfum floral flottait sur sa peau en regard de la robe à bretelle qu'elle portait. Ryan esquissa un léger sourire parce que malgré les escarpins noirs qui la grandissait, elle restait quand même plus petite que lui.

- Vous êtes vraiment très élégante mademoiselle Davies.

- Vous n'êtes pas mal non pour un cow-boy.

Ils rigolèrent un instant et Ryan caressa sa taille, remontant doucement sur ses côtes.

- Tu veux assister au feu d'artifice ?

- Oui pourquoi pas. T'avais une autre idée ?

- On pourrait rentrer à la maison.

Elle se mordit discrètement la lèvre en ressentant une nouvelle fois cette vague de chaleur. Devant son silence il se recula légèrement et la regarda.

- Mmm...

- Oui ?

- Oui.

Il leva la main soudain plus sérieux et ses doigts effleurèrent la peau de son bras, de son épaule dénudée à sa main qu'il attrapa dans la sienne. Il colla son front au sien et elle caressa son nez avec le sien. Au loin le groupe souriait. Sally serra la main de Scott.

- Ils sont mignons tous les deux.

- Ils étaient temps qu'ils se décident.

Ryan s'amusa à croiser et décroiser leurs doigts mêlés et soudain il les lâcha, entourant son visage, il la hissa vers lui. Ses lèvres se posèrent sur les siennes et il l'embrassa intensément, lui coupant le souffle et lui faisant perdre pied. Leur soupirs s'entremêlèrent, se rapprochant l'un de l'autre, attisant un désir de plus en plus redoutable.

- Waouh...

Chloé souffla doucement.

- Il fait chaud tout d'un coup.

Hannah rigola et au même moment le portable d'Eliott se fit entendre.

- Allô ?...

Il fronça les sourcils.

- Comment ça il l'a blessé ?

Il écarquilla les yeux en se redressant et le groupe le regarda attentivement.

- T'AS FAIT QUOI ?? MAIS T'ES COMPLEMENT TIMBRE OU QUOI IL EST EN PLEINE PERIODE DE REPRODUCTION ET C'EST UNE JUMENT EN CHALEUR !!

- Oh oh...

- C'est pas vrai tu déconnes ? Mais ma parole t'as rien dans le crâne...non il n'en est pas question t'as assez fait de dégâts, tu poses ton cul sur un banc et tu bouges pas avant qu'on arrive.

Il raccrocha et ferma les yeux avant de se frotter la nuque puis il releva les yeux vers Scott, Quinn et Hannah.

- Berckley ?

- Il est sortit du box, a blessé Honey et là il est sur le versant nord en train d'essayer défoncer la clôture.

- Ryan va disjoncter.

- Ryan va le tuer et je parle pas du taureau.

- Vous pouvez pas vous en occuper ?

Scott secoua la tête pour répondre à sa compagne.

- Ryan est le seul à savoir le maîtriser.

- Qui c'est qui se charge de lui annoncer ?

- Oh non...c'était leur soirée...il ne s'arrête jamais...

- Si on essaye de lui cacher ça va être pire et à nous trois...on arrivera jamais à le rentrer, on va l'énerver encore plus c'est pas la peine.

Quinn souffla.

- Et merde...On tire à la courte paille ?

- On n'a pas le temps...Berckley est fou furieux, faut se bouger."

Eliott se dirigea vers son patron en grimaçant alors que Scott sortit ses clés de voiture en suivant Quinn et la vétérinaire sur le parking.


En arrivant sur la piste de danse, le compagnon de Chloé cherchait inlassablement comment annoncer à son meilleur ami et à Rachel que leur soirée venait de tomber à l'eau. Pour une fois que Ryan pouvait bénéficier d'une soirée détente, fais chier ! Ils étaient toujours collés l'un à l'autre, parlant à voix basse pour que personne ne les entendent. Eliott se racla la gorge pour attirer leur attention et grimaça quand ils se séparèrent pour le regarder.

"- Désolé...euh...

Rachel se mordit la lèvre en voulant s'éloigner mais Ryan glissa sa main dans la sienne. Eliott esquissa un sourire.

- T'es très belle sur ces photos, faut pas faire attention à Amanda.

- Merci.

Ryan poussa un profond soupir.

- Qu'est-ce qui se passe ?

- Berckley est dehors.

Il serra les dents et Rachel caressa le dos de sa main avec son pouce.

- Pourquoi ?

- Parce que...Anton est un cas désespéré, il a...il a rentré sa jument dans le hangar des taureaux et...

- Et comme elle est en chaleur, il a pété les plombs.

- Ouais, il a défoncé la porte du box, il l'a blessé et là...

- Il est dehors.

- Sur le versant nord, il veut se faire la clôture.

- Évidemment qu'il veut se faire la clôture, il la déteste.

Ryan ferma les yeux et secoua la tête. Eliott jeta un bref regarda à Rachel qui esquissa un petit sourire, puis elle se rapprocha du jeune homme et passa sa main atour de son bras avant de coller ses lèvres près de son oreille.

- Vas-y...on dansera ensembles un autre jour.

- Avant ou après qu'il m'ait tous rendu dingue ?

Elle embrassa sa tempe.

- Ne soit pas trop dur, il leur a dit qu'il s'en sortirait, ils lui ont fait confiance.

- Ouais...

Il rouvrit les yeux et la regarda en fronçant les sourcils.

- T'as qu'à rester, le feu d'artifice est sympa.

- J'ai pas envie d'en profiter sans toi.

- Reste, ça me déculpabilisera.

Eliott se racla la gorge et ils le regardèrent.

- Le reste du groupe restent aussi...alors...

En voyant le regard de son boss, il baissa la tête et se recula légèrement. Rachel esquissa un sourire avant que Ryan ne colle son front au sien.

- Je suis désolé.

- C'est pas grave...maintenant file...et fais attention.

Il hocha la tête et serra les dents puis il se pencha et captura brièvement ses lèvres de manière très intense. Lorsqu'il la relâcha, il se rendit compte que son cœur lui faisait mal car il ne voulait pas la laisser. Il lui adressa un clin d'oeil discret et sortit ses clés de voiture avant de rejoindre le parking. Eliott adressa une moue de compassion à la jeune femme.

- Je te promet de faire les deux prochaines gardes du soir pour que vous puissiez profiter d'une soirée tranquille.

- C'est pas grave Eliott.

- Je suis vraiment désolé Rachel.

- C'est rien...soyez prudent surtout.

Il hocha la tête avant de se mettre à courir. La jeune femme soupira et baissa les épaules comme si soudain un poids la faisait plier. Le poids du manque certainement. Elle sursauta quand elle sentit une main se poser sur sa taille. Hélia pencha la tête et Sally accompagnée de Chloé esquissa un sourire.

- Une glace au chocolat...ca guérit tous les maux.

- Va m'en falloir une double alors."



Au moment où ils arrivèrent au ranch, le ciel se déchira. Un orage aussi impromptu que violent éclata, laissant la pluie, le vent et les éclairs s'emparer des environs, balayant tout sur leur passage. Ryan grimaça et se hâta en direction du haras où avec Scott et Quinn, il sortit trois chevaux pour aller à la rencontre du taureau rebelle. Eliott, se dirigea vers le hangars à bestiaux afin de constater les dégâts sur la porte du box et Hannah s'occupa de la jument blessée.


L'énorme taureau se trouvait sur le versant nord du ranch, une petite colline qui surplombait légèrement le domaine. Il défonçait à coup de tête et d‘épaule, la clôture métallique qui servait de porte de passage entre le domaine et le champ sauvage de l'autre côté. En le voyant, Ryan soupira. Sa période de reproduction le rendait particulièrement agressif ces derniers temps, il était beaucoup moins coopérant avec l'équipe. Le taureau était né et avait été élevé au ranch, lui et le propriétaire se connaissaient bien, ils se taquinaient mutuellement parfois mais en même temps, le rancher des lieux était le seul à savoir amadouer la bête, à pouvoir l'approcher et à le maîtriser quand il faisait sa tête de mule.


