A propos du poil

raphaeld

et du second marché...

B = Bruno, R = Raphaël, P = Pierre

En sortant du métro.


B - J'ai une question pour toi, Raphaël.

R - Ouais ?

B - Est-ce que tu t'épiles toi ?

R - Hein ?

B - Il paraît que c'est à la mode chez les jeunes…

R - D'où tu me sors ça ?


Courte hésitation. Il se lance quand même.


B - C'est un pote à moi, bientôt la quarantaine… Deux gosses, divorcé… Il se dit qu'il va prendre du bon temps. Tu vois le genre ?

R - Il a tout à fait le droit !

B - Hé ben, la semaine dernière j'ai été en boîte avec lui. Il avait besoin d'un… Comment t'appelles ça toi déjà ?

R - Wingman ?

B - Ouais voilà, il lui fallait un wingman.

R - Ça marche mieux, en général. Good cop / bad cop, l'intello / le fêtard, le porc / le chevalier blanc… Mais bon c'est quand même mieux à trois. Le bon, la brute, le truand, c'est comme une lettre à la poste. Et puis elles sortent à trois les nanas en général.

B - Bon tu me laisses finir là ?

R - Ouais, excuse…


On tourne à droite.


B - Il fait plutôt jeune pour son âge, mon pote dont je te parlais. On tombe sur deux filles, il rentre avec l'une des deux… Il se disait qu'elle avait dans les vingt-cinq ans, tu vois…

R - Et en fait ?

B - En fait elle en avait dix-neuf.

R - Aïe. C'est trompeur, le maquillage… Les fringues… Et l'alcool aussi.

B - Et la fille, quand elle le voit à poil, elle lui dit qu'elle avait jamais vu de poils de sa vie !

R - Elle était pas sérieuse…

B - Bah je sais pas, mais elle lui demande comme ça, naïvement… S'il a pas honte d'aller à la piscine ou à la plage avec tous ses poils…


On traverse la place. Je regarde autour de moi, j'essaie de voir sur la tronche des gens, si j'arrive à dire qu'ils s'épilent ou pas…


B - Du coup je voulais savoir, c'est un truc générationnel ? Je me disais que ça devait être ça. Jamais ça me serait venu à l'esprit.

R - Je pense pas que ce soit générationnel… A mon avis c'est plutôt le signe d'appartenance à une « tribu » tu vois ? Ou peut-être seulement chez ceux qui ont pas une forte pilosité ? Quand t'as Riri Fifi et Loulou qui se battent sur ton torse t'en mènes pas large…


Le barbu, là, avec sa casquette. Sûr qu'il s'épile. C'est trompeur la barbe, faut pas s'y fier…


R - Moi c'est hors de question que je m'épile. La mort du poil c'est la mort de l'érotisme.


Pierre nous rejoint. Bruno enchaîne.


R - C'est une question de virilité aussi ! Assumer sa nature.

P - Vous parlez de quoi ?

R - De poils.

P - Ah…

B - Donc être viril c'est assumer sa nature ?

P - Et être féminine ça serait la renier du coup, non ?

R - Attends y'a un problème là…

P - Tu t'épilerais, si ta femme te le demandait ?

B - Ben ouais… Si c'est pour rester jeune…

R - Tu cèdes au diktat social ? Des pubs et de la télé-réalité ? Et du porno ? Il est passé où, le côté anticonformiste ?

B - C'est pour le cul, c'est pas pareil…

P - Ben moi, je m'épile parfois…

R - Ouais ça m'étonne pas !


On se pose à une terrasse. Bruno répète l'histoire à Pierre.


P - Mais ça lui a pas cassé son coup au moins à ton pote ?

B - Il peut être très persuasif.

P - Dix-neuf ans, quand même…

R - C'est classique ça… Lolita, American Beauty…

R - Donc les mecs à cet âge-là veulent se faire une fraîcheur avant d'entrer sur le second marché ?

B - C'est plutôt pour se remettre en selle après une longue période de vie commune…

R - Ou de mariage, tu peux le dire. Faut pas en avoir honte.

B - Je comprends pas pourquoi tu dis tout le temps du mal du mariage.

P - Au moins t'as pas à t'épiler pour niquer !

B - Ça doit être à cause de ton âge… Ou de ton côté ado-je-dénigre-tout.

P - Si ça se trouve, tout le monde est épilé sur le second marché !

R - C'est peut-être le signe d'une société décadente.

B - Mais non, c'est juste cohérent avec l'évolution naturelle, on est moins poilus que les homo-erectus…

R - L'homo sapiens epilus ! Je l'ai toujours dit.

P - Ces abrutis seraient plus évolués que nous ?

R - Ils essaient en tout cas…


Les bières arrivent. On trinque.

Report this text