Young Forever

elijah

Et ma petite soeur qui dit vouloir devenir une "adolescente". Je connais très bien sa vision de l'adolescence : on a des petits copains, on fait du shopping, on se fait la bise, on rigole et on fait sa craneuse. Ha ha, elle est bien bonne ! Qu'est ce que je donnerais pour être en maternelle, pour n'avoir rien à faire d'autre que de se la couler douce, sans avoir toujours des choses à faire. Ho, et puis biensur, les parents de quarante ans ont oublié ce que c'était d'avoir treize ans. En tout cas, c'est la seule explication que je trouve à la phrase "Mais putain, les filles, vous avez que ça à penser !" Ralala... S'il n'y avait que le rangement d'une pile d'une vêtements qui nous occupait l'esprit, mon dieu ce qu'on serait bien ! Mais, saviez vous madame, qu'à treize ans on se torture l'esprit pour des riens qui nous importent tant, que sans avoir une maison à gérer, on a des soucis qui nous paraissent tellement plus important ! Et oui, madame, à treize ans on souhaite s'amuser et vivre l'amour, on rêve encore d'être une princesse, mais on connait nos illusions. On est tellement sensible, et on se croit si forte. On fait un tas de projets qui ne verront jamais le jour, et ça nous plait tellement. On tattonne, on se cherche, alors qu'on est juste là. On se ment à soi même, par souci d'orgueil, on ment aux autres par souci d'aise. Et à treize ans, ça nous plait tellement. A treize ans, on sourit en lisant ces mots, car, madame, on s'y reconnait. Sur ce madame, je vous salue, et je vous laisse vous enfoncer dans le bonheur des souvenirs de l'insouciance qui était votre, lorsque vous aviez treize ans.

Report this text