Il jeta un coup d'oeil au ciel qui se déchaînait et il secoua la tête en constatant qu'il était trempé. Le sol allait rapidement devenir boueux, c'est pourquoi il siffla en direction de deux de ses collègues qui se tenaient de l'autre côté de la barrière.

"- FAUT PASSER PAR LA PORTE DE DERRIERE.

Scott hocha la tête et longea le parc avec Quinn. Ryan entra par le hangar et arrêta son cheval à mi-parcours. Comme si le vent avait amené l'odeur du jeune homme jusqu'à ses naseaux, Berckley se retourna soudain en baissant son énorme tête. Le jeune homme plissa les yeux et son corps se tendit.

- FAIS PAS CHIER BERCKLEY SI TU CHARGES T'AURAS A FAIRE A MOI !

Le cœur de Scott s'accéléra et il resserra son lasso attendant le signal de son patron, Quinn se plaça de l'autre côté, en parallèle du compagnon de Sally, ainsi placés les hommes formèrent un triangle qui encerclait la bête. Le taureau remua la terre et quand il amorça sa course, les hommes se préparèrent à le maîtriser. Ils firent tourner leur lasso au dessus de leur tête et le lancèrent en direction du taureau. Au premier essai ils réussirent à passer la corde autour de son énorme cou mais il y a avait trop peu distance entre la bête et Ryan et celui-ci eut tout juste le temps de tirer sur les rênes de son cheval pour éviter la collision. Il lança à son tour le lasso et l'entoura également avant de tirer dessus. Le taureau se cambra, rua comme un animal possédé en poussant des grognements rauques.

- C'EST BON POUSSEZ-LE.

Scott sortit du parc avec son cheval en tirant sur le cordage, Quinn se dirigea vers la porte extérieure et Ryan tira de l'autre côté. Technique précaire mais efficace, le taureau rua vers le hangar. En arrivant près de la grande porte, les hommes commencèrent à se détendre mais ce fut sans compter sur Anton qui débarqua à l'improviste.

- Ryan il n'y a plus de courant et...

Il claqua la porte opposé au parc et Scott cria.

- BORDEL DEGAGE DE LA.

Une inadvertance qui fit basculer la manœuvre, Ryan desserra légèrement sa prise et Berckley en profita pour se dégager. Il ne fallut que quelques secondes pour que chacun comprenne le problème. Le taureau se retourna vers le chef, baissa la tête, remua la terre avec sa patte avant de charger. Scott écarquilla les yeux alors que Quinn tenta de tirer sur la corde mais elle lui échappa des mains.

- RYAN SORS DE LA TOUT DE SUITE !

Mais c'était trop tard. Le taureau courut derrière le cheval, lui donna un violent coup d'épaule avant de le blesser avec sa corne au niveau du flanc. La monture tomba sur le côté et fit basculer Ryan dans la boue et ce fut à ce moment que les choses s'aggravèrent vraiment. Le taureau n'en avait visiblement pas fini, il courut vers le jeune homme qui s'accrocha à la dernière corde, geste inutile, puisque la bête le traîna avant de le piétiner à plusieurs reprises. De l'autre côté du parc Eliott accourut avec la vétérinaire qui tenait un fusil.

- TIRE BON SANG.

- J'ARRIVE PAS A LE VISER IL FAIT NUIT.

Quinn sauta par dessus la barrière et essaya de repérer la corde mais dans la boue et l'obscurité, c'était presque mission impossible.

- IL VA LE TUER BORDEL DE MERDE.

- JE L'AI."

La vétérinaire tira ses trois cartouches et le bovin s'effondra. Il y a eu un moment de blanc et de silence avant que tous le monde ne se regardent et ne court à l'intérieur du parc pour secourir Ryan qui était inerte au sol. Hannah dont le cœur s'était littéralement arrêté, s'empara de son téléphone et appela une ambulance alors que la pluie continuer à tomber.



Trempée et frigorifiée de la tête aux pieds, Rachel remarqua que même le chauffage de la camionnette ne parvenait pas à arrêter ses tremblements. Elle souffla sur ses mains et se remit à chanter les paroles de Dirty Dancing qui passaient à la radio. Elle avait assisté à la première partie du feu d'artifice de la ville avant que l'orage ne vienne finalement tout interrompre. Chacun s'était mis à l'abri puis Rachel avait dit au revoir au groupe avant de repartir vers le ranch. La jeune femme ne fondait plus tellement d'espoir sur une éventuelle soirée en tête à tête avec Ryan qui serait probablement furieux contre Anton et fatigué après avoir bataillé avec Berckley.


Au détour du chemin menant au ranch, elle fronça les sourcils et son cœur se mit soudain à battre furieusement dans sa poitrine, quand elle vit une ambulance quitter le domaine. Elle se hâta de garer la camionnette près de la maison et courut jusqu'au hangar du personnel. Le compagnon de Sally se tenait sur le seuil de la salle de pause.

"- SCOTT ! C'était quoi cette ambulance, qu'est-ce qu'il se pa...oh c'est pas vrai.

Assis sur une chaise, Ryan était trempé, la chemise pleine de boue, une plaie ouverte au front et la lèvre fendue. Elle se figea et ils se regardèrent un court instant. Hannah qui se tenait près de son neveu, se leva et baissa la tête en souriant alors que la gouvernante du ranch se précipitait vers lui, entourant son visage de ses mains.

- Regardes-moi.

Elle croisa son regard, fatigué et légèrement sonné.

- Qu'est-ce qui c'est passé ?

Son esprit était vaseux, il secoua la tête.

- Berckley était furax...il l'a traîné sur une centaine de mètres avant de le piétiner.

Rachel écarquilla les yeux puis délicatement elle glissa un doigt sous son menton pour le forcer à la regarder.

- T'as perdu connaissance ?

- Quelques secondes.

- Pourquoi l'ambulance est repartie ?

- Je vais bien.

- Il faut que tu passes un scanner.

- Pas de maintenant.

- Si maintenant.

Elle se tourna vers Hannah.

- Qu'est-ce qu'a dit l'urgentiste ?

- Surveillance des signes de traumatisme crânien, pendant 48h et...il faut vérifier l'étendue de l'hématome demain matin.

- Quel hématome ?

Ryan lança un regard noir à sa tante et Rachel insista.

- Quel hématome ?

Le jeune homme soupira en tirant sur sa chemise qui dévoila un cercle bleuâtre au niveau de son abdomen. Rachel sentit son estomac se retourner.

- Tu te fiches de moi ? T'aurais du partir avec l'ambulance imbécile.

Elle s'empara de son téléphone et composa un numéro. Fatigué par sa journée et légèrement incohérent, Ryan fronça les sourcils et soupira sans rien dire.

- Clarke, bonsoir c'est Rachel, j'aurais besoin d'un service.

Elle s'éloigna pour passer son appel et revint quelques secondes plus tard.

- C'est bon on va à Whitefish.

- Je vais bien.

- Tu vas passer un scanner et une échographie pour éliminer un éclatement de la rate et tu te tais.

Eliott grimaça.

- Il faut rentrer Berkcley, soigner Honey et j'ai pas trouvé de quoi réparer le box.

Ryan tenta d'ouvrir la bouche pour parler mais Rachel le devança.

- Il n'en ait pas question, toi tu vas passer tes examens et moi je vais rester avec eux.

- Tu plaisantes ?

- J'en ai l'air ? Anton ne sert à rien ici alors il dégage, Scott va t'accompagner et comme ça il récupérera Sally qui commence à se faire un sang d'encre et à neuf mois de grossesse c'est pas très recommandé. Clarke t'attends au cabinet de radiologie avec Arty.

Devant son regard, elle haussa les sourcils.

- Allez au trot.

Elle l'attrapa par le bras et l'aida à se lever. Ryan grogna légèrement et la regarda attentivement.

- T'es chiante."

Il pencha la tête et captura ses lèvres. Lorsqu'il la relâcha, elle esquissa un sourire.



Son téléphone sonna et elle ouvrit rapidement le message du docteur Wallace.

"- RAS il rentre, surveillance trauma crânien 48h, il est juste fatigué."

Rachel soupira en fermant les yeux et reposa son portable avant de terminer de sécher les cheveux. Elle avait aidé Eliott et Quinn à réparer le loquet du box de Berckley, assisté Hannah qui avait soigné la jument d'Anton et contribuer à rentrer le taureau encore anesthésié dans son coin.


Elle retourna dans sa chambre et s'empara d'un briquet en soufflant doucement pour évacuer la tension qui l'avait courbaturé toute la soirée.



Il referma la porte derrière lui et se dirigea vers la cuisine. Un assiette était posée sur la table avec un petit mot.

"- A réchauffer, la douche est libre ça te fera du bien, bonne nuit Rachel."

Il claqua ses clés sur le comptoir et soupira en secouant la tête, il n'avait même plus la force d'être furieux contre Anton, de lui avoir gâché la soirée et d'avoir failli le tuer. Il grimpa tant bien que mal les marches en grimaçant et s'enferma dans la salle de bain pour se noyer sous une douche brûlante où ses muscles endoloris se détendirent, ses yeux se fermèrent brièvement pour éloigner l'agitation de cette soirée.


Une fois propre, il enfila un tee shirt, un jean et se sécha rapidement les cheveux avant de ressortir de la salle de bain. Il s'aperçut que la porte de Rachel était ouverte, fronçant les sourcils il s'approcha doucement. Elle se tenait sur son lit, assise en tailleur, son livre à la main. Il y avait une multitudes de bougies qui éclairaient la pièce. Il s'appuya sur le chambranle en souriant.

"- Tu dors pas ?

- Je t'attendais...tu vas bien ?

- Ca va.

Des cernes assombrissaient ses yeux, sa lèvre était fendue, une plaie superficielle se trouvait sur son front et ses mains n'étaient qu'écorchures, Rachel n'eut aucun mal à imaginer le reste des bleus sur son corps.

- Je peux te donner un peu de morphine pour la douleur...tu seras groggy mais tu passeras une bonne nuit.

- Je vais bien...c'est pas la première fois que ça arrive et ça ne sera pas la dernière.

- Oui je m'en doute.

Elle se leva et se dirigea vers sa commode où elle attrapa une bougie pour la lui donner.

- Le groupe électrogène ne fonctionne pas ?

- Seulement sur le hangar des bovins et le haras...où est-ce que tu as trouvé autant de cierges ?

- Dans la buanderie.

Il secoua la tête.

- J'ai ce qu'il faut merci, les orages sont fréquents par ici.

Elle se retourna pour reposer la mèche en levant légèrement la tête vers le plafond, la pluie martelait le toit de la maison avec beaucoup de violence. Ryan l'observa en fronçant les sourcils. Elle avait les cheveux lâchés et portait un ensemble gris très léger. Il serra les dents, se décolla se la porte et s'avança prudemment. Se postant derrière elle, il leva la main pour dégager sa nuque, un sursaut agita son corps et elle tourna la tête au moment où il déposa un baiser sur sa peau.

- Tu devrais aller dormir...t'as besoin de repos.

- Je vais bien.

- Tu te répètes.

- Parce que c'est la vérité.

- Ryan, tu t'es fait piétiner par un taureau d'une tonne et demi...faut que tu te repose.

Il serra les dents et ferma les yeux en collant son front contre l'arrière de sa tête.

- Arrête de t'inquiéter, je vais bien.

Il leva les mains et les posa doucement sur ses hanches. Rachel frissonna et serra les paupières en le sentant remonter le long de ses côtes. Il colla son corps au sien et pencha la tête pour embrasser son crâne, sa nuque, l'arrière de son oreille, sa joue. Elle trembla encore et se raccrocha au bord de sa commode.

- Qu'est-ce que tu fais ?

- Je veux te faire l'amour.

- Ryan pas maintenant.

- Pourquoi ?

- Parce que tu es blessé et que...

Il se colla un peu plus contre elle et entoura sa taille en embrassant son cou.

- S'il te plaît.

- T'as pas envie ?

- Tu sais bien que oui mais je voudrais que tu fasses attention à toi, ça peut attendre.

- J'ai plus envie d'attendre...ca fait déjà trop longtemps.

Il glissa sa main sur son bras et la retourna. Son regard capta le sien, enflammant le rythme de son cœur.

- J'ai envie de toi, maintenant, ici et peu importe mes blessures parce que...ce qui me fait mal pour l'instant c'est de ne pas être à toi.

Sa main caressa sa joue.

- Tu es libre de refuser.

- Tu connais déjà la réponse.

- Alors ne me repousses pas...parce que tu avais tord ce soir.

- Sur quoi ?

Il colla son front au sien.

- Amanda...c'est toi que je veux...toi...uniquement toi.

Elle entoura son visage et esquissa un léger sourire.

- Alors embrasses-moi.

Ils se regardèrent un court instant puis délicatement il captura ses lèvres. La jeune femme passa ses bras autour de sa nuque, son corps se collant au sien, l'essoufflant un peu plus d'un désir ardent. Mais en effleurant sa blessure à la lèvre, elle s'arrêta.

- Je vais très bien. Je t'ai attendu toute la journée...toute la semaine.

- Je suis là.

Il attrapa le nœud qui retenait son gilet, délaçant la ceinture qui le retenait avant de glisser ses mains sur sa taille, picorant ses lèvres au passage. Le tissu glissa le long de ses bras et alors qu'elle dégageait ses cheveux dans son dos, Ryan respira son odeur, cette effluve ronde et épicée.

- C'est le parfum que je préfère.

Elle le regarda attentivement, sentant son cœur marteler sa poitrine, ce rythme effréné, elle ne souvenait pas de l'avoir déjà ressentie auparavant. Regardant attentivement le jeune homme, elle murmura.

- Tu as acheté Jagger ?

- Oui.

- Pourquoi ?

- Pour toi.

- Pourquoi ?

- Parce que ça crevait les yeux qu'il te plaisait et tu lui plaisais aussi.

- Oui mais pourquoi ?"

Il leva la main et posa son doigt sur ses lèvres.


Son esprit tout comme son cœur était perturbé par ce flot de sentiments qu'il ne comprenait pas mais pourtant, Ryan était prêt à bouleverser son quotidien pour elle, il était prêt à remuer le ciel et la terre pour elle, à acheter un cheval qui ne valait rien pour elle...il était prêt à tout, ça lui faisait peur, terriblement peur parce que normalement ça ne devait se limiter qu'à une relation éphémère et pourtant rien de ce qu'ils se disaient à voix basse, rien de ce qu'ils se transmettaient au travers de leurs gestes n'indiquait qu'ils arriveraient à se contenter d'une effusion provisoire. Alors qu'adviendrait-il après ? Après qu'ils se soient donné l'un à l'autre ? Après qu'ils aient savouré cet instant où les barrières tombent où les sentiments explosent ? Que se passerait-t-il lorsqu'ils comprendraient l'un et l'autre qu'il n'y avait finalement rien d'éphémère entre eux mais qu'au contraire c'était un sentiment passionnel, un mouvement d'affection profond et sincère, quelque chose de vrai, de fort qu'ils voulaient voir perdurer et surtout ne pas perdre même s'ils étaient littéralement incapable de se l'avouer, par peur de s'égarer soi-même.


Ryan souffla discrètement en proie à une angoisse de ne pas recevoir en retour une marque d'affection similaire qui lui prouverait qu'il était sur la bonne voie, qu'il avait fait le bon choix en baissant sa garde. Malgré sa crainte, il était déterminé à la charmer, la séduire parce qu'il avait envie qu'elle réponde à son attente. Alors il la regarda et lui répondit en toute évidence.

"- Pour ça...ton sourire...je veux juste te faire sourire, parce que ça veut dire que tu es heureuse et que tu es bien ici avec nous...avec moi.

Elle serra les dents avant de capturer ses lèvres, resserrant son corps contre le sien. Doucement il la fit reculer jusqu'au lit alors qu'elle attrapait le bord de son tee-shirt, ses doigts effleurèrent sa peau lui provoquant une grimace, une sensation électrique qui remonta jusque dans sa poitrine. Il leva les bras mais à mi-parcours il s'arrêta en grognant légèrement face à la douleur de ses côtes et de l'hématome qui comprimait ses muscles. Rachel soupira et se recula pour le regarder mais avant qu'elle n'ait pu dire quoi que ce soit il l'arrêta.

- Je vais bien."

Il passa les doigts dans le col de son haut et tira dessus pour l'enlever en serrant les dents. Rachel secoua la tête et se rapprocha de lui. Il esquissa un sourire et glissa ses mains sur sa taille alors qu'elle parcourait la peau de son torse du bout des doigts. Il ferma les yeux en sentant son cœur s'accélérer dangereusement. Elle l'embrassa tendrement jusqu'à ce qu'elle sente le lit derrière elle. Elle leva les mains et se pencha en arrière pour s'allonger sur le matelas. Il resta debout quelques instants à la regarder, complètement bouleverser par sa beauté, sa simplicité, sa faiblesse et sa force, tant de choses qui la rendait importante à ses yeux. Il fronça les sourcils avant de poser un genou sur le lit pour se hisser au dessus d'elle, un bras de chaque côté de sa tête. Le souffle de Rachel trembla en ressentant la chaleur de Ryan au dessus de son corps, elle capta son regard intense et remonta doucement ses jambes autour de lui. Elle posa ses mains sur ses côtes et il trembla. Elle traça le trajet de ses bras, ses épaules, son torse, son ventre bien dessiné par ses muscles, elle s'attarda sur cette tâche sombre qui le faisait souffrir mais qu'il tentait d'ignorer parce qu'il ne voulait pas gâcher ce moment. En la voyant faire, il imprima dans sa tête la sensation de ses doigts parcourant son corps, douce et intense à la fois.


Il colla son front au sien avant d'embrasser sa tempe, sa joue, son cou et ses lèvres, il s'amusa avec sa langue et elle se cambra, imbriquant son corps au sien. Puis doucement, sa main vint se poser sur sa hanche, ses doigts triturèrent le bord de son débardeur blanc et sa paume caressa son ventre en remontant doucement jusqu'à la naissance de son sein. Elle accentua son baiser pour ne pas sombrer et quand elle sentit sa main cajoler doucement sa poitrine, elle ne put retenir ce gémissement de plaisir qui augmenta considérablement la température de son corps. A ce moment là, il n'y avait plus rien de rationnel dans son esprit, elle le voulait lui, entièrement, elle voulait qu'il achève son désir qui la titillait au fond de son ventre. Elle se redressa pour se mettre assise et tout en captant son regard, elle attrapa son tee shirt et le passa au dessus de sa tête, dévoilant sa poitrine entièrement. Ses joues s'empourprèrent légèrement, Jeffrey et elle formaient un couple depuis six ans, elle n'avait plus peur de se montrer devant lui mais avec Ryan s'était complètement différent, pas parce que c'était nouveau mais plutôt parce qu'elle avait peur de ne pas lui plaire. Elle avala difficilement sa salive et baissa la tête avant qu'il ne passe un doigt sous son menton pour lui relever la tête.

"- Regardes-moi."

Sans quitter ses yeux il glissa son doigt le long de sa mâchoire, son cou, sa clavicule, le haut de son thorax, l'espace entre ses seins, puis son aréole et l'autre. Rachel trembla. Puis son mamelon et l'autre. Elle ferma les yeux et souffla doucement.. Puis il la bascula sur le dos et l'embrassa à perdre haleine avant de suivre le même chemin de ses lèvres. Il cajola sa poitrine pendant quelques minutes, sa langue traçant un sillon brûlant sur ses seins tendus d'une envie prête à exploser, puis il se baissa et embrassa son ventre, son nez caressa son nombril tendrement et elle rejeta la tête en arrière en gémissant.


Il joua avec l'élastique de son pantalon et elle lui jeta un coup d'oeil en frissonnant. Ryan fronça les sourcils mais elle esquissa un sourire, dans une sorte d'acquiescement muet. Il se repositionna au dessus d'elle et colla son corps au sien, un corps parfait, mince et athlétique, il savait qu'elle évacuait souvent ses frustration en allant courir, sa peau était claire mais se teintait de rose quand elle avait chaud, comme maintenant, son grain de peau était doux, étincelant, bon à goûter et à sentir. Elle ferma les yeux en le sentant glisser sa main sous le bord de son pantalon et se mordit la lèvre quand il passa la barrière de son sous vêtement. Un soupir profond s'échappa de ses lèvres quand ses doigts caressèrent son pubis. Il descendit doucement le long de ses grandes lèvres. Il descendit encore et passa un doigt près de son anatomie plus intime, la faisant gémir encore, plus fort. Sa caresse l'essouffla jusqu'à ce que sa respiration se coupe lorsqu'il la pénétra. Son mouvement fut intense, long et tendre si bien qu'elle s'accrocha aux draps du lit, son corps arqué d'une tension difficilement contenue. Ryan esquissa un sourire en voyant ses joues rougirent. Il pencha la tête, aspira la peau de son cou à travers sa bouche, glissant sa langue le long de sa clavicule en jouant contre son intimité. Rachel laissa un autre gémissement s'échapper de sa gorge. Il releva la tête et captura ses lèvres pour les déloger de ses dents comme pour lui faire comprendre qu'elle n'avait rien besoin de retenir.


Soudain il la relâcha, se releva et se pencha en arrière pour lui retirer son pantalon. Sa bouche remonta doucement de sa cheville vers son genou, où il laissa courir sa langue délicatement, le long de sa cuisse, sa hanche. Elle trembla sous ses mains. Son nombril. Elle glissa ses doigts dans ses cheveux. Ses lèvres. Elle entoura son visage et l'emprisonna contre elle, il caressa délicatement sa jambe avant de serrer sa cuisse contre son bassin, s'appuyant contre elle puis il se recula une nouvelle fois et descendit son sous vêtement blanc avant d'embrasser l'intérieur de sa cuisse jusqu'à son intimité. Rachel rejeta la tête en arrière en gémissant, elle sentit son souffle contre ses doigts qui la caressait, sa langue qui l'embrasait, elle avait chaud, elle tremblait, elle gigotait pour augmenter cette sensation qui lui faisait perdre la tête. Puis soudain elle se crispa et ce plaisir gigantesque et douloureux explosa littéralement. Elle convulsa contre lui sans réellement comprendre comment gérer un tel ras-de-marée. En ré-ouvrant les yeux, elle aperçut son sourire avant de froncer les sourcils en remarquant qu'il grimaçait. Il se tenait en appui sur ses avants-bras, tirant invariablement sur les muscles de son torse et de son ventre, accentuant la pression douloureuse qui venait de ses blessures, infligées quelques heures plutôt. Elle soupira avant de l'embrasser tendrement.

"- T'es sûr que ça va ?

Elle était à bout de souffle, rouge et échevelée. Il hocha la tête.

- Tu es incroyablement belle.

- Ryan...

Il colla son front au sien.

- T'inquiète pas ça va.

Il l'embrassa encore et encore et encore...Rachel glissa ses mains sur ses épaules, son torse, son abdomen et attrapa le bouton de son jean qu'elle ouvrit doucement. Il capta son regard alors qu'elle descendait la fermeture éclair. Il frissonna et son pouls s'accéléra alors qu'il murmurait.

- Je crois que j'ai le cœur qui va éclater.

Elle remonta ses mains sur ses côtes et resserra ses jambes autour de son bassin, le collant à elle.

- Je te réanimerais.

Ils rigolèrent un instant et il captura ses lèvres. Elle attrapa le bord de son pantalon et le baissa sur ses hanches. Il se redressa pour l'enlever avant de se repositionner au dessus d'elle. Rachel se mordit la lèvre.

- Ryan..euh...

- Qu'est-ce qu'il y a ?

Elle serra les dents et chercha ses mots. En la voyant se débattre avec ses idées, il leva la main et caressa sa joue.

- Tu veux arrêter ?

- Non c'est pas ça...je suis avec Jeffrey depuis 6 ans et...et je suis restée deux ans avec Blake au lycée et...

Il esquissa un léger sourire avant d'attraper son jean, pour lui tendre un préservatif.

- C'est pas une question évidente à aborder.

Ses joues s'empourprèrent et elle leva timidement les yeux vers lui.

- Je ne te remets pas en question.

- Je le sais.

Il leva la main et caressa sa joue.

- J'ai eu plus d'aventures que toi...on ne se connaît pas et même si...

Il se pencha et déposa un baiser derrière son oreille.

- Je te dis que tu ne risques rien...c'est important d'y penser.

- Merci.

Il fronça les sourcils et se rapprocha d'elle avant de capturer intensément ses lèvres, lui coupant le souffle alors qu'elle se rallongeait sur le matelas.

- Pendant une seconde, j'ai cru que tu avais changé d'avis.

- Aucune chance."

Elle attrapa le bord de son boxer et descendit l'élastique avant qu'il ne le retire définitivement.


Ils se regardèrent intensément, se réchauffant l'un l'autre, se rassurant, se découvrant. Leurs mains parcouraient leur peau comme pour tracer la ligne invisible qui les reliait. Ils s'apprenaient sans s'en rendre compte, d'un geste naturel. Chaque centimètre, chaque grain de beauté, chaque cicatrice laissé par l'enfance était sondé. Les endroits qui les faisaient rire, ceux qui les faisaient frissonner ou encore ceux qui les faisaient gémir, ils n'oublièrent aucun point. Et puis ils s'arrêtèrent, se regardèrent, s'interrogeant silencieusement sur ce moment, ce laps de temps inquisiteur qui posait l'ultime question : étaient-ils prêts à se donner l'un à l'autre ? A franchir cette barrière ?


Rachel leva les mains, entoura son visage et posa ses lèvres sur les siennes, son baiser fugace et simple, le fit frissonner et il serra les dents avant de se redresser sur ses bras, ignorant la douleur de ses muscles. Il la regarda puis doucement, elle glissa sa main le long de son corps, le caressa délicatement et l'attira à elle. Ils ne se quittèrent pas des yeux une seule seconde. Tendus et légèrement anxieux pour une raison qui pouvait paraître grotesque : décevoir l'autre. Ryan serra les dents et se laissa guider. Elle bougea légèrement, se rapprochant de lui, resserrant ses jambes autour de ses hanches. Il chercha au plus profond de son regard son approbation et quand elle esquissa un léger sourire, il se poussa en elle délicatement. Rachel ferma les yeux et se crispa mais pas de douleur ou de peur, plutôt d'envie, un désir violent qui lui tordit le ventre. Elle se mordit la lèvre et se cambra, son cœur palpita et elle souffla doucement. Pendant un court instant, Ryan fronça les sourcils en croyant lui faire mal mais quand il perçut son souffle court, le tremblement de son corps, ses dents qui mordaient sa lèvre et cette rougeur de plaisir sur ses joues, il se détendit et esquissa un sourire. Il posa son front sur le sien et murmura.

"- Ca va ?

- Tu es en train de me rendre complètement dingue.

- Restes avec moi...je suis pas au point sur la réanimation cardiaque.

- Alors arrête de jouer.

Ryan la regarda sérieusement et il serra les dents avant de se redresser légèrement. Il repris ses mouvements délicatement et Rachel glissa ses mains sur son torse jusqu'à son abdomen. Il sentit ses petits doigts griffer sa peau et il trembla fortement avant qu'elle ne dirige ses paumes sur ses hanches, elle remonta le long de son dos où elle caressa ses muscles. Il posa son nez derrière son oreille en ralentissant ses mouvements, esquissant un sourire en la sentant gigoter sous son corps.

- Ryan...

- Quoi ?

- Je t'en prie...

Elle fit glisser ses doigts tremblants le long de sa colonne vertébrale jusqu'à ses fesses, qu'elle empoigna délicatement, comme pour le rapprocher davantage de son corps, comme pour accentuer leur contact, intensifier ses mouvements. Le sourire du jeune homme s'élargit.

- Qu'est-ce qu'il y a ?

- Arrête de faire ça...

Il s'arrêta et elle poussa un soupir de frustration. Il déposa un baiser dans le creux de son cou.

- Ryan...s'il te plaît...

Il recommença à bouger et elle déplaça son bras pour serrer le drap entre ses doigts, elle se cambra et il s'arrêta une nouvelle fois.

- T'es pas sympa.

- Je refuse de me presser, tu te souviens de ce que je t'ai dit...je veux qu'on profite du temps qu'on a."


Il se redressa et la regarda attentivement : les joues rouges, le front recouvert d'une fine pellicule de sueur. Il respira son parfum à plein poumon avant d'intensifier ses mouvements sans accélérer et Rachel trembla en gémissant. Elle s'accrocha à ses bras en imprimant dans sa tête cette sensation incroyable qu'il lui procurait. La chaleur de son corps contre le sien, la douceur de ses mouvements, son souffle qui se répercutait dans le creux de son cou, sa force à laquelle elle se cramponnait. Puis soudain son corps se crispa, elle ressentit une vague déferlante qui explosa littéralement au fond de son ventre, elle vibra fortement entre ses bras et libéra ce soupir de plaisir. Ryan tourna le visage contre son cou, remontant son nez dans le creux de son oreille et il grimaça. Il perçut une douleur salutaire, suffisante pour qu'il comprenne que ce moment vécu était assez délicieux pour elle. Il la sentit frémir et gémir contre lui, sa peau devenant moite et chaude, il ressentit ses muscles l'encercler avec une force non négligeable, l'obligeant à stopper ses mouvements, le faisant grogner légèrement. Au bout de quelques secondes, elle se détendit en soufflant doucement. Ryan se releva et captura doucement ses lèvres avant de se remettre à bouger délicatement. Elle leva la main et caressa sa joue, son pouce glissa sur ses lèvres et instinctivement le rancher embrassa sa phalange avant que sa langue ne rampe jusqu'à son poignet, son avant-bras, le creux de son coude, puis il entrelaça ses doigts aux siens et positionna leur poigne serrée au-dessus de sa tête. Il colla son front au sien et alors qu'elle l'embrassait tendrement son corps se contracta, il palpita en elle avant de baisser sa tête dans le creux de son cou où elle l'entendit gémir, un soupir rauque de satisfaction qu'il ne voulait pas retenir.


On dit que les préliminaires sont très importants pour poser l'ambiance de l'acte sexuel mais après ? Ce moment est différent pour chaque personne, ça dépend de l'état d'esprit et de forme dans lequel on se trouve, certain arrive à remettre ça, d'autre ont besoin d'un temps de repos, de prendre une douche ensemble, de discuter, de manger...


La jeune femme esquissa un léger sourire et leva la main pour caresser sa nuque, elle joua doucement avec la base de ses cheveux et tenta de retrouver un souffle régulier. Il tenait sa tête contre la sienne, sentant son parfum lui chatouiller les narines, la douceur de sa main sur sa tête. Conscient de peser sur elle, il se redressa, la regarda attentivement avant de se pencher et de l'embrasser furtivement. Il se redressa encore jusqu'à se retirer et Rachel se repositionna sur le lit avant qu'il ne la rejoigne. Sans un mot il leva le bras et lui fit un petit signe de tête pour qu'elle se rapproche. Elle posa sa tête sur son torse et délicatement elle caressa sa peau du bout des doigts. Il ferma les yeux et souffla en se laissant dériver quelques secondes, se concentrant sur sa présence à ses côtés.


Ce qu'il leur fallait à eux, c'était juste un moment de pure tendresse...sans avoir à prononcer un seul mot car leurs gestes parlaient pour eux.



La pluie était beaucoup plus forte qu'en début de soirée. En regardant la fenêtre, Rachel avait l'impression de ressentir les bourrasques contre elle. Elle serra le drap contre son corps et tourna la tête en esquissant un sourire. Il semblait paisible malgré ses blessures, un petit rictus éclairait son visage. La jeune femme s'apprêtait à se lever pour enfiler un pull lorsqu'elle entendit le son de sa voix.

"- C'était bien ?

Elle se figea et fronça les sourcils.

- Tu ne dors pas ?

- Je t'écoutais respirer.

Il ouvrit les yeux et la regarda.

- C'était bien ?

Elle rigola doucement et se pencha vers lui avant de capturer délicatement ses lèvres.

- C'était parfait...t'as besoin d'être rassuré ?

Il fit une petite moue en secouant la tête. C'était probablement ridicule mais il venait de vivre un instant exceptionnel à ses côtés, quelque chose qu'il n'avait jamais connu auparavant, quelque chose qui dépassait toutes ses attentes et il n'espérait qu'une chose, que ce qu'elle avait ressenti était aussi fort que son propre sentiment.

- Ca fait six ans que t'es avec Jeffrey...c'est mon égo...désolé.

Elle le regarda attentivement, touchée par son inquiétude, émut qu'il ose évoquer à voix haute ses interrogations alors elle leva la main et caressa sa joue en lui donnant quelques précisions sur son couple avec Jeffrey.

- Il gère notre relation comme il dirige son entreprise. Il ne laisse pas de place à la surprise ou à la spontanéité, tout ce passe comme sur une partition de musique, sans improvisation. C'est...peut être facile aujourd'hui de dénigrer ce qu'on a partagé pendant ces six années mais tant pis je l'assume.

Elle se pinça les lèvres.

- Jules Michelet a écrit que...dans un couple c'est l'ennui qui engendre l'infidélité.

Ryan fronça les sourcils et elle précisa.

- Jeffrey est quelqu'un de prévenant, d'attentionné, facile à vivre et extrêmement gentil, on a beaucoup de chose en commun et...

Elle posa sa main sur son cœur.

- Ca suffisait à mon bonheur.

- Et aujourd'hui ?

- Je t'ai rencontré et tu as tout remis en question. J'ai l'impression que cette éternelle gentillesse et cette facilité...ne me suffisent plus.

Le jeune homme serra les dents en sentant le rythme de son cœur s'accélérer.

- Tu n'as pas besoin de te demander si c'était bien ou non...crois-moi ce n'est pas comparable. Ca serait plutôt à moi de m'interroger parce que tu as eu plus de liaisons mais en ce qui te concerne, sache que...

Elle baissa la tête et souffla doucement.

- Il ne m'a jamais fait l'amour comme ça, de manière aussi intense, en réveillant ce qu'il y avait de plus fort au fond de moi-même. Je n'échangerais ce moment pour rien au monde. Je n'ai aucun regret. Tu...tu ne peux savoir à quel point c'était agréable...ta façon de m'embrasser, de me caresser, de me tenir contre toi...

Elle se pencha en avant et parla à voix basse pour marquer cette conversation de manière plus profonde.

- Cette manière que tu as eu de me regarder, ta patience et cette prévenance de vouloir me combler pour que je puisse te ressentir entièrement. Il ne m'a jamais procurer autant de plaisir, il n'a jamais fait attention aux détails.

- T'es avec lui depuis six ans.

- On se complète sur d'autre chose et puis...c'est une sécurité, je ne profite peut-être pas pleinement des possibilités de la vie mais au moins je sais qu'il ne me fera jamais de mal. Comme Cléo aux urgences, qui a découvert au bout de deux ans de mariage que son mari buvait et qu'il avait des dettes de jeux alors il s'est mis à la frapper et ça duré quatre ans. Comme ma sœur qui se voile la face sur Clifford qui est beau riche bon au lit visiblement mais qui a une, deux voir trois maîtresses dans chaque grande villes des États-Unis. C'est un choix de facilité mais...

Elle se mordit la lèvre en le regardant.

- Tu as changé la donne...tu as bouleversé toutes mes convictions...et c'est encore pire maintenant. Je crois en fait qu'il n'y a aucun mot, aucune phrase qui pourrait te dire à quel point c'était bien.

Il leva la main et caressa sa joue.

- Il est trop pressé ?

- Il a peur de s'éloigner de ce qu'il maîtrise et de se retrouver en échec.

- Il ne pense pas à toi ?

- Pas toujours, du coup...pardonnes-moi si...tu m'as trouvé trop expressive, je me suis peut-être laissée déborder.

- Dis pas n'importe quoi...j'ai eu plus de liaisons que toi mais aucune d'elle n'a jamais compté. Pas comme ça en tout cas, pas de manière aussi intense.

Il colla son front au sien.

- Je sais que c'est malsain de parler de Jeffrey maintenant mais je voulais...être sûr.

- De quoi ?

- Que tu ne regrettais rien.

- C'est impossible...tu viens de chambouler mon cœur.

Il ferma les yeux et soupira.

- J'ai encore plus peur de te perdre maintenant.

- Je suis là.

- Pour l'instant.

- Laisses-nous du temps...on verra ce qu'il adviendra de tout ça au fur et à mesure mais pour l'instant je suis là.

Elle se recula et le regarda droit dans les yeux en souriant.

- Allonges-toi.

Il la regarda en fronçant les sourcils avant de reposer sa tête sur les oreillers. Rachel se mordit la lèvre et se pencha pour l'embrasser avant de murmurer.

- Tu te sens bien ?

Il la vit glisser sa main sur sa plaie au front, sa lèvre fendue, les écorchures de ses mains, son hématome, ses côtes endolories et il hocha la tête.

- Ca va, t'inquiète pas."


Elle l'embrassa sur la joue, le bout du nez, le menton, descendit dans le creux de son cou où elle aspira sa peau entre ses dents. Il ferma les yeux et frissonna. Elle caressa ses pectoraux, embrassant ses côtes, glissant délicatement ses mains le long de son torse. Il sentit le sillon brûlant que sa langue traça jusqu'à son nombril et son cœur explosa littéralement lorsqu'il la vit embrasser sa blessure. Elle souffla dessus et il grogna de plaisir puis elle érafla son pubis. Il sentit son souffle chaud balayer sa peau et il serra les dents. Elle descendit sur ses cuisses et y déposa quelques baisers avant de remonter et sa main rencontra d'abord ses testicules, qu'elle massa délicatement. Ryan ferma les yeux et son souffle s'accéléra. Elle remonta sa main sur son sexe et doucement, elle le caressa dans un va-et-vient généreux. Il serra plus fortement les dents avant d'avaler difficilement sa salive. Elle le masturba quelques secondes et quand elle releva les yeux pour le regarder en apercevant sa mine de contentement, elle esquissa un sourire avant de s'humecter les lèvres. La jeune femme embrassa son ventre, son nombril sur lequel elle souffla avant de descendre ses baisers vers son pénis, elle le bécota avant de s'arrêter puis soudain il se crispa et serra le drap entre ses doigts quand il sentit sa langue glisser sur toute la longueur de son membre. Il avait l'impression d'être au bord d'une limite dangereuse qu'il n'avait jamais atteint auparavant, un gouffre vertigineux qui menaçait de le faire sombrer. Il ne put retenir un soupir rauque lorsqu'elle le prit en bouche. Ses gestes étaient délicats, sensuels, pas du tout trivial, elle était douce, belle, elle le bouleverser totalement. Instinctivement il glissa sa main dans ses cheveux et alors qu'elle se reculait et qu'elle retraçait un nouveau trait brûlant avec sa langue, son regard croisa le sien et le corps de Ryan se contracta violemment. Son regard était profond, intense, enflammé. Elle le caressa avant de le reprendre en bouche et soudain une mèche de ses cheveux tomba devant ses yeux, elle leva la main mais il la devança et repoussa son épis, elle planta son regard dans le sien et l'aspira à travers ses lèvres. A force de serrer les dents, ses mâchoires lui firent mal mais il n'aurait échangé cet instant pour rien au monde. Elle continua son manège encore quelques secondes accélérant le rythme, elle sentit le jeune homme trembler et se tendre puis il l'attrapa par le bras pour la relever. Il colla son front au sien, essoufflé et tremblant.

"- Pas comme ça...

Il la souleva doucement et l'installa sur lui après s'être couvert. Elle glissa ses mains autour de son cou, tritura ses cheveux et embrassa son front, son nez, ses joues avant de capturer ses lèvres. Doucement elle commença à bouger sur lui, il entoura sa taille la serrant fortement dans ses bras, enfouissant son nez dans le creux de son cou. Elle accéléra ses mouvements en gémissant jusqu'à ce qu'elle ne se mette à trembler fortement Il la rejoignit dans sa jouissance et lorsqu'une fois repu de leur désir, ils s'arrêtèrent de bouger, Ryan déposa une myriade de baisers sur sa peau, caressant délicatement sa colonne vertébrale. Puis il souffla doucement à son oreille.

- T'es étonnante tu le sais ça ?

Elle recula la tête et esquissa un sourire en caressant ses joues.

- Est-ce que...c'était bon ?

Il captura intensément ses lèvres, lui coupant le souffle avant de lui répondre.

- Délicieux.

Elle se mordit la lèvre.

- Merci.

- Pourquoi tu me dis merci ?

- Parce que...la dernière fois que j'ai fait ça c'était...il y a longtemps et...je n'ai jamais su si c'était bien ou non.

- Il ne te l'a jamais dit ?

- Il déteste ça...tu sais ça rentre dans le cadre de ce qu'il ne peut pas maîtriser et...

- Ca lui faire perdre le fil ?

- Oui.

Il caressa sa joue délicatement, elle semblait tellement sensible à certains moments.

- C'était parfait...mais je ne veux pas que tu te forces à faire quoi que ce soit pour moi.

- Ca ne me pose aucun problème.

Elle opina de la tête.

- C'est pas ce que je préfère mais ça ne me dérange pas. C'est ce qu'il n'a jamais compris.

Elle haussa les épaules.

- Que le sexe est un partage, enfin jusqu'à un certain point.

Ryan éclata de rire avant d'embrasser son front.

- Tu n'as pas besoin d'avoir peur, je n'ai...aucun fantasme tordu ni de pratique déplacée.

Elle se redressa contre lui et mordilla doucement son oreille en murmurant.

- Je ne suis pas contre un petit grain de folie.

Il ferma les yeux en frissonnant.

- Fais attention j'ai entendu.

- J'espère bien.

Ils se regardèrent intensément puis Ryan la rebascula sur le dos en l'embrassant avant de s'installer contre elle en posant sa tête contre son cœur. Elle esquissa un sourire en caressant ses cheveux et il souffla.

- Laisses-moi me reposer ensuite je te surprendrais autant de fois que tu veux."

Rachel rigola en continuant ses caresses jusqu'à ce qu'il s'endorme.



L'infusion à la camomille laissait échapper des volutes de fumées et une douce odeur de plantes accompagnée de miel. Rachel resserra ses mains autour de son gobelet et s'appuya contre le montant de la fenêtre, regardant la nuit, devinant le domaine sans vraiment le voir, constatant que la pluie avait enfin cessé. Elle posa sa tête contre la vitre et esquissa un sourire. Elle n'avait jamais connu une nuit aussi belle, de caresses aussi tendres. Ils avaient certainement eu tord de comparer ce qu'ils venaient de vivre à sa relation avec Jeffrey mais aucun d'eux ne l'avaient perçu de manière malsaine, plutôt comme une explication à donner pour justifier leur attirance si forte, pourquoi Rachel qui était en couple depuis si longtemps, qui s'apprêtait à se marier s'était-elle tournée vers Ryan ? Pourquoi n'avait-elle pas éprouvé le moindre remord ? La réponse était simple, son couple avec le riche entrepreneur n'était plus à la hauteur de ses attentes.


Elle ferma les yeux et soupira. Qu'adviendrait-il maintenant qu'elle venait de franchir la limite interdite ? Quelles décisions allait-elle prendre concernant son avenir avec Jeffrey ? Son avenir avec Ryan ? Avaient-ils seulement un avenir ensembles ? Elle serra les dents, il était trop tôt pour s'interroger sur ce énigmes, pour l'instant elle devait profiter de ce qu'elle vivait actuellement, vivre pleinement ce bonheur et ne pas penser à l'après. Aussi loin qu'elle s'en souvenait Jeffrey ne lui avait jamais fait l'amour de cette façon, ni plusieurs fois d'affilés d'ailleurs, Blake non plus même s'il avait été un meilleur amant que son actuel fiancé. Elle secoua la tête pour chasser ses idées tordues et esquissa un sourire en laissant son esprit dériver quelques secondes vers Ryan, sur ses mots doux, ses gestes attentionnés, sa force qui l'étreignait, sa chaleur, ses lèvres, ses mains et ce plaisir incomparable qu'il lui avait donné. Elle frissonna en ressentant une nouvelle fois cette vague incandescente au fond de son ventre et elle se mordit la lèvre, son envie de lui était toujours présente, elle n'arrivait pas à la faire taire, c'était comme si sa gourmandise n'avait pas été entièrement consommée même après trois fois de suite.


Elle esquissa un large sourire et s'aperçut au loin que l'aube commençait doucement à percer l'horizon. Elle tourna la tête vers le lit et le regarda dormir quelques secondes. Il se lèverait bientôt pour aller travailler et ils seraient de nouveau séparé par leurs obligations, ne sachant pas du tout dans combien de temps ils seraient encore une fois ensembles. Elle reposa sa tasse et s'approcha doucement du lit afin de se blottir contre lui. Elle s'allongea délicatement sans faire trop de mouvements pour ne pas le réveiller.


"- T'en a mis du temps à revenir.

Rachel sursauta.

- Je croyais que tu dormais.

- Je me suis réveillé quand tu es descendue.

Il ouvrit les yeux et la regarda en souriant.

- Désolée...j'avais froid et je voulais boire un truc.

Elle lui caressa le front avant d'embrasser sa tempe.

- Tu veux j'aille te chercher quelque chose ?

- Non...

Il se tourna légèrement sur le côté et l'enlaça tendrement.

- Je veux juste que tu restes là.

Elle esquissa un sourire et frissonna en ressentant la chaleur de ses jambes chaudes contre les siennes qui étaient froides. Lui aussi s'aperçut de la différence de température, car il fronça les sourcils.

- T'es gelée.

- Désolée...j'ai augmenté le chauffage en bas mais ça c'est considérablement rafraîchi j'ai l'impression.

- Ils ont annoncé des chutes de neiges dans le courant de la semaine.

Il serra sa taille et lui caressa le dos à travers son gros pull. Elle ferma les yeux, posa sa tête dans le creux de son cou et soupira de bien être. Il glissa ses lèvres jusqu'à son oreille et murmura.

- Ca va ?

- Oui, je suis bien là.

Il esquissa un sourire en exerçant de petite friction à travers son haut en laine.

- Mais va falloir émerger.

- On a encore un peu de temps.

Il serra les dents puis doucement sa main attrapa le bord de son pull, ses doigts remontèrent sur sa hanche, sa fesse et il la rapprocha de lui. Rachel poussa un petit soupir et passa ses bras autour de sa nuque, leurs jambes s'entrelacèrent. Elle déposa plusieurs baisers sur sa joue, son cou, l'arrière de son oreille, jouant avec ses cheveux, se serrant contre lui. Ryan glissa sa main sur sa cuisse et la ramena fermement contre sa hanche, Rachel leva la jambe et elle accentua la pression de son bassin contre le sien. Elle esquissa un sourire.

- T'as encore envie ?

- Toi aussi apparemment.

- Mmm...

Il bascula son nez dans ses cheveux et soupira en fermant les yeux.

- Tu avais raison.

- Sur quoi ?

- C'est magnétique.

Il posa sa main sur son ventre et descendit doucement vers son intimité. Il la caressa lentement et Rachel se mordit la lèvre en s'agrippant à ses épaules.

- On devrait peut-être s'arrêter là.

- Pourquoi ?

- Parce que tu es toujours blessé et que...

Elle rigola légèrement.

- T'as un peu forcé sur tes contusions, tu vas être tout courbaturé.

- Aucune importance, sauf si tu veux que je te laisse tranquille.

Elle serra sa jambe contre sa hanche et se cambra très légèrement.

- Non, j'essaye de te préserver mais tu ne m'aides pas beaucoup.

- Je soignerais mes hématomes plus tard, pour l'instant je m'occupe de toi.

Il glissa un doigt en elle et elle poussa un petit gémissement en soufflant. Il imprima de légers va-et-vient en l'embrassant dans le cou, sur son épaule, en la maintenant contre lui de son autre main.

- Tu es étourdissante.

Elle esquissa un sourire.

- Toi aussi tu me fais perdre la tête.

Elle fronça les sourcils et se mordit la lèvre.

- Ryan..

Ils étaient enlacés l'un contre l'autre, s'embrassant tendrement, se caressant, le jeune homme accéléra le mouvements de ses doigts et Rachel se crispa avant d'attraper sa main pour la retirer. Elle planta son regard dans le sien et se mordit la lèvre. Ils se regardèrent longuement puis elle souleva la main et caressa ses lèvres sans le quitter des yeux avant de murmurer.

- Fais-moi l'amour."

Il hocha la tête et colla son front au sien avant d'embrasser doucement sa joue. Elle se tourna légèrement et leva le bras pour s'emparer d'un préservatif. Sans détourner le regard, il se guida jusqu'à elle. Il serra les dents et frissonna lorsqu'il se lia à son corps. Rachel posa sa tête contre sa clavicule en soufflant, serrant les paupières de plaisir en émettant de petits gémissements. Ils restèrent comme ça, lié l'un à l'autre sans bouger. Ryan caressa doucement sa cuisse, son dos, ses cheveux, tout en l'embrassant sur la tempe. Rachel jouant avec ses cheveux, massant sa nuque, le visage toujours enfui dans le creux de son cou. Puis doucement il la sentit gigoter alors il entama des mouvements extrêmement lents.


Ils se câlinaient en se donnant l'un à l'autre, de manière totale, sans se presser, profitant des caresses qu'ils se prodiguaient, écoutant leurs soupirs qui se répondaient, ce n'était pas uniquement un acte sexuel logique, c'était comme une communion de tout ce qu'ils ressentaient l'un pour l'autre sans oser se le dire vraiment. Ca leur faisait peur et c'est la raison pour laquelle ils s'accrochaient l'un à l'autre avec tant de force, pour ne pas sombrer, pour se rassurer, se dire qu'ils avaient les mêmes idées, les mêmes interrogations, qu'ils ressentaient la même chose, que tout allait trop vite mais tant pis, ils ne voulaient pas se voiler la face sur ce qu'ils éprouvaient même si les mots leurs manquaient. Alors ils laissèrent place à des phrases tendres chuchotées dans le silence de l'aube qui se levait, des paroles qu'ils étaient les seuls à partager, qu'ils ne voulaient pas prononcer trop fort pour ne rien briser de ce moment.


Ryan caressa ses cheveux en embrassant sa tempe et Rachel s'accrocha un peu plus à ses épaules en murmurant.

"- Serres-moi plus fort.

Il passa ses bras autour de son dos et la maintint plus fermement contre lui, passant ses mains sous son pull, caressant sa peau.

- T'as la peau douce.

Elle se mordit la lèvre en tremblant et Ryan traça un sillon brûlant de baisers de sa tempe à son épaule, ses mouvements ralentirent au fur et à mesure qu'il sentait ses muscles se tendre autour de lui jusqu'à l'ultime explosion de son désir. Elle se contracta avec force et il s'arrêta de bouger pour lui laisser le temps de se remettre de son orgasme avant de faire quelques mouvements supplémentaires et de la rejoindre dans son plaisir. Il glissa sa main dans ses cheveux et embrassa sa tempe en murmurant.

- Est-ce que j'ai le droit dire que tu m'as totalement envoûté ?

Elle caressa sa joue du bout des doigts et captura délicatement ses lèvres avant de lui répondre.

- Oui...probablement autant que tu m'as ensorcelé.

Elle posa sa tête dans le creux de son cou alors qu'il la berçait tendrement contre lui.

- Je suis fatiguée.

Il esquissa un sourire en la serrant davantage dans ses bras. Elle entendit les battements de son cœur à travers sa peau et sentit les baisers qu'il déposait sur sa tête.

- Dors...je ferais en sorte de ne pas de te réveiller en partant.

- Je ne veux pas que tu partes.

Il serra le dents et soupira.

- Je vais essayer de me dégager un peu plus de temps.

- Je sais que ce n'est pas facile mais...

- Moi aussi je veux passer du temps avec toi.

Elle trembla légèrement.

- T'arrive à comprendre ce qui se passe ?

- Pas vraiment mais ce dont je suis sûr c'est que je ne veux pas te perdre.

- Moi non plus...tu me fais du bien.

Il respira son odeur et serra les mâchoires.

- Endors-toi, je suis là.

- Mmm...

Il ne cessa ses caresses et ses baisers qu'une fois sa respiration devenue régulière, alors il recula la tête et la regarda attentivement, son cœur imprimant une musique qu'il n'avait jamais connu jusque là. Ca lui faisait peur mais il refusait littéralement d'échapper à cette nouvelle sensation. Alors il se pencha, embrassa son front et murmura tout bas.

- Toi aussi tu me fais du bien."

En dessous de son visage, sans qu'il ne s'en aperçoive, Rachel esquissa un petit sourire avant de se laisser dériver par le sommeil.

Report this text